Changer d'édition

Juncker se défend en appelant à lutter contre l'optimisation fiscale
Luxembourg 3 min. 15.11.2014 Cet article est archivé
G20/Luxleaks

Juncker se défend en appelant à lutter contre l'optimisation fiscale

Le Premier ministre australien, Tony Abbott, reçoit officiellement le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, au sommet du G20 à Brisbane, le 15 novembre
G20/Luxleaks

Juncker se défend en appelant à lutter contre l'optimisation fiscale

Le Premier ministre australien, Tony Abbott, reçoit officiellement le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, au sommet du G20 à Brisbane, le 15 novembre
Photo: AFP
Luxembourg 3 min. 15.11.2014 Cet article est archivé
G20/Luxleaks

Juncker se défend en appelant à lutter contre l'optimisation fiscale

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a appelé samedi à Brisbane lors du sommet du G20 à lutter contre l'évasion fiscale, défendant sa position après les révélations sur l'optimisation fiscale du temps où il était Premier ministre du Luxembourg.

(AFP) - Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a appelé samedi à Brisbane lors du sommet du G20 à lutter contre l'évasion fiscale, défendant sa position après les révélations sur l'optimisation fiscale du temps où il était Premier ministre du Luxembourg.

"Je pense véritablement que nous devons tous lutter contre l'évasion fiscale au niveau international", a déclaré M. Juncker à la presse, alors qu'il était soumis à un feu roulant de questions sur les révélations du rôle du Luxembourg dans l'optimisation fiscale de certaines entreprises.

Une quarantaine de médias internationaux avaient publié la semaine dernière une enquête révélant qu'entre 2002 et 2010 le Luxembourg avait passé des accords fiscaux avec 340 multinationales, dont Apple, Amazon, Ikea, Pepsi, Heinz, Verizon et AIG, afin de minimiser leurs impôts, privant les Etats européens de milliards d'euros de recettes fiscales.

Ces révélations sont tombées quelques jours à peine après la prise de fonction de Jean-Claude Juncker, ancien Premier ministre luxembourgeois et ministre des Finances du Grand duché.

Jean-Claude Juncker lors d'une conférence de presse avec Herman Van Rompuy à Brisbane le 15 novembre
Jean-Claude Juncker lors d'une conférence de presse avec Herman Van Rompuy à Brisbane le 15 novembre
Photo: AFP

Interrogé par un journaliste lui demandant comment il entendait rétablir la confiance dans sa capacité à diriger la Commission européenne compte tenu de l'importance prise par le thème de l'évasion fiscale, M. Juncker a laconiquement répondu: "Nous sommes décidés en Europe à lutter contre l'évasion fiscale. C'est l'un des principaux points que j'ai soulevés devant le Parlement européen avant d'être élu président de la Commission européenne."

M. Juncker avait déclaré mercredi que tout ce qui avait été fait au Luxembourg était conforme aux règles nationales et internationales, reconnaissant toutefois que cela allait à l'encontre de la "justice fiscale " et des "normes éthiques et morales".

L'Australie, qui assure la présidence tournante des pays du G20 -- représentent 85% de la richesse mondiale -- a fait de la lutte contre l'optimisation fiscale l'une de ses priorités. Le sujet devrait être largement abordé dans le communiqué final du sommet qui dure samedi et dimanche.

"Au début de l'année, nous nous sommes attachés à restaurer l'intégrité et à conforter notre base fiscale pour donner à nos concitoyens l'assurance que tout le monde paye sa part d'impôt", a déclaré le ministre des Finances australien Joe Hockey.

"Maintenant je peux vous dire que nous allons adapter la législation fiscale internationale au XXIe siècle et nous assurer que les règles évoluent avec des modèles économiques qui changent", a-t-il ajouté.

De premières mesures attendues

Le réseau d'ONG Financial Transparency Coalition (FTC) a appelé de son côté les pays du G20 à prendre des mesures de bon sens pour "endiguer l'argent sale" et assainir les flux financiers.

"Etant donné que la transparence financière devient de plus en plus indispensable pour la stabilité de l'économie mondiale, les dirigeants du G20 doivent prendre des mesures concrètes pour assainir le système financier", a déclaré la directrice de FTC, Porter McConnel, dans un communiqué.

FTC appelle ainsi les pays les plus riches de la planète à mettre en place un système qui permette de savoir qui possède réellement une société, à accroître l'échange automatique d'informations pour lutter contre la fraude fiscale et à exiger la déclaration publique des profits des multinationales pays par pays, "seul moyen de bon sens pour lutter contre l'évasion fiscale des entreprises".

Sauf surprise, le G20 devrait saluer la généralisation en cours de l'échange automatique de données bancaires entre pays, et valider une première série de mesures préconisées par l'OCDE pour limiter l'optimisation fiscale.


Sur le même sujet

La Commission européenne a qualifié mardi de «réchauffées» les accusations du quotidien britannique The Guardian contre son président Jean-Claude Juncker, selon lesquelles il aurait entravé la lutte de l'UE contre l'évasion fiscale quand il était Premier ministre du Luxembourg (1995-2013).
Dix jours après les révélations des «Panama Papers», la Commission européenne a présenté mardi à Strasbourg de nouvelles mesures pour lutter contre l'opacité fiscale des multinationales.
Mardi à Strasbourg, des manifestants ont demandé à l'UE d'agir contre l'évasion fiscale.
Plusieurs médias internationaux ont publié mardi soir de nouvelles révélations dans le cadre du scandale LuxLeaks sur un système massif d'optimisation fiscale au Luxembourg, qui risquent de porter un nouveau coup au président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.
Juncker dans RTL-Background
«Le gouvernement luxembourgeois a bien réagi» dans l'affaire Luxleaks, estime Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, qui était l'invité de l'émission Background de RTL samedi.
Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a justifié la pratique du "tax ruling" au Luxembourg, par le besoin de diversifier une économie longtemps dépendante du secteur de l'acier.
Jean-Claude Juncker a été Premier ministre luxembourgeois de 1995 à 2013.