Changer d'édition

Une hausse générale non, des hausses sectorielles oui
Luxembourg 2 min. 26.07.2021
Fonction publique

Une hausse générale non, des hausses sectorielles oui

Pour la CGFP présidée par Romain Wolff, l'accord de mars 2021 sur le gel général des salaires n'est pas synonyme de blocage complet dans certains secteurs de la fonction publique.
Fonction publique

Une hausse générale non, des hausses sectorielles oui

Pour la CGFP présidée par Romain Wolff, l'accord de mars 2021 sur le gel général des salaires n'est pas synonyme de blocage complet dans certains secteurs de la fonction publique.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 2 min. 26.07.2021
Fonction publique

Une hausse générale non, des hausses sectorielles oui

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Pour la CGFP, l'accord signé début mars entérinant un gel des salaires au sein de la fonction publique n'est pas incompatible avec une revalorisation dans des secteurs spécifiques. Et les ministres qui affirment le contraire feraient de la «désinformation», estime lundi la confédération.

Les membres de la fonction publique peuvent-ils bénéficier d'une revalorisation salariale en dépit du gel des salaires acté jusqu'en 2022? Pour la CGFP, la réponse à cette question ne fait aucun doute et ceux qui tenteraient de prétendre le contraire mèneraient «une politique délibérée de désinformation». Dans un communiqué publié lundi, la puissante confédération des fonctionnaires dénonce «les différentes déclarations ministérielles» qui ferment la porte à toute «amélioration sectorielle».


Illustration Fonction Publique -  Staatsbeamten - Photo : Pierre Matge
Gel du salaire des fonctionnaires jusqu'en 2022
Pandémie oblige, l'accord salarial signé ce jeudi entre l'Etat et la CGFP ne prévoit pas «d'augmentation financière structurelle» d'ici la fin de l'année prochaine, mais entend mettre l'accent sur «les conditions de travail des agents», notamment dans le cadre du télétravail.

Selon la grille de lecture de la confédération, l'accord signé début mars «n'empêche nullement le gouvernement de sceller des accords avec les associations professionnelles» pour mettre en place «de nouvelles améliorations financières» telles que «de nouveaux bonus». Pour la CGFP, «la diffusion systématique de faits erronés suggère que le gouvernement tente de monter les affiliés de la CGFP et leur organisation faîtière les uns contre les autres».

Autre point d'achoppement, le report à 2023 de la réforme fiscale. Justifiée par le manque de manœuvre budgétaire, la décision se trouve, selon la CGFP, contredite par le fait que «le gouvernement se targue d'avoir perçu onze milliards d'euros en impôts et taxes au cours des six premiers mois de l'année, ce qui représente une augmentation de près de 25% par rapport à l'année précédente». Estimant qu'il existe «manifestement des ressources budgétaires suffisantes», les représentants des fonctionnaires souhaitent voir se mettre en place «des améliorations sélectives» afin de «rendre le système fiscal plus équitable». Particulièrement en ce qui concerne «la classe d'impôt 1a et les parents isolés».

Enfin, la CGFP rappelle sa volonté de voir se réunir une tripartite nationale. Une rencontre entre partenaires sociaux qui pourrait se tenir en amont du discours sur l'état de la Nation, selon les dires de Xavier Bettel (DP). Ce dont doute de plus en plus la confédération qui estime que «le dialogue social tant vanté par le gouvernement est devenu une farce» et que l'engagement du Premier ministre n'est qu'«une promesse vide». Face à ce qu'elle considère comme «un refus de dialoguer», la CGFP indique qu'elle «ne se laissera pas faire» et prédit des négociations «plus difficiles qu'auparavant» quant à la future convention salariale pour le secteur public qui doit entrer en vigueur en 2023.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors que leur nombre n'atteignait pas les 25.000 en 2013, les agents de l'Etat dépassent le seuil des 30.000 en 2020, indique vendredi le ministère de la Fonction publique. Une tendance à la hausse malgré les difficultés du secteur à recruter.
Illustration Fonction Publique -  Staatsbeamten - Photo : Pierre Matge
Pandémie oblige, l'accord salarial signé ce jeudi entre l'Etat et la CGFP ne prévoit pas «d'augmentation financière structurelle» d'ici la fin de l'année prochaine, mais entend mettre l'accent sur «les conditions de travail des agents», notamment dans le cadre du télétravail.
Illustration Fonction Publique -  Staatsbeamten - Photo : Pierre Matge