Changer d'édition

Frank Schneider peut quitter sa cellule
Luxembourg 19.11.2021 Cet article est archivé
Justice

Frank Schneider peut quitter sa cellule

Dans une autre affaire (dite du SREL), Frank Schneider avait déjà été confronté aux magistrats. Mais cette fois, ce ne sont plus les juges luxembourgeois qui l'attendent.
Justice

Frank Schneider peut quitter sa cellule

Dans une autre affaire (dite du SREL), Frank Schneider avait déjà été confronté aux magistrats. Mais cette fois, ce ne sont plus les juges luxembourgeois qui l'attendent.
Photo Archives : Guy Jallay
Luxembourg 19.11.2021 Cet article est archivé
Justice

Frank Schneider peut quitter sa cellule

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
En attendant janvier 2022 et sa possible extradition vers les USA, l'homme d'affaires luxembourgeois (ancien des services secrets) ne sera pas retenu en cellule. Une assignation à résidence lui est par contre imposée d'ici là.

Vendredi matin, la cour d'appel du tribunal de Nancy a autorisé Frank Schneider à regoûter à l'air libre. Sept mois que l'ancien chef des opérations du service de renseignement luxembourgeois (SREL) attendait cela depuis la cellule où il a été placé à la maison d'arrêt de Nancy. Devenu le responsable de la société Sandstone, l'homme n'en a toutefois pas fini avec la justice. D'ici deux mois, il pourrait bien être expulsé de Lorraine (où il a élu domicile) vers les Etats-Unis.


Lok , Tribunal Luxembourg , SREL Prozess , Auftakt , Frank Schneider , ehem. Chef des Operations beim SREL Foto:GUy Jallay/Luxemburg
Frank Schneider obtient un peu de sursis
L'homme d'affaires luxembourgeois, interpellé fin avril en France, ne sera pas expulsé vers les Etats-Unis, a décidé mercredi la cour d'appel de Nancy après avoir ordonné un supplément d'information. L'ancien agent du SREL restera donc en détention en France jusqu'à fin septembre.

De l'autre côté de l'Atlantique, il est attendu par les autorités judiciaires new-yorkaises pour répondre de ses actes dans l'affaire dite OneCoin. D'ici janvier 2022, voilà donc Frank Schneider libéré sous caution et tenu de rester chez lui. Une assignation à domicile qui lui a été signifiée ce 19 novembre avec une autre contrainte : le port d'un bracelet électronique. L'appareil permettra de le localiser à tout moment et savoir si l'intéressé reste bien chez lui, à Joudreville (en Meurthe-et-Moselle).

Une décision prise afin que l'intéressé ne puisse se soustraire à une éventuelle obligation de témoigner aux USA sur de possibles fraudes et de blanchiment d'argent impliquant l'usage de cryptomonnaie. «Je ne souhaite pas échapper à la justice, j’ai même hâte de travailler avec la justice aux Etats-Unis, en France et au Luxembourg», avait-il déclaré devant la présidente du tribunal. Visiblement toutefois, la prudence s'est imposée...

Aux USA, Frank Schneider encourt une peine de 40 années d'emprisonnement pour les faits qui lui sont reprochés. Des malversations qui avaient entraîné la diffusion d'un mandat d'arrêt international, et son arrestation l'été dernier en Lorraine.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Arrêté en France fin avril, l'ancien directeur du service des opérations du SREL saura mercredi prochain s'il sera extradé ou non vers les Etats-Unis afin d'y être jugé pour son rôle présumé dans une escroquerie à la cryptomonnaie.
Frank Schneider - Sandstone S.A., Foto Lex Kleren