Changer d'édition

Français du Benelux: Pieyre-Alexandre Anglade répond aux critiques

Français du Benelux: Pieyre-Alexandre Anglade répond aux critiques

Guy Jallay
Luxembourg 2 min. 17.07.2018

Français du Benelux: Pieyre-Alexandre Anglade répond aux critiques

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
Le député des Français du Benelux Pieyre-Alexandre Anglade a fait le bilan de sa première année en tant que député des Français établis au Luxembourg. Et répondu aux inquiétudes de la conseillère consulaire Monique Dejeans.

La présentation a duré environ une demi-heure, devant une vingtaine de sympathisants dans le caveau de la Bulle de Vin à Luxembourg-ville. 

La présentation du député a été principalement axée sur le bilan des actions de la majorité parlementaire (En Marche!) et insisté sur l'importance de «rester fidèles à notre histoire, à l'Europe, de lutter contre le populisme et l'euroscepticisme».

Pieyre-Alexandre Anglade dans le caveau de la Bulle de Vin à Luxembourg, le 13 juillet
Pieyre-Alexandre Anglade dans le caveau de la Bulle de Vin à Luxembourg, le 13 juillet
Guy Jallay

Au sujet des Français expatriés, M. Anglade a rappelé que «la modernisation des institutions annoncée passe par la dématérialisation de nombreuses démarches». «Les crédits alloués par le gouvernement aux consulats ont diminué cette année car il ne s'agit pas d'une année électorale», a clarifié Pieyre-Alexandre Anglade en réponse aux déclarations de Monique Dejeans, conseillère consulaire considérant qu'il s'agit d'une «instrumentalisation politique de la réalité». 

Concernant l'AEFE (Agence pour l'Enseignement du Français à l'Etranger), «les crédits ont diminué depuis 2012, or pour la première fois cette année, l'enveloppe budgétaire a été augmentée de 2,3 millions d'euros par rapport au budget initial de 2017». Il est faux de dire que le budget de l'AEFE a été amputé de 33 millions d'euros, défend le député, car il s'agissait d'une aide ponctuelle à l'AEFE, en plus de son budget annuel. 

«Et le Luxembourg n'est pas concerné», a-t-il ajouté, puisque les établissements français au Luxembourg homologués par l'AEFE (Vauban et Sainte-Sophie), sont des établissements privés (donc payants) subventionnés par le Luxembourg. 

Fin 2017, l'AEFE avait annoncé la suppression de 80 postes d'enseignants à l'étranger en 2018 en raison d'un manque budgétaire et 160 en 2019. Elle devrait poursuivre cette réduction d'effectifs en 2019 et 2020.

Quant à la réduction crainte du nombre de conseillers consulaires, «c'est faux», a tranché le député. «C'est moi qui ai proposé qu'il y en ait plus, avec un rôle mieux défini, plus clair et des moyens renforcés pour être au service des Français de l'étranger».  


Sur le même sujet

«La détresse financière française existe au Luxembourg»
Bourses scolaires, représentativité des Français sur le territoire luxembourgeois, enseignement français à l'étranger et disparition du consulat: les coupes budgétaires du gouvernement Macron s'annoncent nombreuses et inquiètent les conseillers consulaires.