Changer d'édition

Forces et faiblesses avouées du système de santé
Luxembourg 4 min. 09.04.2020 Cet article est archivé

Forces et faiblesses avouées du système de santé

«Le point positif de la crise est peut-être que nous avons appris de manière brutale combien il est important de travailler sur la base de données», assure Paulette Lenert.

Forces et faiblesses avouées du système de santé

«Le point positif de la crise est peut-être que nous avons appris de manière brutale combien il est important de travailler sur la base de données», assure Paulette Lenert.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 4 min. 09.04.2020 Cet article est archivé

Forces et faiblesses avouées du système de santé

L'absence de clarté sur le port des masques, le manque de données sur le matériel, un système qui repose en grande partie sur les frontaliers. Propulsée ministre de la Santé juste avant la crise sanitaire, Paulette Lenert, fait le point.

(MF avec Annette Welsch) – Le 13 mars dernier, Paulette Lenert, ministre de la Santé (LSAP), annonçait la mort de la toute première victime du coronavirus au Luxembourg qui en compte désormais 52. Suite au troisième remaniement gouvernemental de Xavier Bettel, l'ancienne juge et ministre de la Protection des consommateurs et de l'Aide au développement, a été propulsée à la tête du ministère de la Santé le 4 février. 

Dans une longue interview accordée ce vendredi au Luxemburger Wort, elle explique qu'elle n'avait pas participé aux discussions sur la mise en place de la politique de santé - dont Etienne Schneider (LSAP) avait la charge - mais dit combien la crise sanitaire a été un accélérateur d'apprentissage des arcanes du système de santé qu'elle gère désormais.

La ministre de la Santé rappelle que le Luxembourg «n'a encore jamais fait face à une pandémie» et reconnaît qu'en cette situation de gestion de crise du covid-19, «le plus difficile est de travailler avec cette incertitude et de parvenir à communiquer cette incertitude au grand public de manière rassurante». 

Incertitude et flexibilité

Les connaissances sur le virus lui-même «se développent de jour en jour et vous évoluez sur un terrain très mouvant quand il s'agit d'adapter vos actions à cette évolution», glisse-t-elle. L'incertitude et la flexibilité imposées constituent à ses yeux, un «grand défi pour la communication». L'obligation ou non de mettre des masques de protection quotidiennement en est un bel exemple, confesse-t-elle avant de rétorquer: «Notre attitude était et reste que les masques ne priment pas sur les autres règles d'hygiène et que l'on risque d'avoir un faux sentiment de sécurité». 

La nouvelle ministre de la Santé juge que le Luxembourg dispose d'un bon système social et de santé et ne cache pas avoir été «très impressionnée par la solidarité et la rapidité avec lesquelles les différents acteurs» ont réagi, en citant l'exemple  de la coopération établie entre les quatre directeurs généraux des centres hospitaliers. L'une des failles de départ a été, pour elle, de ne pas avoir de vue globale sur toutes les données, comme les besoins en matériel de soins.


Lokales, Corona-Virus Covid 19, CHEM Esch Alzette, Die Kantine des CHEM wurde in eine Pflegestation umgebaut, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Encore de la place dans les hôpitaux du Grand-Duché
Depuis la première infection au covid-19, le paysage hospitalier a radicalement changé. A commencer par l’augmentation des capacités d'accueil. Sur le terrain, personne ne fait preuve de triomphalisme, mais jusqu'ici le système encaisse le choc.

«Il n'y avait même pas de base de données centrale pour les besoins dans les hôpitaux», cite-t-elle. Et Paulette Lenert rajoute aussitôt: «Le point positif de la crise est peut-être que nous avons appris de manière brutale combien il est important de travailler sur la base de données et de faits et de faire preuve de plus de compréhension pour une forme moderne de gestion». 

La ministre de la Santé considère que la force du système réside dans cette idée d'une quadripartite fortement développée, «que les gens travaillent ensemble dans le cadre d'un dialogue dans et sur le système. Si vous menez le dialogue de manière saine et que vous le maintenez, cela donne une certaine acceptation». Autre point fort à ses yeux: «Nous n'avons pas un système de médecine à deux vitesses » et de rappeler qu'il est important de maintenir la même qualité de services pour tous.


Lok , Coronavirus , Sars-CoV-2 , Covid-19, Xavier Bettel und Paulette Lenert besuchen Hopital Kirchberg , Hopitaux Robert Schuman , Dankeschön an die Helfer  , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Le Luxembourg combat le coronavirus
Avec des dizaines d'infections officiellement recensées, le Grand-Duché a choisi de prendre des mesures drastiques pour limiter la propagation du covid-19. Des mesures qui impactent le quotidien des 614.000 résidents et des 200.000 frontaliers du pays.

La grande faiblesse reste toutefois le manque de personnel: «Nous sommes confrontés à un mur et devons trouver des moyens innovants» et reconnaît que c'est un très grand défi de trouver le personnel et de le former. Et elle appuie sur le fait que cette crise «nous a également ramenés à la brutale réalité de la situation: Notre système tient debout ou tombe avec les frontaliers».

«Beaucoup de Luxembourgeois n'ont pas conscience du caractère vital» du phénomène, trop souvent résumé aux problèmes de trafic, avait déjà souligné en février  Jean-Jacques Rommes, le président du Conseil économique et social. Dans son avis, le CES a projeté que les frontaliers seraient entre 50.000 et 80.000 de plus d'ici 2035.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors que la sortie de l'état de crise se profile, le Dr Philippe Turk, directeur médical de la clinique Zitha évoque la situation du secteur hospitalier au Luxembourg. Le praticien tire les premières leçons de la pandémie et esquisse des pistes pour l'avenir.
Lok , Coronavirus , Sars-CoV-2 , Covid-19, Xavier Bettel und Paulette Lenert besuchen Hopital Kirchberg , Hopitaux Robert Schuman , Dankeschön an die Helfer  , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Le répit n'aura été que temporaire: dimanche, les autorités ont annoncé que le pays déplorait désormais 107 décès en lien avec l'épidémie. 65 personnes restent hospitalisées en raison du virus.
A scientist wearing her Personal protective equipment (PPE) enters the lab at the Szentgothai Research Center of Pecs University, in Pecs, Hungary on May 13, 2020 during their diagnostic activity to locate the nature of the virus strain and the connection to novel coronavirus COVID-19. (Photo by KAROLY ARVAI / POOL / AFP)
Très petites entreprises et indépendants étant plus vulnérables dans la crise économique, la direction des Classes moyennes a décidé de veiller prioritairement sur leurs aides. En huit jours, 3.300 bénéficiaires ont déjà été indemnisés.
A l'image des centres de soins avancés du Luxembourg, la ville de Moselle a ouvert, ce jeudi, un accueil de consultation «Fièvre et toux». Un gymnase aménagé accueille les habitants présentant les symptômes du covid-19.
Le Luxembourg n'a pas compté de mort supplémentaire endéans 24 heures mais se prépare au pic de la pandémie d'ici deux semaines. Si les hôpitaux sont «loin d'être saturés» pour l'heure, la ministre de la Santé a annoncé l'ouverture de six nouvelles structures.
Pressekonferent Paulette Lenert, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Avec des dizaines d'infections officiellement recensées, le Grand-Duché a choisi de prendre des mesures drastiques pour limiter la propagation du covid-19. Des mesures qui impactent le quotidien des 614.000 résidents et des 200.000 frontaliers du pays.
Lok , Coronavirus , Sars-CoV-2 , Covid-19, Xavier Bettel und Paulette Lenert besuchen Hopital Kirchberg , Hopitaux Robert Schuman , Dankeschön an die Helfer  , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort