Changer d'édition

Frank Engel rend coup pour coup
Luxembourg 3 min. 21.10.2021
Justice

Frank Engel rend coup pour coup

Au total, sept membres du CSV sont convoqués devant la justice.
Justice

Frank Engel rend coup pour coup

Au total, sept membres du CSV sont convoqués devant la justice.
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 3 min. 21.10.2021
Justice

Frank Engel rend coup pour coup

Pas question pour l'ex-président du CSV d'être le seul bouc émissaire dans le procès en cours dans l'affaire des Frëndeskrees

(pj avec Marc HOSCHEID) La mission confiée à Frank Engel au service du «Cercle des amis du CSV» (Frëndeskrees) relevait-elle de l'emploi fictif? Pourquoi son parti a-t-il pris à son compte le remboursement des prestations sociales de celui qui dirigeait la formation politique (avant d'en être mis au ban en avril dernier)? Autant de questions qui intéressent les magistrats du tribunal correctionnel de Luxembourg. Et au deuxième jour du procès, cinq témoins sont venus apporter un éclairage sur cette affaire qui fait trembler le parti chrétien-social.


IPO , Prozess CSV Freundschaftskreis , Foto:Guy Jallay /Luxemburger Wort
Frank Engel charge son ancien parti devant les juges
A l'occasion du premier jour du procès de l'affaire «CSV Frëndeskrees», l'ancien président du CSV a fait le choix de passer à l'offensive et accuse les membres de la fraction d'avoir manigancé pour «se débarrasser» de lui.

Le point de départ de l'affaire remonte au printemps 2020 et une réunion du conseil d'administration du Cercle des amis. C'est là qu'il aurait été décidé de verser à Frank Engel environ 40.000 euros pour, dans les six mois à venir, acquérir de nouveaux biens immobiliers pour le parti et transformer le Cercle en fondation. Sauf que d'avril à décembre, Frank Engel reconnait volontiers qu'il n'a guère avancé sur ces deux points. Mais c'est lui-même qui aurait pris soin de rédiger un contrat de travail, envoyé aussitôt pour validation au trésorier André Martins.

Sauf qu'au final, ni Engel, ni Martins, ni le secrétaire général du CSV n'ont finalement signé le document à la même date, au même lieu. Et selon deux enquêteurs, plusieurs membres de la direction du parti n'auraient pas vu passer ce contrat alors qu'ils auraient dû en être informés. Troublant d'autant que certains auraient quand même donné un accord de principe à cette embauche temporaire.

Des rapports modifiés

Face aux magistrats l'avocat des anciennes vice-présidentes du CSV, Elisabeth Margue et Stéphanie Weydert, ainsi que le conseiller juridique de Georges Pierret multiplient les interventions pour blanchir leurs clients. Même volonté de s'innocenter à entendre les deux auditeurs Gaston Kraus et Jean-Marie Raus qui reconnaissent avoir tiqué en apprenant que le parti remboursait les cotisations sociales d'Engel mais qu'ils avaient été rassurés par les explications fournies alors par l'ancien trésorier Georges Heirendt.


Politik, Partei, CSV, Martine Mergen, Claude Wiseler und Michel Wolter, Situation in Altersheime, Covid-19, Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Le CSV enquête sur l'état de ses finances
Dans le sillage de l'affaire «CSV Frëndeskrees», la principale force politique du Luxembourg annonce avoir commandité un audit externe pour se pencher sur les comptes du parti. Objectif: mettre les choses à plat avant le congrès national prévu le 24 avril prochain.

Cité comme témoin, Paul Galles revient sur son rôle quand, en mars 2021, il tique sur la réalité du travail d'Engel. Cinq députés CSV participant à l'assemblée générale du Cercle avaient alors exigé des ajustements dans le compte-rendu des débats de cette réunion. Qui? Paul Galles répond : Martine Hansen, Gilles Roth, Diane Adehm, Marc Spautz et Léon Gloden. 

Pour le principal mis en cause, Frank Engel, pas question de plier sous les coups. Au contraire, celui dont la carrière politique s'est brutalement stoppée après la révélation de cette affaire et sa dénonciation à la justice, se défend. Soulignant notamment les nombreuses pressions exercées en interne par la fraction avant que l'histoire ne soit mise sur la place publique. 

Et celui que le parti avait choisi comme chef en janvier 2019 souligne des irrégularités dans la gestion financière du parti, parle de deux poids deux mesures dans les ''largesses'' accordées aux uns ou aux autres. Des faits qu'il aurait dénoncés depuis à la Cour des comptes. Le voilà même qui évoque un cas précis : dans un premier rapport, il avait été reproché au groupe parlementaire d'avoir acheté le bureau de l'ancien président du parti, Marc Spautz (contre 25.000 euros) après que celui-ci eut quitté ses fonctions. Un passage qui aurait «miraculeusement» disparu des comptes-rendus officiels.

Le procès se poursuit.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Au dernier jour du procès contre plusieurs responsables du CSV, le ministère public a plaidé pour que l'ancien président du parti soit condamné à une peine de neuf mois avec mesure probatoire et une amende. Les autres sanctions plaidées se révèlent plus légères.
IPO , ITV Frank Engel , CSV Nationalpräsident (noch) , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Mardi débute le procès contre l'ancien président du parti chrétien-social Frank Engel dans l'affaire du financement du «Frëndeskrees». Un caillou dans la chaussure de la formation qui entame sa reconstruction.
A l'occasion du premier jour du procès de l'affaire «CSV Frëndeskrees», l'ancien président du CSV a fait le choix de passer à l'offensive et accuse les membres de la fraction d'avoir manigancé pour «se débarrasser» de lui.
IPO , Prozess CSV Freundschaftskreis , Foto:Guy Jallay /Luxemburger Wort
Alors que ce 24 avril, le parti chrétien-social tiendra son congrès celui qui en était encore le président le mois dernier quittera la formation. Mais de là à sortir du jeu politique...
Die Kandidatur für den Posten des CSV-Präsidenten bezeichnet Frank Engel rückblickend als seinen größten Fehler.