Changer d'édition

Fin du cauchemar à Dippach-Gare prévue pour 2024
Luxembourg 13.03.2020

Fin du cauchemar à Dippach-Gare prévue pour 2024

Les travaux du contournement à Dippach-Gare doivent débuter à l'automne 2021 et durer 30 mois, selon le planning dévoilé jeudi.

Fin du cauchemar à Dippach-Gare prévue pour 2024

Les travaux du contournement à Dippach-Gare doivent débuter à l'automne 2021 et durer 30 mois, selon le planning dévoilé jeudi.
Crédit: Ponts et chaussées
Luxembourg 13.03.2020

Fin du cauchemar à Dippach-Gare prévue pour 2024

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Évoqués depuis 2013, les travaux destinés à supprimer le passage à niveau devraient débuter à l'automne 2021 pour s'achever 30 mois plus tard, selon François Bausch, ministre des Travaux publics. Pour Carole Dieschbourg, ministre de l'Environnement, les retards accumulés s'expliquent par plusieurs erreurs.

(Jmh) - D'ici à 2024, les automobilistes passant par Dippach-Gare devraient ne plus être impactés par le passage des trains de la ligne Luxembourg-Pétange. Selon le calendrier avancé jeudi par François Bausch (Déi Gréng), ministre des Travaux publics, le premier coup de pelle destiné à créer le contournement doit avoir lieu à l'automne 2021. Et durer 30 mois, soit une fin prévue pour le courant 2024.

Interrogés en commission parlementaire, le ministre et son homologue de l'Environnement, Carole Dieschbourg (Déi Gréng), ont reconnu que les retards accumulés dans ce dossier relèvent «de certains problèmes qui n'avaient pas été remarqués». En l'occurrence, l'incompatibilité entre les différentes prorogations accordées à l'autorisation du passage à niveau et la nouvelle loi sur la protection de nature. Au cœur du problème, la présence d'une zone de protection spéciale pour les oiseaux sur le tracé du contournement. 

Autre explication avancée: les difficultés rencontrées liées aux procédures d'expropriation qualifiées par les ministres de «complexes et longues». Une référence directe au blocage qui courait depuis 2013 et finalement débloqué en juillet 2019 par l'achat d'un terrain par l'État. Pour éviter que de tels cas ne se reproduisent, François Bausch plaide pour la mise en place de «nouvelles procédures destinées à accélérer les mesures d'expropriation», tandis que Carole Dieschbourg assure qu'un groupe de travail interministériel voué à améliorer la coordination a été mis en place.


Sur le même sujet