Changer d'édition

Gérer et accompagner l'éducation aux écrans
Luxembourg 6 2 min. 27.02.2020 Cet article est archivé

Gérer et accompagner l'éducation aux écrans

Sensibiliser les jeunes aux risques liés à l’utilisation des nouveaux médias, tel est l'objectif de la campagne «Les écrans en famille».

Gérer et accompagner l'éducation aux écrans

Sensibiliser les jeunes aux risques liés à l’utilisation des nouveaux médias, tel est l'objectif de la campagne «Les écrans en famille».
Photo: Guy Wolff
Luxembourg 6 2 min. 27.02.2020 Cet article est archivé

Gérer et accompagner l'éducation aux écrans

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
Même si la digitalisation de la société présente de nombreux atouts, les risques de surexposition des enfants suscitent des préoccupations chez des parents. La campagne «Les écrans en famille» propose des pistes sur la bonne utilisation des médias numériques.

«Les enfants d'aujourd'hui sont nés avec les médias digitaux. Encore faut-il qu'ils apprennent à s'en servir de façon raisonnable et en toute sécurité. Ils ont besoin d'être accompagnés et les parents sont les premiers éducateurs», estime Claude Meisch (DP). 


Ces ados que le smartphone rend malade
Si 99% des jeunes Luxembourgeois se connectent chaque jour à internet, ils sont un sur deux à s'adonner à la passion du jeu en ligne, selon le Statec. Une pratique qui interroge l'association «Ausgespillt» qui recense de plus en plus de cas de dépendance aux écrans.

Et pour le ministre de l'Education nationale, de l'Enfance et de la Jeunesse, les jeunes ont besoin d'être accompagnés dans leur éducation numérique, c'est la «responsabilité des parents et des acteurs de l'Education nationale». 

«Les écrans en famille» qui ont été présentés ce jeudi, sont censés répondre aux nombreuses interrogations que se posent les adultes. Mise sur pied en collaboration avec l'initiative d'Etat Bee Secure, cette campagne s'articule autour de trois thèmes: gérer, éduquer et accompagner. Il s'agit avant tout de sensibiliser les parents sur les dangers et les risques liés aux écrans. 

Outre la diffusion de ces affiches, qui seront visibles à travers le pays à partir de la semaine prochaine, Bee Secure et les services du ministère ont édité une brochure qui propose une série de recommandations basées sur des connaissances scientifiques relativement récentes. 

Des zones sans écran dans la maison

«La règle 3-6-9-12 propose une ligne de conduite qui s'étale sur dix ans. Avant 3 ans, pas de télévision. Entre 3 et 6 ans, pas de console de jeux. Pas d'internet seul avant 9 ans ou encore pas de réseaux sociaux avant 13 ans», précise Jeff Kaufmann, coordinateur des campagnes pour Bee Secure qui est en charge notamment du «Safer Internet Day».  


Lokales,Safer Internet Day,Judith Swietlik,Jeff Kaufmann,Barbara Gorges,.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le «Safer Internet Day 2020» pour plus de sécurité
L'initiative gouvernementale Bee Secure et d'autres acteurs du monde numérique veulent profiter de la journée pour un internet plus sûr pour sensibiliser les internautes aux dangers du net.

Le manque de pratique d'une activité physique est aussi souligné. Autre recommandation: la règle «Les 4 pas». Pour les professionnels du secteur et des experts, il existe quatre temps sans écran. Les spécialistes recommandent d'éviter les écrans le matin, pendant les repas, avant le coucher et dans la chambre de l'enfant.

Toutes ces informations sont disponibles dans le guide mis en ligne par Bee Secure. Il sera largement diffusé à partir de la mi-mars dans les crèches, les écoles fondamentales publiques, les communes et chez les pédiatres.    


Sur le même sujet

Le manque d'activité physique pèse sur la jeunesse
Quatre adolescents luxembourgeois sur cinq pratiquent moins d'une heure d'exercice par jour. Une norme qui correspond pourtant au niveau recommandé par l'OMS. La faute principalement à la hausse du temps passé devant les écrans.
Quatre jeunes sur cinq pratiquent moins d'une heure d'exercice quotidiennement