Changer d'édition

Huit ans de prison requis pour le braquage de la Spuerkeess
Luxembourg 6 min. 21.04.2022
Braquage en juillet 2021

Huit ans de prison requis pour le braquage de la Spuerkeess

Le 8 juillet 2021, un jeune homme braque l'agence de la Spuerkeess de la place de Metz, dans la capitale.
Braquage en juillet 2021

Huit ans de prison requis pour le braquage de la Spuerkeess

Le 8 juillet 2021, un jeune homme braque l'agence de la Spuerkeess de la place de Metz, dans la capitale.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 6 min. 21.04.2022
Braquage en juillet 2021

Huit ans de prison requis pour le braquage de la Spuerkeess

Le braqueur de la Caisse d'épargne de juillet 2021 avait sans doute une responsabilité pénale réduite. L'accusation a néanmoins requis huit ans de prison.

(tb avec Steve REMESCH) «Madame, madame, remplissez le sac, vite, vite, encore, encore», personne n'a vraiment compris plus que ça, le 8 juillet dernier dans la petite agence bancaire du siège de la Caisse d'épargne, place de Metz. 


Lokales,PK: Chiffres de la délinquance 2021.,Marc,Wagner,Jean-Louis Bordt,Henri Kox, Pascal Peters.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
16% de vols avec violence en plus en 2021
En 2021, le nombre de magasins et de stations-service cambriolés a été plus élevé que l'année précédente.

Car en fait, il n'y avait pas besoin de mots. Ce que le jeune homme au masque chirurgical et au sweat à capuche noir veut ce jour-là est déjà clair lorsqu'il claque son sac à dos sur le guichet d'accueil, initialement conçu pour être convivial. Et plus tard, lorsqu'il agite une main dans sa poche, comme s'il y tenait une arme à feu cachée, il est clair qu'il s'agit d'un braquage. 

Le malfaiteur reste deux minutes dans la banque, de 13h54 à 13h56. Il est excité et frénétique, frappe du plat de la main sur les vitres en plexiglas, installées en raison de la pandémie, pour augmenter la pression sur la réceptionniste lorsqu'il trouve qu'elle ne met pas assez d'argent dans le sac à dos. Il laisse un collègue, le véritable caissier, quitter la pièce dans l'indifférence totale. Celui-ci appuie sur le bouton «hold-up». 

Arrestation au bout de dix minutes

Quand il en a assez, il prend le sac à dos et disparaît par le sas d'accès, attendant que la première porte se referme et que la deuxième s'ouvre. Puis il se dirige vers la vallée de la Pétrusse. 

En quelques minutes, la police est intervenue.
En quelques minutes, la police est intervenue.
Photo: Guy Jallay

Un braquage de banque est synonyme d'alerte générale pour la police et, quelques instants après que le malfaiteur a quitté la banque, les gyrophares et les policiers se déploient autour de la scène de crime. Il ne faut alors que quelques minutes pour qu'une première patrouille aperçoive, non loin de la Pétrusse, un suspect correspondant à la description très précise du malfaiteur. 

L'inconnu prend immédiatement la fuite à la vue des agents. Ceux-ci le perdent de vue dans un premier temps. Une deuxième patrouille croise son chemin, mais il s'enfuit à nouveau. 

Dans la montée de la Pétrusse, juste sous le viaduc, moins de dix minutes après l'alerte, c'est la fin. Le suspect est maîtrisé et menotté. 

55.680 euros de butin

Au poste de police, il avoue rapidement. De toute façon, il aurait sans doute eu du mal à expliquer les 55.680 euros qu'il avait dans son sac à dos. Mais les choses se compliquent ensuite. 


Eines der Fahndungsfotos von Izet Ajdinovic hatten Zielfahnder der Kriminalpolizei dessen Facebook-Profil entnommen, auf dem er sein gutes Leben fernab des Zugriffs der Luxemburger Justiz zur Schau stellte.
Un homejacker arrêté après neuf ans en Serbie
Après un homejacking en 2013 à Belair, Izet Ajdinovic avait des espoirs légitimes de s'en sortir impunément. Mais il semble que les choses se soient passées différemment.

Les policiers trouvent en effet plusieurs choses étranges chez ce jeune homme - si étranges qu'ils les notent dans leur rapport. Le suspect semble écouter des voix et se parler à lui-même. 

Par hasard, un enquêteur apprend que le matin même de son crime, l'homme arrêté a porté plainte à la police contre un inconnu qui le suivait. 

Première destination : la banque Raiffeisen

En outre, il affirme qu'avant la Spuerkeess, il s'était déjà rendu à la banque Raiffeisen dans le quartier de la gare pour la braquer. Mais il y avait trop de gens qui le regardaient. 

C'est pourquoi il a choisi une autre banque pour la braquer. Les enregistrements vidéo de la banque Raiffeisen montrent cependant qu'il était le seul client pendant les quelques secondes où il est entré dans cette succursale. 

Le coupable avait choisi la succursale de la Caisse d'épargne parce qu'il y avait trop de clients dans une autre banque, a déclaré l'accusé lors de l'interrogatoire.
Le coupable avait choisi la succursale de la Caisse d'épargne parce qu'il y avait trop de clients dans une autre banque, a déclaré l'accusé lors de l'interrogatoire.
Photo: Guy Jallay

Face à un psychiatre, il ne veut pas entendre parler d'hallucinations et de voix. Il décrit des pensées paranoïaques, mais rejette leur origine. 

Après deux jours d'examens, l'expert est clair: les actes de ce Moldave de 25 ans sont marqués par une psychose et une dépendance à l'alcool et au cannabis, sa capacité de jugement est limitée. L'homme a besoin d'un traitement médical qu'il refuse de suivre. 

Prendre des vacances et régler ses dettes

Dans la salle d'audience, Maxim G. écoute attentivement. Là aussi, il porte un sweat à capuche noir, et un pantalon de jogging, et ses yeux clairs regardent par-dessus un masque chirurgical.

Contrairement à l'agression, il est très calme, presque prudent, et il n'a pas grand-chose à dire. Il a perdu son emploi intérimaire dans le bâtiment avant le crime. Avec l'argent, il aurait voulu partir en vacances et payer des dettes à ses parents. 

L'employée de banque qui a été menacée par l'agresseur souffre encore aujourd'hui de stress post-traumatique.
L'employée de banque qui a été menacée par l'agresseur souffre encore aujourd'hui de stress post-traumatique.
Photo: Guy Jallay

L'accusateur demande finalement huit ans de prison - pour séquestration à l'égard de l'employée de la banque, et non pour vol à main armée. «Je ne savais pas s'il avait vraiment une arme, mais je ne voulais pas non plus le découvrir», explique cette dernière. Aujourd'hui encore, la femme souffre de stress post-traumatique. La peur l'envahit par exemple dès que quelqu'un élève la voix près d'elle. Un avocat de son employeur demande pour elle 3.000 euros de dommages et intérêts. 

«Pas un braqueur de banque classique» 

Pour l'avocate du prévenu, il n'y a pas eu de séquestration. Celle-ci n'aurait pas été l'intention de l'auteur, elle ne serait qu'une partie du vol sous la menace. «Mon client a besoin d'aide», souligne-t-elle. Maxime G. n'est pas un braqueur de banque classique. De plus, il n'a pas d'antécédents judiciaires, montre des remords et a collaboré après son arrestation. Elle demande l'indulgence des juges. Leur décision sera rendue le 5 mai prochain. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.