Changer d'édition

«Gaspiller de l'énergie pour un parking, c'est du luxe, non?»
Luxembourg 5 min. 16.09.2022
Environnement

«Gaspiller de l'énergie pour un parking, c'est du luxe, non?»

À Esch-sur-Alzette, les voitures ne passeront pas l'hiver au chaud.
Environnement

«Gaspiller de l'énergie pour un parking, c'est du luxe, non?»

À Esch-sur-Alzette, les voitures ne passeront pas l'hiver au chaud.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 5 min. 16.09.2022
Environnement

«Gaspiller de l'énergie pour un parking, c'est du luxe, non?»

Charles MICHEL
Charles MICHEL
À Esch-sur-Alzette, des mesures d'économie d'énergie devaient être annoncées ce vendredi par la commune à ses 1.342 employés. Eau, électricité et chauffage, tous les secteurs sont touchés. À divers degrés.

À l'hôtel de ville d'Esch-sur-Alzette, c'est un peu le branle-bas de combat. Il est même question de «cellule de crise». Parmi les personnes contactées ce jeudi, la même interrogation: «Et cet article doit paraître quand? Non, mais vous comprenez, les 1.342 employés de la commune n'ont pas encore été informés des décisions prises. On préfèrerait leur apprendre la nouvelle nous-mêmes...» Celle-ci risque de jeter un (léger) froid sur les employés de bureau, soit environ un tiers de l'effectif. Et pour cause, la capitale des «Terres Rouges» compte baisser la température, voire couper le chauffage, de ces bâtiments communaux. 


IPO, PK Klima Biergerrot , Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Ce que les citoyens attendent du gouvernement
Le Conseil citoyen pour le climat attend du monde politique qu'il fasse preuve de courage, de créativité et de leadership, afin que ses 56 recommandations ne soient pas oubliées dans un tiroir.

Membre, tout comme 17 autres villes, du Pacte Climat - initiative mise en place par le ministère de l'Environnement, du Climat et du Développement durable -la deuxième ville (36.000 habitants) du Grand-Duché dispose du «degré 4» - le plus élevé - de certification. Un grade détenu par six autres villes (Clervaux, Hosingen, Putscheid, Tandel, Beckerich et Schifflange). 

Mise en place le 9 septembre, la fameuse «cellule de crise» est composée d'une douzaine de membres parmi lesquels les cinq du collège échevinal, mais aussi les responsables de service ainsi que de Sébastien Koch, membre de Sudstroum, fournisseur d'électricité. «C'est un peu notre guide pour l'aspect technique», assure Martin Kox (Déi Gréng). 

Notre consommation d'eau est passée de 51.000 m3 à 12.686 m3 et celle de gaz de 356.000 m3 à 196.000 m3!

Jean Wagner (Gérant des Bains du Parc)

Préposé aux questions liées - entre autres - au «Développement durable, Bâtiments, Environnement, Espace verts, Energie», le premier échevin confie un brin amusé qu'une mesure est passée totalement inaperçue: «À la piscine ''Les Bains du Parc'', la température a été abaissée d'un degré, mais personne ne l'a remarqué…» Gérant administratif de l'établissement, Jean Wagner sourit: «C'est vrai, et ce dans tous les bassins. Mais avec les beaux jours, personne n'a vu la différence. On verra si c'est toujours le cas lundi, lors de la réouverture...»

Depuis juillet, le plus «frais» est réservé logiquement aux nageurs (27°C), le bassin éducatif affiche un joli 29°C tandis que celui réservé aux bébés est à 31,5°C. «Mais on n'a pas attendu la crise énergétique pour agir», affirme Jean Wagner. En 2015, on a réalisé un audit afin d'analyser et de réduire nos consommations. Entre 2014 et 2021, celle d'eau est passée de 51.000 m3 à 12.686 m3 et celle de gaz de 356.000 m3 à 196.000 m3!»

La facture d'eau est passée de 256.000 à... 68.000 euros

Cette performance s'explique, en grande partie par la mise en place en 2018 pour un coût d'environ 100.000 euros - financé en partie par l'État - d'une installation de traitement d'eau par osmose inversée. «Elle est ensuite recyclée et réinjectée à hauteur de 70% dans le système.» Via celui-ci, des économies de gaz sont également effectuées puisque «l'eau est déjà à bonne température».

À noter que pour éviter, une fois l'établissement fermé, que la chaleur ne se disperse, «les bassins seront recouverts d'une bâche», dixit Martin Kox. Prévue début septembre, la vidange des bassins a été reportée à l'année prochaine. Soit, selon la mairie, «une économie d'eau de 1.000 m3 et de gaz de 22MWh.» Sur le plan financier, à quelque 320 euros le MWh, ce pécule n'est aujourd'hui plus négligeable. «Avant, confie Jean Wagner, c'est vrai qu'on ne se montrait pas si regardant...» Mais ça, c'était avant. La preuve par les chiffres: «Entre 2014 et 2020, la facture d'eau est passée de 256.000 à 68.000 euros, celle de gaz, de 167.000 à 83.000 euros...»

On ne tombe pas malade parce qu'on est dans une salle à 19°C. En revanche, on l'est dans une pièce chauffée à 23°C...

Martin Kox (1er échevin d'Esch-sur-Alzette)

Les plus frileux des employés de la commune devront, eux aussi, se munir d'une petite épaisseur supplémentaire. Dans les bureaux administratifs, mais aussi les écoles, le thermostat sera réglé sur 19°C. Et pas question de tricher, comme le souligne Martin Kox: «Il sera formellement interdit d'utiliser des appareils thermiques, tels que des chauffages d'appoint, électrique ou autre.»

Pour les parents éventuellement inquiets de voir leur progéniture choper un rhume, ce chirurgien à la retraite est formel: «On ne tombe pas malade parce qu'on est dans une salle à 19°C. En revanche, on l'est dans une pièce chauffée à 23°C...»

Dans les halls sportifs et autres bâtiments techniques, ce sera 15°C. Quant aux parkings, le chauffage sera tout simplement coupé. Gaspiller de l'énergie pour un parking, c'est du luxe, non?» Poser la question revient à y répondre...

Lumière, sécurité et «navigation à vue»

Celle concernant l'économie financière réalisée par cette initiative est restée sans réponse. Un proche du dossier déclare avec un brin d'humour, «ne pas (vouloir) prendre de risque politique en répondant honnêtement à cette question dont la réponse est scandaleuse».


Politik , Claude Turmes , déi Gréng , Partei , Energie , Energieskrise , Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«Il faut traiter le mal à la racine»
À la sortie de la réunion extraordinaire des ministres européens de l'Energie, Claude Turmes s'interroge sur la capacité de production électrique des membres de l'UE en vue de l'hiver.

Après l'eau et le chauffage, l'éclairage. Fini les bâtiments publics qui, à la nuit tombée, apparaissent comme en plein jour. Ainsi, l'hôtel de ville va réduire l'intensité de ses lumières extérieures. «On ne peut pas les couper complètement car c'est aussi un élément de la sécurité, explique Martin Kox. Et puis, on ne peut pas plonger toute la ville dans le noir.» D'autres sites, comme la bibliothèque devraient faire de même.

Dans les couloirs de l'hôtel de ville, on dit «naviguer à vue» et s'adapter aux recommandations figurant dans la circulaire transmise début août par le ministère de l'Énergie. Martin Kox conclut: «Si une vraie pénurie venait à arriver, d'autres mesures seraient prises...»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Adapté aux tranches salariales
A quelques jours de la tripartite ce dimanche, le syndicat des banques au Luxembourg dit réitérer sa position sur l'index et souhaite qu'il soit échelonné plutôt que gelé ou retardé, en l’adaptant aux différentes tranches salariales.
Wirtschaft, Interview Roberto Mendolia, Aleba, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Discussions avant la tripartite
Le Premier ministre Xavier Bettel a présenté lors d'une conférence de presse les conclusions des rencontres bilatérales avec le patronat et les syndicats de ce mercredi. Il veut des aides rapides, pour la fin septembre ou début octobre au plus tard.
Politik , Tripartite , 18H , PK zu den bilateralen Konzertationen mit UEL und Syndikaten , PK Xavier Bettel , Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Les ministres Claude Turmes et François Bausch ont annoncé ce mercredi l’installation de la première station hydrogène du pays. L’occasion de revenir sur la stratégie nationale en matière de décarbonisation.
(de g. à dr.) Claude Turmes, ministre de l’Energie ; François Bausch, Vice-Premier ministre, ministre de la Mobilité et des Travaux publics