Changer d'édition

Gilles Baum souhaite lever le tabou du suicide
Luxembourg 4 min. 21.01.2021 Cet article est archivé

Gilles Baum souhaite lever le tabou du suicide

Pour le député Gilles Baum, il faut notamment former aux "premiers secours psychologiques".

Gilles Baum souhaite lever le tabou du suicide

Pour le député Gilles Baum, il faut notamment former aux "premiers secours psychologiques".
Photo : Anouk Antony
Luxembourg 4 min. 21.01.2021 Cet article est archivé

Gilles Baum souhaite lever le tabou du suicide

Les députés vont débattre ce jeudi à la Chambre de la question du suicide, alors que les conséquences de la crise sanitaire sur le mental des Luxembourgeois se font durement ressentir.

(jm avec mh) - Les corps sont mis à rude épreuve depuis le début de l'épidémie, et les esprits aussi. A la demande de Gilles Baum, chef du groupe parlementaire DP, les députés débattront ce jeudi de la question du suicide et de l'impact de la crise du covid sur la santé mentale. 

Vous avez demandé ce débat à la Chambre sur le suicide, quelles étaient vos motivations ? 

Gilles Baum - «La pandémie dans laquelle nous nous trouvons ne passe pas sans laisser de traces. Les libertés des gens ont été sévèrement restreintes, surtout lors de la première vague, mais nous avons également mis en place des mesures strictes pendant la période des fêtes. Mais tout le monde n'a pas une grande maison avec jardin où les enfants peuvent jouer. Certaines personnes vivent avec deux enfants dans un petit appartement. Cette proximité constante a un impact sur l'esprit. 

De plus, la situation économique ne s'étant pas redressée comme on l'espérait, de nombreux résidents ont des craintes existentielles. Par rapport à la période précédant l'apparition du covid, davantage de citoyens demandent donc une aide psychologique et, à l'automne déjà, le Parlement des jeunes a adopté une résolution demandant que la santé mentale soit davantage prise en compte. Si les jeunes le réclament déjà, cela devrait nous faire réagir.  

Comment l'épidémie a-t-il affecté les statistiques sur le suicide ? 

« Jusqu'à présent, il n'a pas été déterminé que le nombre de suicides en 2020 était sensiblement plus élevé que les années précédentes. Statistiquement, "nous nous en sortons bien'' par rapport aux normes européennes.

On compte 8,7 suicides pour 100.000 habitants, ce qui signifie 70 à 80 passages à l'acte par an. La moyenne européenne est de douze suicides pour 100.000 habitants. 

En outre, il existe un certain nombre de cas non signalés, car si une personne provoque délibérément un accident avec sa voiture, elle n'est pas répertoriée dans les statistiques sur les suicides. Le nombre de tentatives de suicide est dix à vingt fois plus élevé : jusqu'à 1.500 personnes tentent de s'ôter la vie chaque année. L'un des éléments déclencheurs est probablement le fait que les gens ont de plus en plus de mal à jongler avec toutes leurs obligations. Particulièrement les femmes subissant beaucoup de pression en plus du travail, avec la gestion des enfants et du foyer. 

Comment la famille et les proches doivent-ils gérer une tentative de suicide, qui peut aussi être un appel au secours ?   

«Il est extrêmement important d'écouter et d'aider là où vous le pouvez. Les problèmes financiers, par exemple, peuvent être réglés au sein de la famille. En ce qui concerne la société dans son ensemble, nous devons proposer des cours de premiers secours en santé mentale dans tout le pays. Cela se fait déjà dans les écoles et de nombreux enseignants ont déjà été formés pour reconnaître les signes qu'un élève est mentalement affecté.

Mais que faire face à la pénurie de psychologues, surtout dans les hôpitaux ?

« Rien à court terme, si ce n'est le recrutement de personnels à l'étranger, sinon la situation menace de devenir dramatique. Dans les 15 prochaines années, nous allons perdre 80% du personnel actuel. Actuellement, nous avons 25 psychiatres et sept psychologues pour enfants dans les hôpitaux. À moyen terme, nous devrions mettre en place un cours de psychiatrie à l'Université du Luxembourg.

Aujourd'hui, après leur formation de base de six ans, les étudiants en médecine de ce pays peuvent déjà faire trois ans de formation spécialisée pour devenir généralistes, neurologues ou oncologues. Une bonne offre de formation pourrait également attirer des étudiants des pays voisins.»

Retrouvez l'interview complète sur le site DE du Luxemburger Wort.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Depuis le début de la pandémie, l'Université du Luxembourg a mis en place une plateforme pour que les étudiants puissent recevoir une aide psychologique. Une mesure plus qu'indispensable car les demandes de la part d'étudiants isolés et stressés ont augmenté.
Von Isolation spricht man, wenn eine Person nachweislich mit dem Corona-Virus infiziert ist. Dann gilt es, sich auch in den eigenen vier Wänden von anderen Personen zu isolieren
Selon la ministre de la Santé, le nombre de personnes se donnant volontairement la mort ne serait pas en hausse en 2020. Le virus aurait néanmoins donné des idées noires à davantage de résidents qu'en temps normal.
Die Ligue sensibilisiert, damit Betroffene von psychischen Erkrankungen wissen, wo sie Hilfe finden.
Si le confinement visait à protéger la santé des habitants, ces huit semaines d'isolement forcé ont aussi eu des effets négatifs sur leur bien-être, révèle une étude du Statec publiée jeudi. Un tiers des résidents se disent impactés.
Prévention du suicide au Luxembourg
Mercredi, la ministre de la Santé, Lydia Mutsch a présenté l’exposition itinérante "A|Normal", une exposition de sensibilisation sur les troubles mentaux. Cette expo s’inscrit dans le cadre du Plan national de prévention du suicide au Luxembourg.
Grâce à cette exposition, les visiteurs peuvent obtenir plus d'informations sur les maladies mentales.
72 suicides par an au Luxembourg
Le suicide peut être évitable et «c'est une affaire qui nous concerne tous» dont il faut aussi parler à l'école. Alors que 85 cas de suicides ont été enregistrés au Luxembourg l'an passé, à quoi il faut rajouter les nombreuses tentatives, la ministre de la Santé a présenté mercredi le premier Plan national de prévention du suicide (2015-2019).
La philosophie du nouveau Plan national de prévention du suicide est de «renforcer les individus» et «d'augmenter la capacité de la communauté à répondre rapidement à la détresse des personnes».
Au Luxembourg, on recense trois fois plus de suicides chez les 80-84 ans que chez les 20-24 ans et quatre fois plus de suicides chez les hommes que chez les femmes. Un phénomène que Fränz D'Onghia, docteur en psychologie et spécialisé dans la prévention au suicide, explique à wort.lu/FR.
Au Luxembourg, on recense trois fois plus de suicides chez les 80-84 ans que chez les 20-24 ans.