Changer d'édition

Greenpeace favorable à une relance écologique
Luxembourg 2 min. 18.06.2020

Greenpeace favorable à une relance écologique

Le mouvement écologiste craint que les mesures économiques de relance ne profitent entre autres aux secteurs des énergies fossiles.

Greenpeace favorable à une relance écologique

Le mouvement écologiste craint que les mesures économiques de relance ne profitent entre autres aux secteurs des énergies fossiles.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 2 min. 18.06.2020

Greenpeace favorable à une relance écologique

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
L'organisation écologiste craint que le fameux plan européen de reprise fasse la part belle aux énergies fossiles. Elle demande à l'UE de mettre en place des garanties environnementales qui répondent aux objectifs de l'accord de Paris.

Les dirigeants européens ont prévu de se rencontrer ce vendredi lors d'un premier sommet par visioconférence pour évoquer le plan de relance massif destiné à soutenir l'économie européenne sinistrée par la pandémie. Pour le mouvement écologiste, les 750 milliards d'euros prévus pour le redémarrage de la machine économique pourraient profiter aux secteurs des énergies fossiles selon une enquête publiée ce jeudi. 

L'organisation non gouvernementale demande à ce que «ces investissements soient assortis de conditions vertes obligatoires et de garantie de conformité à l'accord de Paris».


Ursula von der Leyen
750 milliards pour relancer une économie exsangue
Avec un fonds de relance destiné à soutenir les Etats membres mis à mal par le coronavirus, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen dévoile mercredi un plan d'aide exceptionnelle, très attendu.

Et Greenpeace d'épingler les aides en faveur de l'industrie aéronautique. A l'heure actuelle, les investissements en aides d'Etat atteignent près de 33 milliards d'euros. «Nous avons constaté que les gouvernements prennent en douce de nouvelles mesures économiques qui garantissent une seconde chance aux gros pollueurs», affirme Frank Thinnes.

Et le chargé de la campagne Climat et Énergie pour le Luxembourg de préciser: «Que ce soit intentionnel ou accidentel, les gouvernements qui utilisent de l'argent public pour quoi que ce soit d'autre qu'une reprise verte et juste sont inexcusables».


Electricité rime avec voiture de société
A l'avenir, pour les entreprises et les salariés, l'Etat ne procédera à la défiscalisation que pour les modèles à propulsion électrique. Claude Turmes, ministre de l'Energie, a levé le voile sur cette mesure qui entrera dans la prochaine réforme fiscale.

Les autorités luxembourgeoises ne font pas exception à la règle. Frank Thinnes épingle notamment la décision du gouvernement de «suspendre de façon indéterminée certaines accises déjà prévues sur l'essence et le diesel». Pour cause de crise sanitaire, l'exécutif a en effet été contraint de décaler ces taxes et les ministres concernés, à savoir Claude Turmes, Carole Dieschbourg (Déi Gréng) Pierre Gramegna (DP) et Franz Fayot (LSAP), ont prévu de se revoir pour en discuter. 

Le mouvement écologiste exhorte donc la Commission européenne à mettre en place un observatoire pour une relance durable et écologique, chargé de surveiller les programmes économiques de toute l'UE et de s'assurer qu'ils soient conformes aux objectifs de l'accord de Paris. Ce dernier exclut notamment le secteur des combustibles fossiles des prêts publics subventionnés.  

Pour rappel en décembre dernier, Ursula von der Leyen avait présenté une feuille de route vers la neutralité climatique destinée à devenir la «nouvelle stratégie de croissance» de l'UE. La présidente de la Commission avait notamment mis en avant «50 actions pour 2050», une liste de propositions législatives, plans d'actions, stratégies, orientations, couvrant différents secteurs. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'UE en quête d'un compromis sur un plan de relance
La Commission européenne proposera mercredi un plan de relance pouvant atteindre 1.000 milliards d'euros pour surmonter la crise engendrée par le coronavirus. Cette proposition marquera le coup d'envoi de négociations difficiles entre des Européens divisés sur la solidarité financière.
ARCHIV - 10.06.2019, Belgien, Br¸ssel: Flaggen der Europ‰ischen Union wehen im Wind vor dem Berlaymont-Geb‰ude, dem Sitz der Europ‰ischen Kommission. (Zu dpa ´EU-Kommission: Schon 3,4 Billionen gegen Corona-Krise mobilisiertª) Foto: Arne Immanuel B‰nsch/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'Europe relancée par un plan de 500 milliards d'euros
France et Allemagne ont proposé un dispositif financier afin d'aider l'Union européenne à surmonter la crise historique engendrée par la pandémie de coronavirus. Ce plan, pas encore accepté, passerait par un mécanisme inédit de mutualisation de la dette européenne.
German Chancellor Angela Merkel arrives to address a joint press conference with French President Emmanuel Macron, who attends via video link, at the Chancellery in Berlin, Germany, on May 18, 2020 on the effects of the novel coronavirus COVID-19 pandemic. (Photo by Kay NIETFELD / POOL / AFP)