Changer d'édition

Fernand Kartheiser: "Ce n'est pas la fin de l'ADR"
Luxembourg 3 min. 19.12.2012 Cet article est archivé

Fernand Kartheiser: "Ce n'est pas la fin de l'ADR"

Fernand Kartheiser

Fernand Kartheiser: "Ce n'est pas la fin de l'ADR"

Fernand Kartheiser
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 3 min. 19.12.2012 Cet article est archivé

Fernand Kartheiser: "Ce n'est pas la fin de l'ADR"

Coup de tonnerre du côté de l'ADR ce mercredi matin: Fernand Kartheiser a annoncé sa démission à la tête du parti. D'autres annonces ont suivi en cascade. Serait-ce le début de la fin de l'ADR? "Non!" affirment ses dirigeants.

Le feu couvait depuis quelque temps au sein de l'ADR. Certaines voix s'élevaient au sein du parti contre les positions prises par Fernand Kartheiser, président du parti.

Vendredi dernier les premières flammes ont jailli avec l'annonce du retrait de Jacques-Yves Henckes, également député. Ce même jour, le député Jean Colombera a lancé un ultimatum à son parti. Il exigeait:

  • la démission de Fernand Kartheiser
  • un remaniement de la ligne de conduite de l'ADR

Sur ce, le comité national de l'ADR s'est réuni lundi pour discuter des nouveaux rebondissements au sein du parti et des décisions à prendre pour apaiser les tensions.

Ce mercredi matin, c'est un Fernand Kartheiser "de bonne humeur" comme il l'a souligné, qui a annoncé sa démission à la présidence de l'ADR.

"Roby Mehlen reprendra l'intérim de la fonction jusqu'au 17 mars prochain, date à laquelle aura lieu le congrès national de l'ADR", explique-t-il, "il sera secondé dans sa mission par Jean Schoos, secrétaire général du parti".

Cette décision, Fernand Kartheiser l'a justifiée par une volonté d'un retour au calme au sein de son parti. "Je ne veux pas être un obstacle dans les discussions à venir et les décisions à prendre", souligne-t-il.

A la question de savoir si Roby Mehlen allait éventuellement poser sa candidature à la présidence de l'ADR le 17 mars prochain, ce dernier répond: "Je ne pense pas car j'ai toujours milité pour qu'un jeune se retrouve à la tête du parti".

Jean Colombera tire également sa révérence

Après cette annonce, ce fut au tour de Jean Colombera d'y aller de ses déclarations. "J'ai posé un ultimatum au parti vendredi dernier et j'estime qu'il a été respecté, mais il y a un bémol", explique-t-il.

"Je suis né dans une famille à tendance communiste et j'ai toujours eu une sensibilité politique qui tendait vers la gauche", poursuit-il, "lorsque j'ai rejoint l'ADR il y a 15 ans, j'avais l'impression qu'il y avait une envie générale d'aider les gens, une envie que je ne ressens plus aujourd'hui".

C'est pour cela que Jean Colombera a décidé de se retirer de l'ADR et d'aller voir ailleurs. "Vous connaissez ma sensibilité", souligne-t-il, "mais, il est encore trop tôt pour dire vers quel parti je vais me tourner".

Contrairement à Jacques-Yves Henckes qui va siéger en tant que député indépendant à la Chambre, Jean Colombera va laisser sa place à Jeff Engelen afin d'assurer les finances de l'ADR.

La passage de mandat devrait se faire avant le 1er janvier 2014. "Je resterai député jusqu'à ce que le projet de loi sur le mariage homosexuel passe au Parlement", précise le député sortant.

Quant à savoir si ces rebondissements vont sonner le glas de l'ADR, Fernand Kartheiser répond: "En aucun cas! Le parti va se recentrer et nous allons affronter les prochaines élections législatives en espérant en ressortir plus forts".

Charline Lebrun