Changer d'édition

Georges Engel ne veut plus être «Mister Nobody»
Luxembourg 4 min. 08.01.2020 Cet article est archivé

Georges Engel ne veut plus être «Mister Nobody»

A 51 ans, Georges Engel franchit une nouvelle marche dans sa carrière politique.

Georges Engel ne veut plus être «Mister Nobody»

A 51 ans, Georges Engel franchit une nouvelle marche dans sa carrière politique.
Photo : Lex Kleren
Luxembourg 4 min. 08.01.2020 Cet article est archivé

Georges Engel ne veut plus être «Mister Nobody»

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
A 51 ans, le bourgmestre de Sanem s'amuse de son manque de notoriété nationale. N'empêche, petit à petit, le tout nouveau chef de fraction LSAP à la Chambre se fait un nom.

«J'écoutais une émission à la radio, l'autre jour, qui faisait le point sur la politique luxembourgeoise. J'ai attendu, et quand ils ont finalement parlé de moi, c'était juste pour signaler que j'allais quitter la tête de Sanem. Un point c'est tout.» Pas de quoi affecter l'orgueil de Georges Engel (LSAP) certes, mais suffisamment marquant pour que le socialiste reconnaisse que son image aux yeux du grand public reste à peaufiner.

Voilà pourtant des années que le quinquagénaire est sous les feux de la politique. Engagé au LSAP de longue date, il a fait son apparition dans les tablettes en 1997 en devenant conseiller communal à Sanem. Commune dont il allait devenir bourgmestre en 2005. En 2013, voilà Georges Engel endossant l'habit de député pour ne plus le quitter depuis. «Et pourtant, j'ai souvent l'impression d'être Mister Nobody (trad. Monsieur Personne)», s'amuse-t-il.

Sans doute son statut public va-t-il évoluer dans les prochains mois. Le départ d'Alex Bodry, de la Chambre vers le Conseil d'Etat, a libéré le poste de chef de fraction des socialistes au Parlement. Georges Engel lui a succédé sans que nul dans son camp n'y trouve à redire. Sans vague, ni enthousiasme débordant : l'homme n'est pas clivant.

Au contraire, à se dépeindre, le Differdangeois de naissance se reconnaît volontiers conciliant. Une qualité qu'il attribue, non sans malice, à ses différentes expériences passées ou présentes. «Voilà 43 ans que je joue au sein d'une harmonie, il faut être toujours à l'écoute (...) J'ai joué pendant 20 saisons au basket; j'y ai appris que si l'on s'appuie sur les points forts de chacun, on peut faire de grands matches. Par contre, c'est la défaite assurée, si l'on pointe les faiblesses (...) Et quand je suis devenu bourgmestre, je n'avais pas l'expérience pour diriger une si grande commune. Ce n'est qu'en m'ouvrant aux avis de l'administration et du premier échevin Vert, à l'époque, que j'ai pu mûrir.»

Le LSAP ne traverse pas une crise

A l'heure où des places sont à prendre au plus haut sommet de l'Etat, le nom de Georges Engel ne s'est guère murmuré. Les camarades lui préférant Franz Fayot, Paulette Lenert ou Dan Kersch pour faire partie du remaniement lié à la démission de leur camarade Etienne Schneider. Là encore, le quinqua n'a pas été frustré.


IPO , LSAP DP Drei Greng Regierung , Gambia II , Conseil des Ministres , Regierungsrat , vlnr Schneider , Bausch , Bettel Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
Coalition et opposition feraient jeu égal à la Chambre
Selon les résultats du Sonndesfro, réalisé par TNS Ilres pour le Luxemburger Wort et RTL, les trois partis au gouvernement perdraient un siège au Parlement si les élections avaient lieu ce dimanche. Ce qui aboutirait à la perte de leur majorité absolue.

Son défi à lui tiendra non seulement à veiller sur le travail des dix élus LSAP à la Chambre (à parité hommes-femmes) et à participer à la reconstruction des projets du parti. La claque des dernières législatives, puis celle des européennes, ont fragilisé les socialistes au sein de la coalition, Georges Engel entend montrer qu'ils sont toujours présents. Et donc prêts à partir à la reconquête des électeurs en influençant les textes de loi.

«Le LSAP ne traverse pas une crise mais doit se préoccuper de son avenir. Mercredi 8 janvier, nous verrons bien qui veut remplacer Etienne Schneider, mais mars 2020 est encore plus important. A cette date, nous élirons l'homme ou la femme qui reprendra les rênes du parti.» Pour l'heure, seule Francine Closener a fait connaître son intérêt pour le poste. Georges Engel, lui, annonce déjà qu'il travaillera «en bon esprit» avec le candidat désigné. Peut-être moins dans l'ombre cette fois.


Sur le même sujet

Georges Engel rend son tablier de bourgmestre
Après 15 années de mandat, l'élu LSAP démissionne de son poste à la tête de la commune de Sanem. A 51 ans, il entend se consacrer pleinement à sa fonction de chef de groupe socialiste au Parlement.
Sueden , Lok , ITV Georges Engel , Bürgermeister Gemeinde Sanem , Gemeindehaus Beles , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Yves Cruchten prend la tête du LSAP
98,6%. C'est par ce score sans appel que le successeur de Franz Fayot à la tête du parti socialiste luxembourgeois a été désigné dimanche. A 44 ans, le député de la circonscription Sud a marqué sa volonté d'accorder une place plus large aux femmes dans les instances.
LSAP-Kongress - Yves Cruchten - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Francine Closener prête serment à la Chambre
L'ex-secrétaire d'Etat LSAP auprès du ministère de l'Economie a fait son entrée à la Chambre des députés. Elle remplaceMarc Angel, devenu député européen suite à la nomination de Nicolas Schmit à la Commission européenne.
IPO , Francine Closener als neue Abgeordnete in der Chamber vereidigt , Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
DP et Déi Gréng, grands gagnants des européennes
En obtenant 21,4% des voix et en gagnant un siège au détriment du CSV, les libéraux sortent renforcés du scrutin de dimanche. Les écologistes, pour leur part, arrivent en troisième position avec 18,91% des suffrages.
Politik, DP Wahlparty, Melusina, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Le LSAP en crise: Se relever, redresser sa couronne et continuer
Après la débâcle électorale du 8 octobre, le temps est venu pour le LSAP de tirer les leçons de sa défaite et de motiver les troupes pour les élections législatives. Le meeting national organisé lundi au Kinneksbond à Mamer devait semer bonne humeur et optimisme.
Francine Closener en discussion avec quatre socialistes vainqueurs aux élections communales: Manon Bei-Roller, Bob Steichen, Marguy Kirsch-Hirtt et Jean-François Wirtz (de g. à d.).