Changer d'édition

Feu vert officiel pour les «Rout Lëns», mais...
Luxembourg 8 2 min. 03.05.2021

Feu vert officiel pour les «Rout Lëns», mais...

Si les premières livraisons de logements sont attendues pour «2024-2025», la totalité du site doit être aménagé d'ici 2030.

Feu vert officiel pour les «Rout Lëns», mais...

Si les premières livraisons de logements sont attendues pour «2024-2025», la totalité du site doit être aménagé d'ici 2030.
Crédit: Iko Real Estate
Luxembourg 8 2 min. 03.05.2021

Feu vert officiel pour les «Rout Lëns», mais...

Si le conseil communal d'Esch-sur-Alzette a validé, vendredi, le projet d'aménagement des 10,5 hectares des anciennes friches industrielles, la décision s'est faite avec les seules voix de la majorité CSV-DP-Déi Gréng. Le LSAP estime notamment que «de nombreuses questions restent en suspens».

(Jmh avec Raymond Schmit) - En validant, vendredi, le PAP du projet «Rout Lëns»  en conseil communal, la majorité CSV-DP-Déi Gréng a levé le dernier obstacle à la réalisation de quelque 1.430 logements, d'une école et d'une crèche et d'espaces verts à proximité immédiate du centre-ville d'Esch-sur-Alzette. Sauf que la décision n'a pas été unanime, puisque le projet privé, porté par Iko real estate de l'homme d'affaires Eric Lux, a été validé sans les voix de l'opposition.

Si le LSAP s'est abstenu, déi Lénk s'y est fermement opposé, estimant que l'aménagement des 10,5 hectares du site abandonné depuis 1977 était livré «sans condition» au promoteur. Pour les socialistes, la présence de 30% de logements abordables sur le site constitue un bon point, mais «de nombreuses questions restent sans réponse», référence aux cinq plaintes qui ont été introduites par les riverains et dont deux d'entre elles aboutiront à des ajustements dans le projet initial.

Pour Martin Kox (Déi Gréng), ce projet constitue pourtant «une pièce importante de la mosaïque urbaine» via la création d'«un projet innovant et vivable» qui a déjà connu plusieurs modifications «suite à des échanges lors de différents groupes de travail». Même enthousiasme de la part de Georges Mischo (CSV), bourgmestre de la Métropole du fer, qui rappelle que «la municipalité soutient à 100% ce projet». 

Et ce, notamment en raison du concept général qui prévoit à la fois la construction de nouveaux logements, le développement de la mobilité douce et la conservation d'une partie du patrimoine industriel. Pour mémoire, le site doit non seulement voir sortir de terre deux tours de 60 mètres de hauteur, mais aussi être traversé par la future piste cyclable qui doit relier la capitale au campus de Belval et donner une nouvelle vie à cinq anciens bâtiments, dont la halle des soufflantes ou «le bâtiment TT».

Selon le calendrier avancé par Iko, le chantier doit débuter courant 2022. La livraison des premiers logements est annoncée pour «2024-2025» et doit s'étendre jusqu'en 2030. A noter que ce projet s'intègre dans la transformation planifiée de la dizaine d'anciennes friches industrielles présentes dans le sud du pays. Des aménagements qui devraient faire gonfler la population résidente de quelque 20.000 personnes à l'horizon 2040, alors qu'un total de 300.000 résidents supplémentaires sont attendus sur l'ensemble du Grand-Duché d'ici à 2050, selon les dernières estimations disponibles.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La future skyline des «Rout Lëns» se dévoile
Situés en bordure de la frontière française, les 10,5 hectares de l'ancienne friche industrielle doivent se transformer en nouveau quartier écologique. Les premiers des 3.000 habitants attendus à deux pas du centre-ville d'Esch-sur-Alzette, doivent emménager d'ici 2024-2025.
Les «Keeseminnen» ne résisteront pas
Si certains bâtiments des friches industrielles des Lentille Terre Rouges seront protégés, tous n'échapperont pas à la démolition prévue dans le cadre du projet d'urbanisation «Rout Lëns». Une information confirmée mercredi par la ministre de la Culture.
Le bâtiment des «Keeseminnen» sur la Lentille Terres Rouges. Les préparations de minerai de fer y étaient stockées dans des silos avant d'être transportées vers les hauts-fourneaux.
Les Eschois échangent sur la «Lentille Terres Rouges»
Des workshops de réflexion organisés sur le projet d'urbanisation de l'ancienne friche industrielle proche de la frontière française devraient alimenter les développements du futur quartier qui accueillera 3.000 habitants à l'horizon 2035.