Changer d'édition

«Freeport a besoin d'une stratégie différente»
Luxembourg 22.06.2020

«Freeport a besoin d'une stratégie différente»

Accessible directement depuis le tarmac de l’aéroport, cet ensemble qui a coûté 55 millions d'euros, est actuellement sous-exploité.

«Freeport a besoin d'une stratégie différente»

Accessible directement depuis le tarmac de l’aéroport, cet ensemble qui a coûté 55 millions d'euros, est actuellement sous-exploité.
Photo: Pierre Matgé
Luxembourg 22.06.2020

«Freeport a besoin d'une stratégie différente»

(DH avec Marco Meng) - Depuis le début du mois de mars, Robert Goebbels (76 ans) a quitté toutes ses fonctions au sein de The Luxembourg Freeport Management Company. Un départ qui coïncide avec des divergences de vue concernant la stratégie à adopter pour redynamiser le port franc luxembourgeois.

De l'avis de l'ancien ministre de l'Economie (LSAP), Freeport devrait se détourner du marché de l'art, l'option incontournable préconisée par Yves Bouvier, l'homme d'affaires helvète fondateur des ports francs de Genève, Luxembourg et Singapour. «Une des options possibles pourrait être le stockage de médicaments. Ce serait le bâtiment idéal pour cela», indique Robert Goebbels au Luxemburger Wort.  


Dans l'atrium du Freeport: une oeuvre permanente sculptée dans le mur de béton, et une sculpture au sol de Didier Marcel.
Le coffre-fort du Findel entrouvre ses portes
Le Freeport dévoile une partie de la collection du Mudam et des œuvres de collectionneurs privés, ce dimanche. Banksy, Picasso ou El Greco en sont les vedettes.

«Je suis toujours convaincu que Freeport a été une bonne initiative», explique encore Robert Goebbels qui était entré au conseil d'administration de Freeport en avril 2015. «C'est une excellente chose pour le centre logistique qui sera construit autour de l'aéroport», affirme-t-il encore.  

En activité depuis près de six ans, le port franc luxembourgeois tourne au ralenti. En 2018, il a fait état d'une perte opérationnelle de 1,6 million d'euros ce qui a encore fait gonfler sa dette. En effet, cette dernière est passée de 9,4 millions d'euros en 2017 à 12,3 millions d'euros en 2018. Pour rappel, l'objectif des ports francs était de simplifier le transit de marchandises par un pays en évitant de lourdes procédures et taxes douanières dans le but de faciliter le commerce.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Freeport fait le choix de l'entre-soi
Après l'annonce, en mars, du départ de Robert Goebbels de la présidence du conseil d'administration, le port franc luxembourgeois a trouvé son nouveau président. Il sera désormais aux mains de Philippe Dauvergne, administrateur délégué depuis 2016.
Le ministre des Finances, Pierre Gramegna estime que les mesures de contrôle mises en place au Freeport se révèlent «efficaces» et constituent «un atout pour les opérateurs agréés sur le plan international»