Changer d'édition

G4S sous la menace d'un plan social
Luxembourg 2 min. 05.05.2021

G4S sous la menace d'un plan social

Directeur général depuis octobre 2020, Laurent Jossart a adressé un courrier à l'ensemble des délégués du personnel les convoquant pour une réunion le 7 mai prochain.

G4S sous la menace d'un plan social

Directeur général depuis octobre 2020, Laurent Jossart a adressé un courrier à l'ensemble des délégués du personnel les convoquant pour une réunion le 7 mai prochain.
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 2 min. 05.05.2021

G4S sous la menace d'un plan social

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Coup dur pour les quelque 1.200 salariés du leader luxembourgeois de la sécurité. La société vient de convoquer une rencontre de consultation pour évoquer une vague de licenciements.

Des explications pouvant justifier la mise en place d'un plan social, la direction de G4S en a listées beaucoup dans le courrier annonçant à la délégation du personnel qu'elle envisageait un plan social. Vendredi 7 mai, son nouveau directeur Laurent Jossart s'en expliquera plus encore. Mais la nouvelle a tout de même surpris, à l'heure même où le Premier ministre annonçait la levée de certaines restrictions.


Digitalisation de la société oblige, les agents de sécurité doivent pouvoir maîtriser les nouvelles technologies
Une formation standard pour les agents de sécurité
Créé début 2020 par Fedil Security Service, le Security Industry Training Center ambitionne de fournir un niveau de compétences élevé au secteur du gardiennage au Luxembourg. Un pas vers la reconnaissance professionnelle du métier, selon les syndicats.

Si pendant le lockdown du printemps dernier, les agents de sécurité ont été réclamés en nombre pour surveiller les sites laissés vides de tout salarié, depuis l'activité a nettement régressé. Et c'est bien entendu sur cet argument que les dirigeants appuient leur choix de diminuer le nombre d'employés d'une société dont les effectifs tournaient jusqu'alors autour des 1.200 personnes. Plus besoin d'autant de monde quand certains clients ont revu leurs besoins à la baisse.

Eviter la casse

Des motivations conjoncturelles sont donc avancées pour justifier un éventuel recours au plan social : moins de contrats de surveillance de bureaux, la baisse d'activité dans les transports ou l'événementiel mais aussi l'annulation, depuis des mois, de quasiment toutes les rencontres festives, culturelles, sportives et autres réceptions ou relations publiques mobilisant patrouilles, gardiens ou agents d'accueil. «Mais c'est là où leur décision n'a plus de sens car le Luxembourg va autoriser ce type de manifestations à se tenir à nouveau», s'étonne Paul Glouchitski, représentant LCGB (syndicat majoritaire dans la branche).

Aussi, pour le secrétaire syndical le choix de G4S «n'a rien de raisonnable». Selon lui, «mieux vaudrait aller vers un plan de maintien dans l'emploi qui permettrait notamment aux salariés de bénéficier de mesures temporaires de chômage partiel, prêt temporaire de main-d'oeuvre, préretraite et autres droits à la formation plutôt que des licenciements secs».

Du côté de l'OGBL (syndicat majoritaire à G4S), même stupéfaction à l'annonce du plan social envisagé. D'ailleurs, les deux formations syndicales entendent faire front commun contre ce choix. Avant la réunion du 7 mai, OGBL et LCGB ont ainsi demandé à rencontrer au plus vite  la direction de G4S ainsi que les représentants du secteur (FEDIL Security Services) «afin d’obtenir davantage d’informations». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Direction et représentants du personnel de la société de surveillance ont convenu d'un plan de maintien dans l'emploi jusqu'à la fin de l'année. Accord trouvé alors qu'une soixantaine de postes étaient sur la sellette.
G4S
La direction de la société, leader dans le gardiennage au Grand-Duché, a confirmé son intention de se séparer d'environ 5% de ses effectifs. Un plan social qu'elle entend décliner en trois phases.
Face à ce qu'elle estime être une priorité pour les habitants du quartier Gare, la bourgmestre de la capitale en appelle au gouvernement pour renforcer les patrouilles de police. En attendant d'obtenir gain de cause, elle entend continuer de faire appel à des sociétés de sécurité privées.
Lokales, Sicherheitsbeamter Quartier Gare, Agent de Sécurité, GDL Security, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
L'OGBL et la délégation du personnel de Luxguard II ont été informés ce mardi que la direction de l’entreprise comptait finalement procéder à un licenciement collectif. 49 personnes sont concernées par cette mesure.
Der Glashersteller will bis zu einem Sechstel der Arbeitsplätze streichen.
Les 4.000 salariés du secteur du gardiennage verront leur revenu progresser d'au moins 2,5% sur trois ans. C'est une des avancées de la convention signée entre les syndicats et la fédération des employeurs. Sans parler de diverses hausses de primes et d'une formation accrue des personnels
Les cinq principales sociétés de gardiennage et surveillance augmenteront tous leurs salariés de 1,5% en octobre.