Changer d'édition

«Faire de la diversité une force pour les entreprises»
Luxembourg 3 min. 08.06.2020

«Faire de la diversité une force pour les entreprises»

«Lorsque le degré de diversité atteint un certain seuil, la satisfaction des salariés augmente de pair avec cette diversité», plaide Laetitia Hauret du Liser.

«Faire de la diversité une force pour les entreprises»

«Lorsque le degré de diversité atteint un certain seuil, la satisfaction des salariés augmente de pair avec cette diversité», plaide Laetitia Hauret du Liser.
Chris Karaba
Luxembourg 3 min. 08.06.2020

«Faire de la diversité une force pour les entreprises»

Anne-Sophie de Nanteuil
Anne-Sophie de Nanteuil
Si la multitude de nationalités engendrent parfois des effets négatifs dans le monde du travail, ces différences peuvent aussi devenir un atout. Telles sont du moins les conclusions d'une récente étude du Liser. Explications avec Laetitia Hauret, coauteur de l’enquête.

Votre dernière enquête en collaboration avec la Kent State University traite de la corrélation entre la satisfaction des employés et le nombre de nationalités de ces derniers. Quelles conclusions avez-vous tirées de cette étude? 

Laetitia Hauret - «Notre étude montre que les salariés qui travaillent dans des entreprises où plusieurs nationalités cohabitent sont moins satisfaits de leur travail. Ce résultat donne du crédit à l’idée que la diversité peut être source de tensions entre collègues, qu’elle peut générer des problèmes de communication, de partage de valeurs, voire des conflits interpersonnels.

Comment expliquez-vous ces effets négatifs? 

«Le lien négatif entre diversité et satisfaction au travail peut s’expliquer à la lumière de deux grandes théories développées par Donn Byrne dans les années 1970, puis par John Turner en 1985. Selon ces théories, les individus préfèrent interagir avec des personnes qui disposent des mêmes attributs démographiques qu'eux.

«Les entreprises doivent se soucier de leur composition démographique et accompagner la diversité», estime Laetitia Hauret
«Les entreprises doivent se soucier de leur composition démographique et accompagner la diversité», estime Laetitia Hauret
Photo: Liser

Pourtant, à l'inverse, vous évoquez un amoindrissement du lien négatif entre diversité et satisfaction au travail à mesure que la diversité augmente. Comment expliquez-vous cela?

«Lorsque le degré de diversité atteint un certain seuil, la satisfaction des salariés augmente de pair avec cette diversité. Ce résultat peut s’expliquer par l’idée que lorsque le niveau de diversité est suffisamment élevé, les minorités sont moins visibles et les interactions entre les différentes nationalités sont plus fréquentes, permettant par là même à chaque groupe d’apprendre à travailler sereinement ensemble.

Pensez-vous que les employés sont davantage conciliants lorsqu'il n'existe pas une communauté «dominante»

«Lorsqu'une nationalité est prédominante dans une entreprise, une augmentation de la part de collègues d’une autre nationalité diminue la satisfaction au travail car les employés ont tendance à se catégoriser en fonction de leur nationalité. Ils ont tendance, selon la théorie de self-categorization, à apprécier positivement les attributs de leur propre groupe de nationalité et à apprécier négativement les autres groupes de nationalités. Cette catégorisation engendre une méfiance qui a un impact négatif sur la satisfaction au travail. 


Etre noir au Luxembourg en 2020
Firmino, Lolo, Natalie, Rubio et Sandrine vivent et travaillent au Luxembourg. D'origine africaine, tous racontent la manière dont la couleur de leur peau impacte leur quotidien dans un pays où l'esprit «multikulti» n'empêche pas le racisme. Témoignages.

Que souhaitiez-vous montrer par cette étude? 

«Notre étude souligne l’importance pour les entreprises de se saisir de la question de la diversité pour en faire une force plutôt qu’une faiblesse. Au-delà de l’impact de la diversité sur les salariés et la performance des entreprises, la gestion de la diversité répond à des préoccupations sociales telles que la lutte contre la discrimination.

Concrètement, comment transformer la diversité en force? 

«Les managers doivent accompagner l’augmentation de la diversité en créant des environnements dans lesquels la diversité entraîne une augmentation du bien-être des travailleurs et, in fine, de leur productivité. Certaines études montrent que la construction d’une identité collective d’entreprise, la définition d’objectifs clairs, la création d’un climat d’égalité ou encore la mise en place de formations à la diversité vont dans ce sens.

La diversité permet d'augmenter le stock de connaissances.

Laetitia Hauret, chercheuse au Liser

Finalement, comment faire de la diversité un atout pour les entreprises? 

«Les entreprises doivent se soucier de leur composition démographique et accompagner la diversité. L’environnement de travail a ainsi un rôle important à jouer pour faire de la diversité un atout pour les entreprises. Parmi les bonnes pratiques de gestion de la diversité au sein des entreprises souvent citées, on trouve : la construction d’une identité d’entreprise, la définition d’objectifs clairs, la création d’un climat d’égalité ou encore la mise en place de formations à la diversité.

Et concrètement, quels peuvent être les atouts de la diversité en entreprise? 

«Les atouts de la diversité en entreprise sont nombreux. La diversité au sein des entreprises permet de confronter les points de vue et ainsi d’augmenter le stock de connaissances. Elle favorise l’innovation et permet aux entreprises de composer plus facilement avec la variété et la complexité de tâches à réaliser.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Etre noir au Luxembourg en 2020
Firmino, Lolo, Natalie, Rubio et Sandrine vivent et travaillent au Luxembourg. D'origine africaine, tous racontent la manière dont la couleur de leur peau impacte leur quotidien dans un pays où l'esprit «multikulti» n'empêche pas le racisme. Témoignages.
La diversité, le vrai-faux atout des entreprises
En collaboration avec un chercheur de la Kent State University, le Liser a publié mercredi une étude sur la corrélation entre la satisfaction des employés et le nombre de nationalités de ces derniers. Une relation pour le moins tumultueuse.
17.5. Lifestyle / Diversity Day chez Deloitte / en presence de Corinne Cahen Foto:Guy Jallay
Le racisme ordinaire manque de données
Confronté à une étude européenne sur le sujet, la ministre de l'Intégration ne nie pas le problème, tout en appelant à prendre avec des pincettes les chiffres évoqués. Corinne Cahen (DP) a aussi rappelé les initiatives prises pour combattre le racisme.
Encore du travail pour la diversité dans les entreprises
Avec presque 200.000 frontaliers, le Luxembourg fait face à une grande diversité dans ses entreprises. Est-ce plutôt une force ou une faiblesse? Telle était la question posée mardi soir lors d'un café-débat du LISER à la Kulturfabrik d'Esch/Alzette.