Changer d'édition

Felix Braz: «Sans Les Verts, ni Bettel, ni Schneider ne deviendront Premier ministre»
Felix Braz, ministre de la Justice sortant et candidat des Verts dans le Sud: «Nous n'avons encore jamais exclu une coalition entre le CSV et Les Verts».

Felix Braz: «Sans Les Verts, ni Bettel, ni Schneider ne deviendront Premier ministre»

Photo: Guy Jallay
Felix Braz, ministre de la Justice sortant et candidat des Verts dans le Sud: «Nous n'avons encore jamais exclu une coalition entre le CSV et Les Verts».
Luxembourg 3 min. 08.10.2018

Felix Braz: «Sans Les Verts, ni Bettel, ni Schneider ne deviendront Premier ministre»

Maurice FICK
Maurice FICK
J-7 avant le grand rendez-vous des élections législatives au Luxembourg. Les face-à-face se multiplient. Les positionnements et les calculs mathématiques se font de plus en plus clairs. Comme au détour de ces petites phrases lâchées par Félix Braz, candidat des Verts, et Claude Wiseler, tête de liste du CSV, lundi au micro de RTL.

Il représente le «Petit Poucet vert» de l'actuelle coalition gouvernementale DP-LSAP-Les Verts mais sait qu'il tient de beaux atouts entre ses mains: ces sièges qui seront indispensables à tous les partis politiques de premier plan au soir du dimanche 14 octobre pour former une coalition gouvernementale, soit-elle à deux ou à trois partis. Et Felix Braz, actuel ministre de la Justice et tête de liste des Verts -avec Josée Lorsché- dans l'imposante circonscription du Sud est décidé à faire peser Les Verts dans la balance.

«Sans les Verts, je le dis clairement, ni un Xavier Bettel ne deviendra Premier ministre, ni un Etienne Schneider ne deviendra Premier ministre, c'est clair», a-t-il posé à deux reprises sur la table de RTL Radio lors de son face-à-face avec Claude Wiseler, tête de liste du parti chrétien-social (CSV), lundi matin.


Élections législatives: tous nos articles
Le 14 octobre 2018, les électeurs du Luxembourg sont appelés aux urnes pour élire leurs 60 députés. Les rapports de force entre les différents partis politiques qui découleront de ces résultats donneront le futur gouvernement.

Pour comprendre l'aplomb du candidat Braz, il faut se remémorer les chiffres au soir des dernières législatives anticipées d'octobre 2013. Le DP de Xavier Bettel, tout comme le LSAP d'Etienne Schneider avaient obtenu 13 sièges chacun. Soit 26 au total. Ce sont les 6 sièges des Verts qui ont permis d'obtenir 32 sièges et donc la majorité à la Chambre des députés qui compte 60 sièges.

Loin de Felix Braz l'idée de faire imploser l'actuelle coalition gouvernementale car «nous avons vraiment l'impression, en tant qu'équipe, d'avoir bien travaillé» et son souhait premier est qu'«on soit confirmé (dans les urnes, dimanche soir, ndlr). Je crois que les trois partis qui forment le gouvernement le voient comme ça».

«Nous n'excluons aucune coalition, excepté avec l'ADR»

Et si le vent devait tourner? Lors de son face-à-face télévisé avec Claude Wiseler, le Premier ministre sortant et tête de liste du DP, Xavier Bettel, n'a pas exclu de devenir Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères aux côtés d'un ministre d'Etat qui serait Claude Wiseler. «Qu'en est-il de vous?» l'a questionné le journaliste de RTL. La réponse de Felix Braz: «Je vous fais la même réponse». Ajoutant dans le même souffle, «nous voulons que Les Verts soient renforcés le soir des élections».

«En clair, vous n'excluez pas une coalition entre le CSV et Les Verts?» demande l'interviewer. «Nous ne l'avons encore jamais fait!» s'est presque offusqué Felix Braz en rappelant que Les Verts «travaillent de concert dans plusieurs communes avec le CSV». Et il rajoute comme en jouant un atout oublié dans le jeu par tous les autres: «Nous sommes les seuls à ne jamais avoir fait de coalition avec le CSV».

Comme chat échaudé craint la douche froide, Claude Wiseler, souriant, résume et pose le décor: «Ce qui ressort clairement de ce qu'a dit Felix Braz est que si cette majorité garde une majorité de 31 ou 32 sièges, ils continueront à former un gouvernement. C'est clair et net pour moi. Et c'est ce qui ressort des déclarations de tous les partis: cette majorité veut poursuivre en tant que majorité».

Sensible à l'ouverture de son interlocuteur des Verts, le candidat du CSV note que «sur différents points nous sommes sur une même ligne mais il y a une série de points sur lesquels il y a de grandes différences entre Les Verts et le CSV». Et il cite en vrac la simplification administrative, l'Environnement, l'Agriculture, la loi sur le divorce, l'ordre d'expulsion, la construction de routes, etc. «Si une coalition devenait envisageable cela donnera lieu à des discussions substantielles où il faudra voir si on trouve des solutions ou pas», ne se précipite pas Claude Wiseler.

Fait est que «nous n'excluons aucune coalition avec un des trois partenaires de l'actuelle coalition» c'est-à-dire le DP, le LSAP et Les Verts. Il n'y a guère qu'avec l'ADR que le parti chrétien-social exclut formellement toute coalition a rappelé Claude Wiseler.


Sur le même sujet

Feu vert, rouge et bleu pour négocier une coalition «Gambia bis»
Tout indique que la coalition gouvernementale sortante DP-LSAP-Les Verts pourrait être reconduite pour cinq ans. Les comités directeurs des Verts, des socialistes et finalement du DP, ont tous trois donné leur aval, lundi, pour entamer des négociations de coalition à trois. Le CSV tirera ce mardi les conclusions de sa non-élection en position de parti incontournable.
Le comité directeur du DP, le parti de Xavier Bettel, s'est réuni lundi soir à Hesperange pour donner son aval à l'entame de discussions pour réitérer la coalition sortante.
Soirée ratée au CSV... pour un siège
Au fil de la soirée électorale, les sympathisants du CSV devenaient «verts». Le siège perdu dans le Centre, circonscription de Claude Wiseler, a balayé d'un seul coup tous les espoirs de retour au pouvoir. Les ténors du CSV ont eu beau se rassurer, le pire est arrivé. Arithmétiquement, la coalition sortante a conservé d'un siège sa majorité.
Politik,Parlamentswahlen 2018,élections législatives,Wahlparty CSV,Rotondes,Bonnevoie..Foto:Gerry Huberty
Vers un gouvernement Gambie II
Lors du débat sur RTL qui a rassemblé les têtes de liste peu après 23h30 dimanche, les candidats n'ont pas annoncé de nouvelle coalition, mais les Verts et le DP ne rejetaient pas l'idée de poursuivre celle qui a dirigé le pays pendant cinq ans.
De g. à dr.: Xavier Bettel (DP), Felix Braz (déi Gréng), Etienne Schneider (LSAP).
Quels sont les enjeux de ces élections législatives?
Troisième et dernière vidéo explicative sur les élections législatives au Luxembourg. Cette fois-ci, nous nous intéressons aux enjeux de ce scrutin 2018 qui va, pour la première fois, juger l'action d'une coalition à trois. Qui joue gros? Qui va finir dans l'opposition? Réponses en images.
Huit candidats: qui peut devenir Premier ministre?
Dimanche, les électeurs luxembourgeois éliront leurs nouveaux députés et déclencheront la formation d'un nouveau gouvernement. Un clic sur leur photo et vous découvrirez qui sont les 8 têtes de liste nationales. Mais quels candidats sont vraiment premier-ministrables?