Changer d'édition

Henri Kox encadre strictement les manifestations
Luxembourg 2 min. 09.12.2021 Cet article est archivé
Sécurité

Henri Kox encadre strictement les manifestations

En désaccord sur la sécurisation du quartier Gare, Lydie Polfer et Henri Kox se serrent les coudes sur la gestion des prochains cortèges de manifestants.
Sécurité

Henri Kox encadre strictement les manifestations

En désaccord sur la sécurisation du quartier Gare, Lydie Polfer et Henri Kox se serrent les coudes sur la gestion des prochains cortèges de manifestants.
Photo : Marc Wilwert
Luxembourg 2 min. 09.12.2021 Cet article est archivé
Sécurité

Henri Kox encadre strictement les manifestations

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le ministre de la Sécurité intérieure a clairement défini, jeudi, ce que les prochains cortèges de contestataires auront le droit de faire ou pas. Des mesures à effet immédiat.

Les débordements qu'a connus la capitale, samedi 4 décembre, auront créé un électrochoc. D'abord au sein de la population, choquée par les troubles engendrés par des opposants aux choix sanitaires du gouvernement. Ensuite parmi la classe politique. Comme l'ont démontré les prises de position du Premier ministre mais aussi de tous les bords représentés à la Chambre. Et maintenant au sein des forces de police qui n'ont pas su, ce jour-là, contenir quelque 2.000 manifestants venus troubler la tranquillité d'un samedi de l'Avent.


Des policiers critiquent le dispositif choisi samedi
Pas assez nombreux, pas équipés pour la circonstance, manquant de consignes claires : les agents qui ont, de près ou de loin, assisté aux débordements de ce 4 décembre en gardent un souvenir amer.

Cinq jours après les faits, le ministre de la Sécurité intérieure a donc dégainé une série d'avertissements à l'attention de ceux qui voudraient à nouveau semer la pagaille en Ville. Au côté de la bourgmestre de la capitale, Henri Kox (Déi Gréng) a signifié que pareils agissements n'étaient pas et plus tolérables. Aussi, afin que les rassemblements prévus pour cette fin de semaine ne tournent au pugilat, le responsable de la police grand-ducale a fixé de nouveaux contours. Des périmètres géographiques même.

L'idée est claire : en dehors du parcours déterminé pour la manifestation, ou à l'approche de certains points d'intérêt dans la capitale, les agents interviendront systématiquement. Ainsi, a fait savoir Donat Donven, directeur-adjoint de la police, les prochains cortèges devront se limiter à une zone clairement délimitée entre le parking du Glacis et la place de l'Europe, au Kirchberg. Autrement dit rien qui déborde les points d'arrivée, le boulevard de la Foire, le Pont Rouge et le début du boulevard Kennedy. A oublier donc le crochet ''habituel'' devant la Chambre ou la place Guillaume II... Voilà la concession faite «à la liberté d'opinion» quand ailleurs sera la volonté de «protéger la population».


Lokales, Amnesty, marches aux flambeaux  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Amnesty annule sa marche pour éviter tout débordement
La marche aux flambeaux de vendredi sera remplacée par une action sur les réseaux sociaux.

A titre temporaire, les pouvoirs de police seront étendus. Notamment pour procéder à des contrôles d'identité inopinés. La loi le permet, le ministre entend user de ce droit, car selon lui, «un risque grave existe».

Pour Lydie Polfer (DP), ces dispositifs doivent effectivement être pris. Pour elle aussi, il faut agir y compris avec des «mesures exceptionnelles». La bourgmestre avait assisté, depuis son bureau de l'hôtel de ville, à l'invasion du marché de Noël du Knuedler et avait aussitôt témoigné de sa «peur». Un sentiment qu'elle ne compte plus revivre en plein rush de l'Avent dans sa ville.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet