Galère ce mercredi matin

Bouchons sur l'A3: «ça fait 3h10 que je suis coincée»

(SW avec MF sur place) - Un accident sur l'A3 a provoqué un très gros embouteillage en provenance de la France ce mercredi matin. Un camion a en effet pris feu entre l'aire de Berchem et la Croix de Gasperich, aux alentours de 6 heures 15.

Autres Galeries

Lorsque les secours sont arrivés, le feu s'était déjà étendu à une grande partie du camion et l'intervention a duré jusqu'à 7 heures. On ne déplore aucun blessé mais on ignore encore les raisons de l'incendie.

Le véhicule a ensuite été dégagé de la chaussée ce qui a entraîné une circulation sur une seule voie... et d'énormes problèmes de circulation.

Plusieurs kilomètres de bouchons étaient à déplorer depuis la sortie Kanfen jusqu'au Luxembourg.

Croix de Gasperich en direction Aire de Berchem à 8 heures 40.
Croix de Gasperich en direction Aire de Berchem à 8 heures 40.
CITA

Notre journaliste coincé sur place

Cet impressionnant embouteillage a duré de nombreuses heures, bloquant complètement la circulation vers le Grand-Duché, en pleines heures de pointe.

Maurice Fick, notre journaliste frontalier, était lui aussi coincé comme des milliers de travailleurs sur cette portion d'autoroute. A 11h30, le réseau était toujours saturé:

«Ça fait 2h30 que je suis en route et déjà une demi-heure que je suis bloqué là», témoigne Anthony, 22 ans, moteur arrêté à l'entrée de l'aire de Berchem. Venant de Metz pour se rendre à Howald, Anthony «met en général entre 1 heure et 1h15» pour se rendre sur son lieu de travail.

Il fait la route depuis janvier 2016 et globalement il «a l'impression que le trafic est plus fluide que l'année dernière». Ce mercredi matin, le jeune homme se montre  plutôt patient et compréhensif comme nombre de ses collègues dans la file: «Je pense qu'ils font de leur mieux pour dégager la chaussée mais j'avoue que là, c'est quand même long pour les gens qui doivent aller au travail»:

Une aire d'autoroute bien connue qui s'est retrouvée elle aussi complètement saturée: «du jamais-vu» selon notre journaliste, qui soulignait également «la nervosité des conducteurs», coincés depuis plusieurs heures.

Certains conducteurs n'ont pas hésité à montrer leur agacement sur les réseaux sociaux, critiquant vivement la région Grand-Est et son «manque d'investissement pour les frontaliers» par exemple.

D'autres, comme Amandine et Pier, originaires du secteur de Metz, prennent leur mal en patience, même si cela fait plus de trois heures qu'ils attendent de se rendre au travail. «On est parti à 6h55 précisément ce matin, là il est 11h05 et on est bloqué sur le parking de l'Aire de Berchem», témoigne Amandine. Elle fait son calcul et glisse: «ça fait déjà trois heures dix minutes passées dans la voiture.»

D'ordinaire les deux jeunes travailleurs frontaliers, salariés depuis un peu plus d'un an au Luxembourg, ont besoin de «1h30 à 1h45 en moyenne pour aller de Metz au P&R Bouillon en voiture, puis avec le bus jusqu'au quartier de la gare» où travaillent tous deux.

Ils travaillent près de la gare mais ne viennent pas en train? «Dans notre cas, il faudrait prendre la voiture pour aller jusqu'à la gare de Metz et se garer. Mais c'est très compliqué de se garer. Et puis, c'est toujours mieux d'être à l'aise dans sa voiture plutôt que d'être serré dans un train. C'est un choix», assume Pier. Et pour cause: «Je l'ai fait pendant trois mois: c'était horrible!», se souvient bien Amandine, plutôt zen dans sa voiture. Elle cite en vrac: «les correspondances  entre trains qui ne fonctionnent pas, les trains qui ne passent pas ou les retours chez soi vers 22 heures à cause des retards de train sans explication!»

Philosophe, Pier, sait qu'en prenant la voiture le matin pour se rendre de la France au Luxembourg «faut pas être stressé, ni pressé.» Après cette demi-journée perdue dans un bouchon monstre sur l'A3 «je poserai une demi-journée de congé. Je préfère ça que de prendre les heures d'avance que j'avais.»

La circulation se fluidifie près de 6 heures après l'accident

Une belle matinée de galère donc pour des milliers de frontaliers. A 12h45, notre journaliste sur place faisait un dernier bilan avant de rendre - enfin! - au travail.

Il est presque 13 heures. La file de camions sur la voie de droite avance au compte-gouttes alors que le trafic automobile a repris presque normalement sur l'A3.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.

Merci de bien vouloir noter que les commentaires publiés sur ce site sont contrôlés et validés avant leur publication par nos modérateurs. Saint-Paul Luxembourg ne saurait être tenu pour responsable des commentaires et réactions publiés par des utilisateurs des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.) portant sur un article publié sur un de ses sites.