Changer d'édition

Hollerich veut mieux intégrer les étrangers à la vie politique
Luxembourg 2 min. 30.04.2015 Cet article est archivé
En vue du référendum du 7 juin

Hollerich veut mieux intégrer les étrangers à la vie politique

Jean-Claude Hollerich en novembre 2014
En vue du référendum du 7 juin

Hollerich veut mieux intégrer les étrangers à la vie politique

Jean-Claude Hollerich en novembre 2014
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 2 min. 30.04.2015 Cet article est archivé
En vue du référendum du 7 juin

Hollerich veut mieux intégrer les étrangers à la vie politique

Mgr Jean-Claude Hollerich se prononce, jeudi, en faveur d'une plus grande participation des résidents non-luxembourgeois à la vie politique du Grand-Duché, alors que se profile le référendum du 7 juin portant.

(DN) - Mgr Jean-Claude Hollerich se prononce, jeudi, en faveur d'une plus grande participation des résidents non-luxembourgeois à la vie politique du Grand-Duché, alors que se profile le référendum du 7 juin portant, notamment, sur le droit de vote accordé aux étrangers lors des législatives.

Quelques jours après que la scène culturelle se soit prononcée en faveur du droit de vote accordé aux étrangers, l'Archevêque «se réjouit que l'on cherche à faire participer les résidents non-luxembourgeois davantage à la vie politique luxembourgeoise», même s'il ne se prononce pas sur la façon concrète de le faire.

Corriger un déséquilibre

Dans une tribune publiée sur le site cathol.lu, Mgr Hollerich rappelle que les 46% d'étrangers qui contribuent à composer aujourd'hui Grand-Duché «font partie de notre société, de sa vie, de la richesse, la beauté, la diversité de notre pays !» Se désolant de ne pas les voir intégrés à la vie politique nationale, il estime «juste de réfléchir aux moyens de remédier à ce qui constitue un déséquilibre entre leur apport à la construction du pays et leur coresponsabilité politique».

Dans sa lettre, l'archevêque ne prend pas publiquement position en faveur du référendum du 7 juin, mais le cite, au côté d'autres propositions visant, notamment, à permettre l'accession à la nationalité luxembourgeoise. Autant d'initiatives qui, à ses yeux, vont dans le même sens : «Un pays ne doit pas exclure de la vie politique ceux qui contribuent quotidiennement à sa vie économique, sociale, culturelle et religieuse et qui en font pleinement partie.»

Mgr Hollerich souligne, enfin, qu'il existe au Luxembourg «de belles et vivantes communautés catholiques constituées de fidèles dont la majorité n’ont pas la nationalité luxembourgeoise» : «Tous ensemble, résidents luxembourgeois et non-luxembourgeois, nous constituons l’Église du Christ car en elle il n’y a pas d’abord des autochtones et étrangers, mais des frères et sœurs.»


Sur le même sujet

Elle dit avoir appris à parler le français à Namur. Mariée à un Français qui a acquis la double nationalité, la députée Diane Adehm, estime que «la langue luxembourgeoise, c'est vraiment le moyen d'intégration des étrangers». Alors qu'elle n'avait jamais eu l'intention d'entrer en politique, cette battante affiche un parcours sans faute qui pourrait jouer en sa faveur en octobre. Mais que veut Diane?
22.1.WO fr / Hesperange /  ITV Diane Adehm , CSV / Frankophonie /  Foto:Guy Jallay
A un mois du jour J, le LCGB réaffirme qu'il est pour l'ouverture du droit de vote aux étrangers mais qu'il est contre la limitation des mandats de ministres à dix ans et contre le droit de vote à 16 ans. Le syndicat estime que les partis politiques auraient dû s'accorder sur les trois questions au lieu de passer par un référendum.
Le président du LCGB, Patrick Dury, avait annoncé la position du syndicat chrétien lors de son défilé du 1er mai à Bettembourg.