Changer d'édition

Facebook publie une liste de sujets interdits
Luxembourg 09.02.2021 Cet article est archivé

Facebook publie une liste de sujets interdits

Le réseau social Instagram est également concerné par ces nouvelles règles.

Facebook publie une liste de sujets interdits

Le réseau social Instagram est également concerné par ces nouvelles règles.
Photo: Yui Mok/PA Wire/dpa
Luxembourg 09.02.2021 Cet article est archivé

Facebook publie une liste de sujets interdits

La plateforme a mis à jour ses règles d’utilisation pour enrayer la propagation de fausses informations au sujet des vaccins contre le covid-19. Sans toutefois préciser les moyens mis en oeuvre dans ce cadre.

Toxiques, permettant l'injection d'une puce 5G ou encore causant l'autisme... Les rumeurs concernant les vaccins anti-covid contaminent Facebook. Face à ces fausses informations, le réseau social a donc décidé de frapper fort. L’entreprise de Mark Zuckerberg a ainsi fait part, lundi, d'une nouvelle liste d’affirmations désormais proscrites sur la plateforme.

Après avoir banni de son réseau les publicités anti-vaccins au mois d'octobre, le groupe californien souhaite donc désormais s'attaquer à tous les messages qui contribuent à la désinformation sur le virus et les vaccins. Les pages, groupes ou comptes qui «partagent de manière répétée» de fausses informations sur la vaccination ou la pandémie pourront ainsi être supprimés. Une règle qui s'appliquera également aux posts expliquant que le virus a été fabriqué par des humains.   


Les fakes news sur le virus gangrènent la toile
Face à l'afflux de fausses informations sur les réseaux sociaux, le Zentrum fir politesch Bildung agit pour aider les internautes à démêler le vrai du faux. Des initiatives qui se multiplient au Luxembourg, comme ailleurs.

Le choix de ces sujets interdits ne s'est néanmoins pas fait au hasard. Dans un billet de blog, Facebook précise avoir travaillé avec des experts de la santé, dont l’OMS, pour identifier de nouvelles affirmations qui seront considérées comme mensongères.    

Malgré ces annonces, Facebook ne précise pas de quelle façon seront effectués les contrôles. Ni d'ailleurs les moyens mis en place pour lutter contre les fausses informations. Entre mars et octobre 2020, le réseau social dit toutefois avoir affiché des avertissements sur 167 millions de messages mensongers ou trompeurs et liés à la pandémie. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le commissaire européen a exprimé sa «perplexité» après la décision des plateformes de bannir Donald Trump des réseaux sociaux «sans contrôle légitime et démocratique», soulignant qu'elle justifiait les projets européens de régulation des géants du numérique.
SAN ANSELMO, CALIFORNIA - JANUARY 08: The suspended Twitter account of U.S. President Donald Trump appears on an iPhone screen on January 08, 2021 in San Anselmo, California. Citing the risk of further incitement of violence following an attempted insurrection on Wednesday, Twitter permanently suspended President Donald Trump�s account. (Photo Illustration by Justin Sullivan/Getty Images)
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Alors que la tension monte aux Etats-Unis, les géants des réseaux sociaux ont signalé mardi soir un message de Donald Trump comme potentiellement trompeur. Le président américain prétendait avoir gagné avant la fin du décompte, un scénario maintes fois envisagé par les réseaux et néanmoins inquiétant.
ARCHIV - 13.08.2020, Indonesien, Makassar: Abzeichen für die Präsidentschaftswahl mit den Aufschriften «Vote» und «2020» sind auf einem Smartphone-Bildschirm vor einer US-Amerikanischen Flagge zu sehen. (zu dpa Themenpaket zur US-Wahl) Foto: Herwin Bahar/ZUMA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les sites d'information créés par des organisations politiques ne jouiront plus des mêmes privilèges que les médias indépendants. Telle est l'annonce, mardi, du réseau social américain, en pleine croisade pour une plateforme irréprochable à trois mois des élections américaines.
ARCHIV - 03.01.2018, Großbritannien, ---: ILLUSTRATION - Ein Blick auf ein Smartphone mit den verschiedenen Social Media Apps, wie Facebook, Instagram, YouTube und WhatsApp.     (zu dpa "Studie: Smartphones sind für Milliarden Menschen unerschwinglich") Foto: Yui Mok/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Pourquoi consultons-nous Facebook ? Pour lire les news, jouer, regarder les retours sur ses posts, se faire de nouveaux amis ? Si oui, vous êtes probablement dépendant au réseau social, selon une nouvelle étude américaine.