Changer d'édition

Gramegna candidat pour diriger l'Eurogroupe
Luxembourg 2 min. 25.06.2020

Gramegna candidat pour diriger l'Eurogroupe

Après son échec en 2017 face à Mario Centeno, Pierre Gramegna entend bien lui succéder à la tête de l'Eurogroupe. Verdict le 9 juillet prochain.

Gramegna candidat pour diriger l'Eurogroupe

Après son échec en 2017 face à Mario Centeno, Pierre Gramegna entend bien lui succéder à la tête de l'Eurogroupe. Verdict le 9 juillet prochain.
Photo: Guy Wolff
Luxembourg 2 min. 25.06.2020

Gramegna candidat pour diriger l'Eurogroupe

Le ministre des Finances a annoncé jeudi son intention de remplacer Mario Centeno, le «Cristiano Ronaldo de l'Ecofin», dont le mandat prendra fin le 13 juillet 2020. Il sera notamment opposé à l'Espagnole Nadia Calviño. Décision le 9 juillet prochain.

(ASdN avec Diego Velazquez) - La course à la présidence de l'Eurogroupe a officiellement commencé. Mercredi, la ministre espagnole de l'Economie Nadia Calviño annonçait se porter candidate pour succéder à Mario Centeno à la tête de l'Eurogroupe. Jeudi, c'est au tour de Pierre Gramegna (DP) de confirmer sa candidature sur les réseaux sociaux.

La candidature du ministre des Finances n'est toutefois pas une surprise. Cette annonce est en revanche le signe que Pierre Gramegna s'attend à un soutien suffisant pour être élu à la tête de l'organe lors des élections de l'Eurogroupe. Car si Nadia Calviño serait pour l'heure en bonne position, reste que beaucoup d'éléments apparaissent également en faveur du Luxembourgeois, qui postule pour la deuxième fois, après son échec en 2017.

Pierre Gramegna est en effet l'un des plus anciens ministres des Finances de la zone euro. Qui plus est, du Luxembourg, pays faisant partie des bons élèves en ce qui concerne les questions budgétaires. En outre, le ministre luxembourgeois cultive son image de médiateur à Bruxelles. En effet, il n'est pas le représentant d'une ligne dure en matière de discipline budgétaire, mais a toujours fait preuve de solidarité avec le Sud de l'Europe. Un élément dont il n'hésite pas à jouer dans sa candidature officielle, dans laquelle il indique «être habitué à trouver des compromis entre des intérêts divergents, notamment en rompant avec les traditions du passé».


Paolo Gentiloni
L'UE s'attend à une récession historique en 2020
La Commission européenne a prédit mercredi un ralentissement économique majeur cette année parmi les Etats membres, dévastés par les répercussions économiques de la pandémie de coronavirus, qui nécessitent un plan de relance sans précédent.

Quelle que soit l'issue des élections, qui doivent avoir lieu le 9 juillet, le prochain chef de l'Eurogroupe devra relever d'importants défis. Sous la présidence de Mário Centeno, l'organe a perdu beaucoup d'influence et n'a pas pu prendre de décisions politiquement pertinentes. La période largement exempte de crise de ces trois dernières années n'a pas été mise à profit pour engager les réformes nécessaires.

La pandémie sanitaire a toutefois montré que les décisions en termes de politique financière sont de plus en plus prises dans le cercle des États de l'UE - et non seulement dans les États de la zone euro. «L'Eurogroupe peut encore être réparé», a ainsi déclaré l'expert européen Lucas Guttenberg du Centre Jacques Delors à Berlin, «mais pour cela, il nous faut un bon président.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Quatre choses à savoir sur l'élection à l'Eurogroupe
Alors que Nadia Calvino, la ministre espagnole de l'Economie, est présentée comme la favorite de l'élection à la présidence de l'organe qui réunit les ministres des pays de la zone euro, Pierre Gramegna ne part pas battu d'avance. Le ministre luxembourgeois possède à la fois entregent et expérience.
Gramegna pour prendre la tête de l'Eurogroupe?
Mario Centeno a annoncé mardi son intention de quitter la présidence de l'instance regroupant les ministres des Finances de la zone euro. Pour remplacer le «Cristiano Ronaldo de l'Ecofin», le nom du Luxembourgeois figure en bonne place.
Politik, Corona-Virus, Ministerrat, Pierre Gramegna, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
L'UE s'attend à une récession historique en 2020
La Commission européenne a prédit mercredi un ralentissement économique majeur cette année parmi les Etats membres, dévastés par les répercussions économiques de la pandémie de coronavirus, qui nécessitent un plan de relance sans précédent.
Paolo Gentiloni
«L'UE ne doit pas s'accrocher à ses vieux logiciels»
Jean-Claude Juncker juge la réponse européenne apportée à la crise du coronavirus. L'ex-président de la Commission observe que «les premières réactions furent nationales» pour la bonne et simple raison que «l'UE ne dispose pas d'un arsenal suffisant en matière de santé publique».
European Commission President Jean-Claude Juncker gestures during his last presser in Brussels on November 29, 2019. - The 64-year-old head of the EU's executive is at the end of his five-year mandate and is expected to hand over the reins to his successor on December 1, 2019. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)