Changer d'édition

Hausse des injections de cocaïne: 52% des drogués se fournissent au Luxembourg
Luxembourg 4 min. 08.02.2017

Hausse des injections de cocaïne: 52% des drogués se fournissent au Luxembourg

52% des drogués se fournissent au Luxembourg

Hausse des injections de cocaïne: 52% des drogués se fournissent au Luxembourg

52% des drogués se fournissent au Luxembourg
Shutterstock
Luxembourg 4 min. 08.02.2017

Hausse des injections de cocaïne: 52% des drogués se fournissent au Luxembourg

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
Les réseaux de distribution de la drogue sont de mieux en mieux organisés au Luxembourg et 52% des usagers se fournissent directement dans le pays.

Par Virginie Orlandi

Les réseaux de distribution de la drogue sont de mieux en mieux organisés au Luxembourg et 52% des usagers se fournissent directement dans le pays.

C'est la cocaïne qui a le plus de consommateurs, se substituant partiellement à l'injection d'héroïne. Entre 2006 et 2013, on notait une tendance à la baisse des quantités saisies d'héroïne, de cocaïne et de cannabis mais depuis 2014, les chiffres sont repartis à la hausse.

Le nombre total de personnes impliquées dans les infractions de détention de drogues est également en hausse: en 2015, 3.345 personnes sont concernées.

"Au cours de ces dernières années, des réseaux de distribution mieux organisés ont vu le jour au Luxembourg", débute la ministre de la Santé, Lydia Mutsch lors de la présentation du rapport sur l'état des drogues, "L'expansion de ces réseaux plus structurés a contribué à une hausse sensible de la disponibilité de produits illicites, particulièrement l'offre de cocaïne".

D'après le rapport, les nouvelles drogues synthétiques sont également en progression et les techniques de vente  au détail ont changé: les points de vente sont délocalisés vers des endroits moins visibles comme des cafés ou des appartements privés. Mais ce qui inquiète le plus le ministère de la Santé, c'est le lieu d'approvisionnement des usagers de drogue:

"52% d'entre eux se fournissent exclusivement au Luxembourg alors que cette proportion représentait seulement 15% en 2008", souligne Lydia Mutsch.

38,5 millions débloqués par l'Etat

La qualité de la cocaïne et de l'héroïne a également baissé depuis 2006 et on trouve de plus en plus de substances coupées avec d'autres produits sur le marché.

Des nouvelles drogues de synthèse font leur apparition: "On ne connait pas leurs effets et les risques de ces drogues et ceci est un phénomène inquiétant", explique le docteur Alain Origer.

Le budget du ministère de la Santé alloué aux programmes des drogues et des toxicomanies a connu un taux de progression de 500% en 15 ans: il est passé de 2.066.000 euros en 2000 à 12.349.000 en 2015.

Les dépenses publiques en matière de lutte contre les drogues ont été estimées à 38,5 millions d'euros et les dépenses allouées exclusivement au traitement des problèmes liés à l'usage de drogues représentaient 16,2 millions d'euros en 2012.

Baisse des usagers en 2015

Le rapport montre une stabilisation du nombre d'usagers de la drogue au Luxembourg et estime aujourd'hui que le nombre de personnes qui présentent ce type d'usage dans le pays se situe autour de 2.000.

Le Luxembourg se place d'ailleurs en dessous de la moyenne européenne pour ce qui est de l'usage des drogues, surtout l'usage récent.

La ministre a ajouté que "le déploiement des plans d'action nationaux en matière de drogues et de toxicomanies a été accompagné d'une baisse globale des décès par surdosage au Luxembourg".

"Depuis l'ouverture de la première salle de consommation supervisée de drogues, quelque 2.100 incidents de surdosage y ont été gérés et aucune surdose, prise en charge à l'intérieur de cette structure d'accueil, n'a connu une issue fatale", précise la ministre.

Dans les prochains mois, le Luxembourg va ouvrir une deuxième "fixerstuff" qui se situera dans le sud du pays à Esch-sur-Alzette.

"Le Luxembourg ne se dotera pas d'une infrastructure de ce type au nord car après étude, nous estimons que les antennes déjà sur place suffisent à la demande et à l'accompagnement des usagers de drogues", précise Alain Origer.

Sida: nouvelles infections liées à la drogue

Le Luxembourg enregistre de nouvelles infections du Sida non seulement parmi la population homosexuelle mais aussi parmi les usagers de drogues.

Depuis trois ans, le pays accuse une hausse d'usagers intraveineux de drogues parmi les personnes nouvellement infectées par le virus du Sida. En 2015, il affichait un taux de 21%.

"Il s'agit d'un constat inquiétant", relève Lydia Mutsch, "d'autant plus que les offres nationales en matière de traitement et de réduction des risques sont très développées et diversifiées et que le nombre de seringues stériles distribuées a atteint un niveau record en 2015".

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet