Changer d'édition

Georges Engel rend son tablier de bourgmestre
Luxembourg 4 min. 22.06.2020

Georges Engel rend son tablier de bourgmestre

Georges Engel promet de rester proche des milieux associatifs de sa commune de Sanem

Georges Engel rend son tablier de bourgmestre

Georges Engel promet de rester proche des milieux associatifs de sa commune de Sanem
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 4 min. 22.06.2020

Georges Engel rend son tablier de bourgmestre

Après 15 années de mandat, l'élu LSAP démissionne de son poste à la tête de la commune de Sanem. A 51 ans, il entend se consacrer pleinement à sa fonction de chef de groupe socialiste au Parlement.

(JFC, avec Anne Heintz) - 700 célébrations de mariages, 150 réunions du conseil communal, cinq élections communales, cinq scrutins nationaux, des funérailles qui l'ont ému, des rencontres citoyennes à foison et des dossiers qui l'ont privé de sommeil. Après 15 années de mandat, Georges Engel rend son tablier comme bourgmestre de Sanem. A 51 ans, le député-maire et chef du groupe LSAP à la Chambre démissionnera officiellement le 10 juillet, avant la fin de son mandat à la tête de cette commune de 17.500 habitants.

L'élu sentait que le moment était venu pour lui de faire ses adieux communaux et de laisser la place à quelqu'un d'autre. «Je me suis dévoué à 100% pour ma fonction et j'ai tout donné. Cette décision de démissionner prématurément n'a pas été facile à prendre. Mais désormais, je veux me consacrer pleinement à mes responsabilités en tant que porte-parole du groupe LSAP à la Chambre», déclare Georges Engel. Un poste dont il a hérité début janvier des mains d'Alex Bodry.


Politik, Abschied Alex Bodry, LSAP, Partei, Politik,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Ce n'est qu'un au-revoir, Alex Bodry
Le socialiste a choisi de céder son siège de député pour un fauteuil au Conseil d'Etat. A 61 ans, le politique n'aura finalement échappé qu'à une fonction: Premier ministre.

En décembre dernier déjà, le futur ex-bourgmestre avait annoncé son intention de ne pas aller au bout de son mandat. Il avait alors pointé la date du 11 novembre 2020, soit 15 ans pile après avoir pour la première fois prêté serment en tant que bourgmestre. Mais la crise du coronavirus est venue bouleverser ses plans... «Depuis le début de la crise, le travail parlementaire me prend tellement de temps qu'il m'est de plus en plus difficile de remplir mes fonctions au niveau local», explique Engel. D'où ce processus de démission accélérée.

Celui ou celle qui lui succédera devra être désigné(e) dans la foulée. Dans les rangs du LSAP, l'actuelle échevine et députée Simone Asselborn-Bintz fait figure de favorite. En cascade, Steve Gierenz, 35 ans, accéderait lui à la fonction scabinale. Et, vu que Georges Engel a aussi émis le souhait de ne plus siéger en tant que conseiller communal, c'est Yves Dahm, 46 ans, qui prendra la relève. «Après longue et mûre réflexion, j'ai décidé de tirer un trait sur ma carrière d'homme politique local. Cependant, je compte rester actif dans la section locale du LSAP», souligne le bourgmestre démissionnaire, qui fut président de cette section du parti pendant 19 ans.

Belval, Ueschterhaff, Knauff

«Lorsque je suis devenu bourgmestre pour la première fois en 2005, Sanem comptait un peu plus de 14.000 âmes. Aujourd'hui, la commune abrite 17.500 habitants. À l'époque, l'administration municipale employait près de 270 personnes, un nombre qui a aujourd'hui triplé. C'est l'ensemble de l'appareil administratif local qui a été modernisé et structuré. En outre, au cours des quinze dernières années, des écoles ont été rénovées dans toute la commune, de nouvelles salles de sport ont été construites et une maison de retraite communale ainsi que des structures d'accueil pour les enfants ont été créées. Ce sont des projets dont je suis fier», détaille le jeune quinquagénaire.

Georges Engel souligne en particulier le développement de l'ancien site industriel de Belval, dont les deux tiers sont situés sur le territoire de sa commune. Alors qu'en 2005, aucun bloc d'habitations n'y était érigé, «1.415 habitants peuplent aujourd'hui ce quartier parfaitement connecté et intégré», relève Engel.

L'homme politique socialiste garde également en mémoire les dossiers difficiles, comme la construction du centre pénitentiaire d'Uerschterhaff, le contournement de Bascharage ou les projets de construction d'une usine de laine de roche de la société Knauff. Pendant toutes ces années, Georges Engel a été guidé par cette phrase qu'il prononçait à la fin de chaque concert donné pendant son temps libre: «Quoi que vous fassiez dans la vie, faites-le bien.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les bourgmestres en croisade pour l'Europe
Depuis des semaines, les contrôles aux points de passage vers le Luxembourg sont source de frustration. Samedi, lors de la Journée de l'Europe, des représentants locaux des deux côtés de la frontière ont uni leurs forces pour envoyer un signal en faveur d'une Europe des frontières ouvertes.
Yves Cruchten prend la tête du LSAP
98,6%. C'est par ce score sans appel que le successeur de Franz Fayot à la tête du parti socialiste luxembourgeois a été désigné dimanche. A 44 ans, le député de la circonscription Sud a marqué sa volonté d'accorder une place plus large aux femmes dans les instances.
LSAP-Kongress - Yves Cruchten - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Uerschterhaff, une prison 2.0 pour les courts séjours
Situé près de Sanem, le nouveau centre pénitencier répondra aux besoins du ministère de la Justice qui a vu la population carcérale du pays atteindre un seuil critique ces dernières années. Cette nouvelle infrastructure, réservée aux prévenus, sera opérationnelle en septembre 2022 et générera 300 emplois.
Ce n'est qu'un au-revoir, Alex Bodry
Le socialiste a choisi de céder son siège de député pour un fauteuil au Conseil d'Etat. A 61 ans, le politique n'aura finalement échappé qu'à une fonction: Premier ministre.
Politik, Abschied Alex Bodry, LSAP, Partei, Politik,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Knauf divise les ministres
Mercredi matin, le ministre de l'Economie était furieux que la nouvelle usine de Knauf aille à Illange plutôt qu'au Luxembourg. Pour la ministre de l'Environnement, le leader mondial de l'isolation n'avait pas répondu à certaines questions, cruciales, pour la défense de la qualité de l'air.