Changer d'édition

Hommage ce dimanche: Il y a 75 ans, 323 juifs de Luxembourg étaient déportés
Luxembourg 18 2 min. 16.10.2016 Cet article est archivé

Hommage ce dimanche: Il y a 75 ans, 323 juifs de Luxembourg étaient déportés

Luxembourg 18 2 min. 16.10.2016 Cet article est archivé

Hommage ce dimanche: Il y a 75 ans, 323 juifs de Luxembourg étaient déportés

Ce dimanche matin, un mémorial en l'honneur des 323 juifs de Luxembourg déportés le 16 octobre 1941 vers le ghetto de Lodz, en Pologne a été célébré. C'est le 16 octobre 1941, que le premier train de déportation partait de la gare de Luxembourg.

Ce dimanche matin, un mémorial en l'honneur des 323 juifs de Luxembourg déportés le 16 octobre 1941 vers le ghetto de Lodz, en Pologne a été célébré. En effet, c'est le 16 octobre 1941, il y a tout juste 75 ans, que le premier train de déportation de juifs partait de la gare de Luxembourg.

Jusqu'au 17 Juin 1943, six autres expulsions de la sorte ont eu lieu au Luxembourg. Seulement 12 des 323 personnes déportées ainsi ont survécu à la Seconde Guerre mondiale. 

Pour rendre hommage à toutes ces personnes, 323 valises ont donc été déposées ce dimanche matin à la gare de Luxembourg par des étudiants. Le Grand-Duc Henri, le Premier ministre Xavier Bettel, le Président de la Chambre des députés Mars Di Bartolomeo, le président de la communauté juive au Luxembourg, Claude Marx et la maire de Luxembourg, Lydie Polfer étaient présents.

Les noms des déportés ont été cités et trois témoignages lus durant la cérémonie.

Un monument pour "se souvenir"

Dans son discours, Xavier Bettel s'est révélé ému, sachant comment l'histoire de toutes ces personnes a continué en Pologne. Il a également déclaré qu'un monument dans le quartier du gouvernement sera construit en 2018, pour commémorer les victimes de l'Holocauste et de la Shoah. 

Ce monument devrait être construit à l'endroit exact où la première synagogue du pays fut créée, en 1840.

Ces événements ne doivent pas être oubliés

Mars Di Bartolomeo a déclaré lui que ces événements du passé devaient nous rendre davantage responsables pour le présent et le futur. "Des événements tels que la Seconde Guerre mondiale ne doivent pas être oubliés et répétés. Et pourtant les crimes contre l'humanité au Moyen-Orient, en Afrique ou ailleurs se poursuivent. Nous devons nous impliquer pour arrêter ces crimes contre des civils innocents."

Il a également remercié les étudiants présents, qui ont recueilli 3.000 signatures pour combattre les attaques contre les civils en Syrie. 

Claude Marx a également tourné son discours vers la jeunesse locale et a parlé du sort de la famille Hermann. Jakob, Irma et leurs trois fils Bernard, Robert et Eric ont été expulsés le 16 Octobre 1941. 

A cette époque, ces trois jeunes menaient une vie normale, comme les étudiants présents ce dimanche matin. Mais leur vie a changé en un court laps de temps, de la manière la plus cruelle qui soit.

Le Président de la communauté juive du Grand-Duché a également mis en avant le système scolaire. "Il est important d'expliquer et de montrer ce qui est arrivé à l'époque et qui n'est plus autorisé à se produire aujourd'hui."

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Des excuses officielles unanimes: «La Chambre s'excuse auprès de la communauté juive»
«Nous devons prendre et assumer ensemble cette responsabilité» a lancé d'emblée le Premier ministre, Xavier Bettel, aux députés luxembourgeois avant qu'ils ne votent unanimement une résolution historique, ce mardi. Ce qu'a rapidement fait Alex Bodry: «La Chambre s'excuse auprès de la communauté juive pour les manquements de l'administration luxembourgeoise», pendant l'occupation nazie.
Vivre sa religion au Luxembourg: Pour les juifs, la cohésion sociale s'écrit en majuscules
C'est nouveau au Luxembourg. Depuis janvier 2015, six cultes ont officiellement paraphé une convention avec l'Etat. Dans la foulée, wort.lu/fr est allé à la rencontre des juifs, des musulmans, des catholiques, des protestants, des orthodoxes et des anglicans pour comprendre comment ils vivent et pratiquent leur religion au Grand-Duché. Découvrez tous les jours de cette semaine, l'une de ces communautés de l'intérieur. Notre dossier spécial commence au sein de la communauté israélite.
L'enveloppe annuelle de 315.000 euros attribuée au culte israélite par l'Etat «représente environ 25% de moins que ce que nous avions avant», explique le président du Consistoire israélite, Claude Marx.