Changer d'édition

Former plus d'infirmières en partenariat avec la France
Luxembourg 11 2 min. 03.05.2020 Cet article est archivé

Former plus d'infirmières en partenariat avec la France

Aucun détail concret sur cette potentielle école commune de métiers de la santé, évoquée par Xavier Bettel, n'a à ce jour été donné.

Former plus d'infirmières en partenariat avec la France

Aucun détail concret sur cette potentielle école commune de métiers de la santé, évoquée par Xavier Bettel, n'a à ce jour été donné.
Photo: Pierre Matgé
Luxembourg 11 2 min. 03.05.2020 Cet article est archivé

Former plus d'infirmières en partenariat avec la France

Si la pandémie semble marquer quelque peu le pas ces derniers jours, l'idée d'accroître les personnels de santé continue de faire son chemin. Pour cela, Xavier Bettel plaide pour la mise sur pied d'une école spécialisée financée par Paris et le Grand-Duché.

(Jmh avec Cordula Schnuer) - Déjà largement dépendant des frontaliers, le secteur de la santé devrait continuer à fonctionner sur ce modèle au cours des prochaines années. Et ce n'est pas l'idée de créer une école d'infirmières commune entre le Luxembourg et la France qui devrait changer la donne.

Évoquée vendredi par Xavier Bettel (DP) lors de sa tournée dans différents établissements de soins, l'idée vise un double objectif: répondre aux besoins sanitaires grandissant d'une population en forte croissance et tenter de permettre aux étudiants luxembourgeois de choisir une voie jusqu'à présent peu choisie. Selon les données du ministère de la Santé, près des deux tiers des personnels soignants au Grand-Duché viennent de l'étranger.

Or, période de crise sanitaire oblige, la demande en personnel a largement dépassé l'offre de personnels formés au Grand-Duché, a indiqué vendredi Serge Haag, directeur du Centre hospitalier Emile Mayrisch, à Esch-sur-Alzette. Face à cette réalité, le Premier ministre a assuré que des discussions sont déjà en cours avec les autorités françaises pour mettre sur pied cette nouvelle entité. Aucun détail concret sur ce projet n'a toutefois été avancé, que ce soit le lieu d'implantation, le nombre de places ou bien encore les métiers de santé concernés.

Pour faire face à la pénurie médicale, notamment de médecins, le Grand-Duché multiplie les initiatives. Mais dans des domaines bien spécifiques. Ainsi, un bachelor en médecine générale doit être lancé à l'Uni lors de la rentrée 2020-2021, alors que deux nouvelles spécialisations ont d'ores et déjà été lancées. L'une en neurologie, l'autre en oncologie. L'idée de créer une medical school, à savoir la possibilité de réaliser une formation complète au Luxembourg, doit être réexaminée après 2023, année où la première promotion du futur bachelor aura achevé sa formation.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Un système sanitaire très dépendant des frontaliers
L'annonce, faite lundi de demander aux hôteliers de proposer des solutions de logements pour certains salariés du secteur sanitaire afin qu'ils puissent «s'installer avec leur famille au Grand-Duché» démontre la dépendance du système sanitaire luxembourgeois.
Lokales, Coronavirus, Covid-19, Paulette Lenert, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La santé et les soins en état préoccupant
Face à l'évolution en nombre et en âge de la population, le Luxembourg peine à recruter ou à former suffisamment de professionnels. Aussi le ministère envisage-t-il une nouvelle politique à mener afin de rendre plus attirantes les professions en manque de personnels.
Aortenaneurysma OP lokale Betäubung, Foto Lex Kleren
Le Luxembourg, véritable aimant pour les infirmiers
Si les besoins en matière de soins ne cessent de croître dans le pays, cette demande touche directement les pays voisins, puisque plus de la moitié du personnel soignant n'est pas luxembourgeois. Ce qui n'est pas sans conséquence pour les hôpitaux de l'autre côté des frontières.
CHEM, Centre Hospitalier Emile Mayrisch, Foto Lex Kleren