Changer d'édition

«Les hommes peuvent aussi avoir le cancer du sein»
Luxembourg 3 min. 18.10.2021
Dr. Caroline Duhem

«Les hommes peuvent aussi avoir le cancer du sein»

Dr. Caroline Duhem, médecin directeur du pôle Kriibszentrum au CHL
Dr. Caroline Duhem

«Les hommes peuvent aussi avoir le cancer du sein»

Dr. Caroline Duhem, médecin directeur du pôle Kriibszentrum au CHL
Photo: Sibila Lind
Luxembourg 3 min. 18.10.2021
Dr. Caroline Duhem

«Les hommes peuvent aussi avoir le cancer du sein»

Sibila LIND
Sibila LIND
Saviez-vous qu'environ 85% des personnes parviennent à guérir de la maladie? Dans le cadre d'Octobre rose, mois de la sensibilisation et de la prévention du cancer du sein, le Dr. Caroline Duhem, médecin directeur du pôle Kriibszentrum au CHL, explique les risques de cette maladie.

Au Luxembourg, entre 450 et 480 cas de cancer du sein sont détectés chaque année. Grâce à des traitements modernisés et aux diagnostics précoces, une majorité de patients arrivent à guérir de la maladie. De l'ordre de 85% des cas diagnostiqués à temps, affirme le Dr Caroline Duhem.


Mammografie
Jusqu'à un an d'attente avant une mammographie
Même si la situation s'améliore, les quatre centres hospitaliers du Luxembourg sont loin de se montrer réactifs aux demandes de radiographie de poitrine. Il faut d'une semaine à 12 mois pour avoir rendez-vous, selon les circonstances.

Particularité de ce cancer, il touche principalement les personnes âgées entre 50 et 70 ans. «Au-delà, seuls 25% des cas sont détectés et même pourcentage avant 50 ans», explique la spécialiste du CHL qui affirme que cette maladie «ne touche pas tellement les jeunes». Et cette dernière d'affirmer que «dans toute ma carrière professionnelle, je n'ai eu qu'une seule patiente de moins de 20 ans avec un cancer du sein».

Cette maladie, associée principalement aux femmes, touche également les hommes. «Il y a entre trois et quatre cas par an», précise le Dr Duhem. Des cas rares mais qui peuvent avoir des conséquences plus importantes puisque ces patients sont généralement diagnostiqués de manière tardive, du fait même que «beaucoup d'hommes ne savent pas qu'ils peuvent aussi avoir cette maladie», note l'oncologue.

Dans la majorité des cas, une fois le diagnostic posé, le patient subit une intervention chirurgicale présentée comme «nécessaire mais minimale» pour retirer la tumeur. La suite du traitement dépend des résultats. «Il peut s'agir d'une radiothérapie s'il est possible de garder le sein intact ou sinon d'une immunothérapie, d'une chimiothérapie, voire d'un traitement à base d'hormones», détaille le Dr Duhem. 

Plus que le régime alimentaire, la spécialiste insiste sur l'importance d'une activité physique régulière. «Nous parlons toujours de l'importance de bien manger, mais c'est quelque chose qui est difficile à prouver. Quant à l'activité physique régulière, il est prouvé que pendant le traitement, elle aide à supporter les effets secondaires et qu'une fois le cancer guéri, elle permet de réduire le risque de rechute de 30 à 40%», assure la spécialiste.


«40% des cancers pourraient être évités»
Pour la ministre de la Santé, si le cancer reste la première cause de décès au Luxembourg, près de la moitié seraient évitables avec un mode de consommation plus sain. En cause notamment, la consommation d'alcool et de tabac.

Des recommandations que le Dr Duhem double d'un message de prévention afin de tenter de réagir au mieux en cas d'apparition de ce type de cancer. «Quels que soient l'âge ou les facteurs de risque, toutes les femmes peuvent avoir un cancer du sein. L'idéal est donc d'avoir cette sensibilisation et de faire un dépistage précoce en passant une mammographie tous les deux ans», note-t-elle.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Même si la situation s'améliore, les quatre centres hospitaliers du Luxembourg sont loin de se montrer réactifs aux demandes de radiographie de poitrine. Il faut d'une semaine à 12 mois pour avoir rendez-vous, selon les circonstances.
Mammografie
Pour la ministre de la Santé, si le cancer reste la première cause de décès au Luxembourg, près de la moitié seraient évitables avec un mode de consommation plus sain. En cause notamment, la consommation d'alcool et de tabac.
C'est une avancée majeure: de nombreux patients frappés par un cancer du sein ou du poumon peuvent éviter la chimiothérapie et ses terribles effets secondaires, selon des études publiées dimanche qui devraient bouleverser la façon dont les cancers sont soignés.
Le cancer du sein est le premier à atteindre les femmes.
La nouvelle thérapie ciblée expérimentale prometteuse du laboratoire américain Pfizer, le Palbociclib, a confirmé son efficacité pour bloquer la prolifération du cancer du sein avancé le plus fréquent, selon un nouvel essai clinique dévoilé samedi.