Changer d'édition

Dossier

Face aux députés: toutes nos interviews

Avant les élections législatives d’octobre, nous avons rencontré les 60 députés du pays et leur avons posé des questions sur leur rapport à la langue française et la francophonie en général.
10.7.2018 Luxemboug, ville, CSV, Emile Eischer,   photo Anouk Antony

Emile Eicher: «Il y a une lourdeur administrative au Luxembourg»

10.7.2018 Luxemboug, ville, CSV, Emile Eischer,   photo Anouk Antony
De ses jeunes années au Lycée de Garçons du Limpertsberg, Emile Eicher a conservé le sentiment que l'apprentissage du français devrait se faire moins rigoureux et plus vivant. Député CSV depuis neuf ans, il dénonce aujourd'hui une lourdeur administrative qui, selon ses mots, pèserait sur le Grand-Duché, à tous niveaux.
A l'ADR, notre objectif est d'avoir au moins cinq députés à la Chambre des députés au terme des élections.

Gast Gibéryen: «Un frontalier sur sept est luxembourgeois»

A l'ADR, notre objectif est d'avoir au moins cinq députés à la Chambre des députés au terme des élections.
Gast Gibéryen, s'est prêté aux questions de wort.lu/fr pour la série "Face aux députés" qui prend doucement fin. Le député ADR revient sur son parcours, sa vision du Luxembourg et sur ses projets pour les prochaines semaines à la veille des élections législatives d'octobre prochain.
Claude Wiseler: «C'est presque charnel. J'adore parler le français. J'adore lire, écrire en français».

Claude Wiseler: «Il faut faire attention que cette croissance ne nous dépasse pas»

Claude Wiseler: «C'est presque charnel. J'adore parler le français. J'adore lire, écrire en français».
Deux de ses aïeux étaient bourgmestres libéraux à Walferdange. Mais dès ses années de lycée, Claude Wiseler a opté pour le parti chrétien-social. Tête de liste du CSV pour les élections législatives d'octobre, Claude Wiseler, 58 ans, souhaite que le Luxembourg «garde le rythme de croissance à un niveau où la capacité d'intégration, nécessaire pour notre cohésion sociale, soit toujours possible». Il reste «ouvert sur les trois coalitions possibles pour le CSV» et «ne veut pas de campagne de revanchisme».

Cécile Hemmen: "J'étais l'oiseau rare qui savait parler le français"

Elle a grandi à Remich dans une famille d'origine française et c'est tout naturellement dans cette langue que la petite Cécile a prononcé ses premiers mots. La députée socialiste nous a parlé de ses souvenirs de Paris et de l'Auvergne d'où viennent ses grands-parents paternels, elle s'est aussi confiée sur son premier mandat national qui arrive à sa fin.
Face aux députés, Interview Marc Spautz CSV, le 25 Juin 2018. Photo: Chris Karaba

Marc Spautz: «On a l'impression que le français n'intéresse plus beaucoup de jeunes»

Face aux députés, Interview Marc Spautz CSV, le 25 Juin 2018. Photo: Chris Karaba
Membre du CSV depuis 1981, président national du parti depuis 2014, Marc Spautz n'a qu'un objectif pour le mois d'octobre prochain: le retour du parti chrétien-social. Ancien secrétaire général du LCGB, il estime que la politique sociale manque de gens de terrain. Il nous livre son point de vue sur le plurilinguisme, le chômage des frontaliers, et sa vision des législatives à venir.

Mars Di Bartolomeo: "J'ai eu la musique du français très tôt dans ma tête"

Le président de la Chambre des députés a grandi au coeur du Bassin minier, dans le milieu ouvrier du quartier Italie à Dudelange. Sensible aux inégalités et avec un papa syndicaliste, le jeune Mars ne tarde pas à s'engager en politique.
Sam Tanson ist bei den Wahlen im Oktober grüne Spitzenkandidatin im Zentrum.

Sam Tanson: «Ce n'est pas parce que le référendum a échoué que la discussion est close»

Sam Tanson ist bei den Wahlen im Oktober grüne Spitzenkandidatin im Zentrum.
Avocate au barreau de Luxembourg, Sam Tanson est députée depuis quelques mois et ne chôme pas. Maman de deux enfants, elle partage son temps entre sa famille et le monde de la politique où elle s'illustre depuis 2005. Férue de littérature et amoureuse des langues, elle nous raconte son itinéraire.
11.6.WO fr / ITV Lex Delles , Bürgermeister Mondorf und Abgeordneter Foto:Guy Jallay

Lex Delles: «Nous vivons et nous avons la force de vivre avec nos voisins»

11.6.WO fr / ITV Lex Delles , Bürgermeister Mondorf und Abgeordneter Foto:Guy Jallay
Il est le plus jeune député-maire du pays. A 33 ans, Lex Delles, tête de liste du DP à l'Est s'épanouit pleinement dans ces deux rôles. L'ancien instituteur, qui aime retourner parfois à l'école pour "sentir l'odeur des crayons taillés" revient avec nous sur son parcours politique, son rapport à la francophonie et aux étrangers, mais aussi sur sa commune natale, Mondorf-les-Bains.
«Pourquoi un syndicaliste deviendrait-il député ? Pour avoir une influence sur la société, il est important de participer aux décisions politiques»

Aly Kaes: «Quand on devient syndicaliste, on le reste à vie»

«Pourquoi un syndicaliste deviendrait-il député ? Pour avoir une influence sur la société, il est important de participer aux décisions politiques»
En 1981, en ce jour symbolique du 1er mai, Aly Kaes entame son premier jour de travail en tant que permanent officiel du LCGB, où il demeurera trois décennies durant. Aujourd'hui député et bourgmestre de la commune de Tandel, il a conservé son âme de syndicaliste et prône l'importance de l'emploi et de la défense des droits des travailleurs.
4.6.2018 Luxembourg, siège LSAP, Simone Asselborn, la francophonie  photo Anouk Antony

Simone Asselborn-Bintz: "En politique, je continue ce que ma mère a commencé"

4.6.2018 Luxembourg, siège LSAP, Simone Asselborn, la francophonie  photo Anouk Antony
Pas facile pour la jeune Simone d'accepter l'absence d'une maman ultra-moderne pour son époque, à la fois politicienne, comédienne, chanteuse et speakerine sur RTL. Ainsi a-t-elle toujours fui l'engagement politique. Ce n'est qu'au moment du décès de sa mère qu'elle a ressenti le besoin de suivre ses pas.
16.5. Gare / Train of Hope / Konzert Pianist David Ianni Foto:Guy Jallay

Alexandre Krieps: «Le passeport ne fait pas l'intégration»

16.5. Gare / Train of Hope / Konzert Pianist David Ianni Foto:Guy Jallay
Médecin de profession, Alexandre Krieps effectue ses derniers mois en tant que député. A 72 ans, le libéral a décidé de laisser sa place aux plus jeunes et revient pour nous sur son rapport à la francophonie et sa longue expérience politique.
Bürgermeister / 30.05.2018

Laurent Zeimet: «Chaque nouveau résident ou frontalier représente une richesse»

Bürgermeister / 30.05.2018
La langue française «m'a posé pas mal de problèmes à l'école primaire», reconnaît le Secrétaire général du CSV et député-maire de Bettembourg qui a fait une bonne partie de ses études de droit à Paris. Dans un Luxembourg en pleine évolution démographique, Laurent Zeimet estime que «chaque nouveau résident ou chaque nouveau frontalier qui veut s'investir ici, représente une richesse». A un peu plus de quatre mois des élections législatives, celui qui œuvre au sein d'une coalition communale CSV-Les Verts-DP, «ne croit pas que les coalitions à trois soient recommandables au niveau national».
Serge Wilmes: «Créer des logements à prix abordable, c'est la première mesure à prendre si on veut améliorer la mobilité».

Serge Wilmes: «Une partie des 130.000 navetteurs doit pouvoir s'installer en Ville»

Serge Wilmes: «Créer des logements à prix abordable, c'est la première mesure à prendre si on veut améliorer la mobilité».
«Tous les Luxembourgeois pratiquement ont des liens familiaux et personnels avec la France», assure Serge Wilmes, 36 ans, député CSV et historien. Il a «baigné dans la culture française depuis tout petit» mais comprend bien pourquoi certains Luxembourgeois «n'aiment pas trop parler le français». En cause: «L'enseignement du français à l'école».
9.5. WO fr / ITV Henri Kox , Dei Greng Foto:Guy Jallay

Henri Kox: «Il y a trop de débats autour du luxembourgeois »

9.5. WO fr / ITV Henri Kox , Dei Greng Foto:Guy Jallay
Député déi gréng depuis 2004, Henri Kox est un fervent défenseur de la nature et a travaillé durant cette législature sur le projet de loi sur la Protection de la nature. Mais le député est aussi un enseignant qui a su tirer de son propre parcours des leçons sur la formation professionnelle, les adolescents et sur le multilinguisme.
Interview Tess Burton LSAP, le 03 Mai 2018. Photo: Chris Karaba

Tess Burton: «Chez nous, on parle le dialecte de Grevenmacher»

Interview Tess Burton LSAP, le 03 Mai 2018. Photo: Chris Karaba
Entre son rôle d'élue, son emploi de commerçante, ses activités à la présidence de l'union commerciale et artisanale de Grevenmacher et la gestion de l'entreprise familiale qui compte 14 employés dans le secteur de l'édition: à 32 ans, la plus jeune des députés du LSAP ne s'arrête jamais.

Claude Lamberty: «D'autres pays nous envient notre cohésion sociale»

Joueur de tennis depuis ses huit ans, Claude Lamberty a été élu en novembre dernier secrétaire général du parti DP avec 96% des voix. Celui qui a gravi tous les échelons au sein de ce parti depuis maintenant 20 ans revient pour nous sur son rapport à la francophonie et les défis à venir pour les prochaines années.

Paul-Henri Meyers: «La cohésion sociale ne se résout pas avec de grands mots. Ça doit se vivre»

«C'est grâce à un travail ardu que j'ai appris le français», confesse volontiers Paul-Henri Meyers qui a fait ses études de droit à la Sorbonne alors que le général de Gaulle gouvernait encore la France. Député depuis 1999, le doyen discret de la Chambre ne se présentera plus aux élections en octobre 2018. Avec le recul, ce chrétien-social convaincu se demande «si à la fin du compte, l'arrivée au pouvoir de l'actuelle coalition gouvernementale, n'a pas été un bienfait pour la démocratie et pour son parti».
11.5. WO Fr / ITV Nancy Kemp-Arendt Foto:Guy Jallay

Nancy Kemp-Arendt: «On doit faire les lois avec le cœur et le bon sens»

11.5. WO Fr / ITV Nancy Kemp-Arendt Foto:Guy Jallay
Nageuse et triathlète de haut niveau, primée Sportive Luxembourgeoise de l'Année à six reprises, Nancy Kemp-Arendt a l'effort sportif dans le sang. Le temps d'une interview, la députée CSV originaire de Esch-sur-Alzette nous parle de ses amies francophones, de l'importance du sport dans la société et de la place des mères en politique.
16.11.Differdange / ITV Roberto Traversini , Bügermeister Foto:Guy Jallay

Roberto Traversini: «La mixité vient aussi du statut social»

16.11.Differdange / ITV Roberto Traversini , Bügermeister Foto:Guy Jallay
Député déi gréng, bourgmestre de Differdange, la troisième ville du pays, et président de Pro-sud, Roberto Traversini est un homme de terrain et de convictions. Le développement du sud du pays, il y croit dur comme fer et nous explique comment le Luxembourg pourrait s'en inspirer pour son futur économique et social.

Claude Haagen: «Représenter aussi les étrangers est un enjeu majeur»

Le député-maire de Diekirch a fait ses études en Lorraine et en Alsace et a fortement apprécié le mode de vie "à la française". On a évoqué ces souvenirs avec lui et aussi parlé du futur du Luxembourg selon le LSAP.

Marc Baum: «On est en train de payer la facture»

Verve et engagement politique, voici les deux passions de Marc Baum pour qui "le passeport importe peu" puisqu'il se bat pour tous les salariés. Pour lui, il est grand temps de réfléchir à ce que veut vraiment le Luxembourg et à la participation démocratique de ses résidents étrangers ou non.
«En matière d'égalité des sexes, il y a encore beaucoup de préjugés et de mentalités à changer»

Sylvie Andrich-Duval: «On fait les lois pour les gens, pas pour le papier»

«En matière d'égalité des sexes, il y a encore beaucoup de préjugés et de mentalités à changer»
Psychologue, engagée dans de nombreuses associations sociales depuis sa jeunesse, Sylvie Andrich-Duval considère son engagement politique au CSV comme un moyen de plus de venir en aide aux autres. Au fond, elle et sa ville natale de Dudelange, à laquelle elle est très attachée, partagent un point commun: une très forte proximité avec la France, ou du moins la francophonie.
Interview Georges Engel, photo : Caroline Martin

Georges Engel: «Je parle plutôt belge que français»

Interview Georges Engel, photo : Caroline Martin
Infirmier et assistant d'hygiène sociale de formation, le terrain, Georges Engel connaît bien. D'ailleurs, c'est ce qu'il préfère en politique. Alors, pas étonnant que pour évoquer l'un des défis majeurs du Luxembourg, la cohésion sociale, il nous parle rugby!
ITV députés : Gérard Anzia, photo : Caroline Martin

Gérard Anzia: «Le défi de demain, c'est la croissance ciblée et l'intégration»

ITV députés : Gérard Anzia, photo : Caroline Martin
Ingénieur et ancien enseignant, Gérard Anzia est député Déi Gréng depuis 2014 et nous livre ici sa vision du Luxembourg et de la place donnée aux résidents étrangers. C'est sa difficulté à maîtriser le français enfant qui l'a conduit à découvrir la langue et à l'apprécier grandement aujourd'hui.
27.3.2018 Luxembourg, ville, DP Fraktioun, Max Hahn, francophonie  photo Anouk Antony$

Max Hahn: «L'intégration par la langue fonctionne très bien »

27.3.2018 Luxembourg, ville, DP Fraktioun, Max Hahn, francophonie  photo Anouk Antony$
Il est l'un des plus jeunes représentants de la Chambre des députés. C'est en profitant de l'entrée de Claude Meisch au sein du gouvernement en décembre 2013 qu'il se fraie une place au Parlement, tout en étant échevin dans sa commune, à Dippach. Passionné de montagne été comme hiver, pour "se vider la tête et recharger ses batteries", Max Hahn se confie sur son enfance, marquée par un meilleur ami français et sur la francophonie plus globalement au sein du Luxembourg.

Taina Bofferding: «Mon rapport au français a changé»

Elle s'engage en politique en 2004 en réaction à une pique du socialiste Yves Cruchten qui lui reproche son immobilisme: il n'en faut pas plus à la jeune femme pour rejoindre le LSAP et prouver qu'elle en a sous le pied.

Gilles Roth: «La cohésion sociale n'est pas en danger au Luxembourg»

Bourgmestre de Mamer depuis dix-huit ans et vice-président de la fraction CSV au Parlement, Gilles Roth est davantage tourné vers la Belgique que la France. Le député «ne voit aucun inconvénient à ce que le gouvernement luxembourgeois participe à des investissements réalisés en vue d'acheminer plus facilement des travailleurs frontaliers vers le Luxembourg. Parce que la qualité du travail fourni serait meilleure».

Marco Schank: «Je crois surtout à la participation du citoyen à la politique de tous les jours»

Il ne parle pas le français chez lui mais est intarissable sur Georges Moustaki (qu'il a rencontré), les paroles chantées de Nolwenn Leroy ou l'écriture populaire de Caril Férey. Homme au foyer assumé, auteur de romans policiers reconnu au Luxembourg, Marco Schank a été Secrétaire général du CSV, ministre sous Juncker et est redevenu bourgmestre de la commune fusionnée d'Esch-sur-Sûre. Il a promis à ses électeurs de rester à leurs côtés désormais.

Viviane Loschetter: «Maîtriser une langue devrait suffire pour la nationalité»

Députée depuis 2004, Vivianne Loschetter tire sa révérence et ne se représentera pas lors des prochaines élections. La chef de fraction des Verts nous explique pourquoi elle a défendu si fort des sujets comme la pondération des langues ou la loi sur la nationalité luxembourgeoise.
Interview Claudia Dall’Agnol, LSAP, Luxembourg, le 01 Mars 2018. Photo: Chris Karaba

Claudia Dall'Agnol: «Les gamins venaient de tous horizons, le luxembourgeois faisait le lien»

Interview Claudia Dall’Agnol, LSAP, Luxembourg, le 01 Mars 2018. Photo: Chris Karaba
La graine de son engagement politique a germé très tôt chez Claudia Dall'Agnol. Dès l'âge de 15 ans, la jeune Claudia milite aux côtés des socialistes et de l'OGBL: "Je voulais participer aux décisions, avoir mon mot à dire. Pour moi, on ne peut pas critiquer quelque chose si on ne fait rien pour que ça change".

Jean-Marie Halsdorf: «Quand on maîtrise la langue du pays, on est autrement intégré»

L'attrait de Jean-Marie Halsdorf pour la culture française a fini par accrocher une Légion d'honneur à sa veste. Francophile et francophone, l'ancien ministre de l'Intérieur qui se présente pour la 6e fois aux élections législatives en octobre, donne sa vision de la cohésion sociale au Grand-Duché et du futur de l'Europe.
28.2.2018 Luxembourg, CSV Fraktioun, Martine MERGEN, CSV  photo Anouk Antony

Martine Mergen: «Le français est une langue nécessaire au Luxembourg mais sa place évolue»

28.2.2018 Luxembourg, CSV Fraktioun, Martine MERGEN, CSV  photo Anouk Antony
Médecin de formation, Martine Mergen est députée CSV depuis 2004. Ancienne chef du service des urgences du Centre hospitalier de Luxembourg, elle a vu évoluer les pratiques linguistiques au sein des hôpitaux. A la Chambre, elle suit particulièrement les questions de bioéthique.

Joëlle Elvinger: «L'intégration passe par le luxembourgeois oui, mais aussi par le français»

Avocate de profession et jeune maman, Joëlle Elvinger s'est engagée après ses études au sein du parti démocratique, déjà très présent dans sa famille. L'ancienne maire de Walferdange revient pour nous sur son rôle de femme en politique, ses rapports avec la francophonie et surtout sur l'importance des langues pour l'intégration au Luxembourg.
ITV Roy Reding, ADR. Foto:Gerry Huberty

Roy Reding: «La mixité ne se décrète pas, elle doit se vivre»

ITV Roy Reding, ADR. Foto:Gerry Huberty
Roy Reding ne pratique pas la langue de bois. L'avocat est tête de liste de l'ADR et n'a pas particulièrement d'atomes crochus avec la langue française même s'il lui reconnaît une place de choix dans la société luxembourgeoise. Pour lui, "gouverner, c'est prévoir" et il nous explique comment l'actuelle législature a loupé le coche auprès des Luxembourgeois et des résidents étrangers.

Marc Angel: «J'ai appris le français avec la télé et la radio»

Ses souvenirs les plus lointains de la langue française remontent à l'enfance: il dit avoir "absorbé" le français tout comme l'allemand, sans avoir à apprendre. Traducteur de formation, le député socialiste Marc Angel nous parle des mots, qu'il affectionne, et de sa vision de la société luxembourgeoise d'aujourd'hui.
19.2.WO fr / ITV Simone Beissel , DP , Schöffe Luxemburg Foto:Guy Jallay

Simone Beissel : «Nous sommes arrivés à un point de non-retour avec les frontaliers»

19.2.WO fr / ITV Simone Beissel , DP , Schöffe Luxemburg Foto:Guy Jallay
Simone Beissel s'est engagée auprès du DP il y a maintenant 31 ans. Grande sportive, celle qui a participé aux JO de 1972 et qui fut deux fois championne nationale de voile, n'hésite pas à comparer sa carrière politique avec le sport. "C'est le même système, il faut aimer se battre et souffrir", explique-t-elle en riant. Rencontre.

Martine Hansen: «Il faut chercher maintenant des solutions pour demain»

Fille de la terre, originaire du Nord où elle vit toujours, Martine Hansen a démarré en politique à 48 ans en acceptant de devenir ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Présidente du CSV au Nord, elle parle du ras-le-bol des usagers de la N7 empruntée par de nombreux frontaliers belges et allemands, des efforts à faire pour améliorer l'apprentissage du français à l'école mais refuse de se projeter au-delà du 14 octobre 2018 pour l'instant.
24.1.2018 Luxembourg, devant chambre des députés, André BAULER, série députés et francophonie photo Anouk Antony

André Bauler: «La cohésion sociale est un sujet de poids, elle nous concerne tous»

24.1.2018 Luxembourg, devant chambre des députés, André BAULER, série députés et francophonie photo Anouk Antony
Amateur de photographie, d'arts et du patrimoine culturel, c'est André Bauler, député DP, qui se prête au jeu de notre interview cette semaine. Cet ancien professeur de sciences économiques et sociales, passionné d'histoire, nous parle de son rapport à la francophonie et de sa carrière de député entamée il y a presque dix ans.
Josée Lorsché - Dei greng - photo : Pierre Matgé

Josée Lorsché: «Le peuple français est un peuple éclairé»

Josée Lorsché - Dei greng - photo : Pierre Matgé
Josée Lorsché entretient un lien sentimental avec la francophonie. Grande amatrice de littérature et de culture françaises, la députée déi gréng écoute France Culture et relit encore aujourd'hui les écrits de Françoise Héritier et de Simone de Beauvoir. Rencontre avec une femme qui a forgé sa pensée politique auprès des féministes.
Avocats Mosar - De Wolf & Partners, Interview Laurent Mosar, photo : Caroline Martin

Laurent Mosar: «Je ferai tout pour que mon parti gagne les élections»

Avocats Mosar - De Wolf & Partners, Interview Laurent Mosar, photo : Caroline Martin
Fer de lance de l'opposition CSV, Laurent Mosar est élu depuis 24 ans à la Chambre des députés. Francophile, amoureux de Paris, il analyse l'évolution politique et sociétale du pays depuis plusieurs décennies.

Yves Cruchten: «Arrêtons le "français bashing", nous sommes un pays francophone»

Propulsé secrétaire général des Jeunes socialistes dès son premier congrès, Yves Cruchten est un fonceur qui préfère l'action aux longs discours et ne mâche pas ses mots quand il s'agit de défendre le multilinguisme qui lui a tant apporté dans sa vie professionnelle.
ITV Gusty Graas,DP. Foto:Gerry Huberty

Gusty Graas: «Chaque matin, les Luxembourgeois sont en minorité»

ITV Gusty Graas,DP. Foto:Gerry Huberty
Ancien journaliste et député DP, Gusty Graas est en politique depuis près de 38 ans. Il évoque avec nous son rapport à la langue française, ainsi que la place des résidents étrangers et des frontaliers au Luxembourg. Rencontre.
Interview Marc Lies, Hesperange, le 19 Fevrier 2018. Photo: Chris Karaba

Marc Lies: «Nous avons besoin de logements qui peuvent être achetés par les jeunes»

Interview Marc Lies, Hesperange, le 19 Fevrier 2018. Photo: Chris Karaba
Député-maire CSV de Hesperange, Marc Lies attache une importance particulière à trouver des solutions pour contrer la hausse des prix des logements. Il souligne également la bonne cohésion au sein de sa commune, où vivent une majorité d'étrangers.

Fränk Arndt: «J'ai toujours travaillé avec des frontaliers»

Au milieu des avocats, professeurs et médecins de la Chambre des députés, Fränk Arndt, serrurier de formation et ouvrier pendant 20 ans, fait figure d'exception. Une ascension sociale dont il est très fier.
22.1.WO fr / Hesperange /  ITV Diane Adehm , CSV / Frankophonie /  Foto:Guy Jallay

Diane Adehm: «L'intégration passe quelque part par le luxembourgeois»

22.1.WO fr / Hesperange /  ITV Diane Adehm , CSV / Frankophonie /  Foto:Guy Jallay
Elle dit avoir appris à parler le français à Namur. Mariée à un Français qui a acquis la double nationalité, la députée Diane Adehm, estime que «la langue luxembourgeoise, c'est vraiment le moyen d'intégration des étrangers». Alors qu'elle n'avait jamais eu l'intention d'entrer en politique, cette battante affiche un parcours sans faute qui pourrait jouer en sa faveur en octobre. Mais que veut Diane?
Itv Léon Gloden, CSV, le 15 Janvier 2018. Photo: Chris Karaba

Léon Gloden: «La cohésion économique et sociale passe d'abord par le niveau communal»

Itv Léon Gloden, CSV, le 15 Janvier 2018. Photo: Chris Karaba
Avocat à Luxembourg et bourgmestre de Grevenmacher, Léon Gloden, (CSV) est au contact des résidents étrangers et voit chaque jour «15 à 17.000 frontaliers traverser sa commune» de près de 5.000 habitants. Il nous parle de son projet de créer un Financial Center pour réduire les trajets des navetteurs, de la cohésion sociale à créer au niveau communal en premier lieu et de ses ambitions ministérielles... si son parti remporte les élections en octobre.
Itv Octavie Modert, le 12 Janvier 2017. Photo: Chris Karaba

Octavie Modert: «Je n’ai pas peur que le luxembourgeois disparaisse»

Itv Octavie Modert, le 12 Janvier 2017. Photo: Chris Karaba
Octavie Modert est députée CSV depuis 2013. Elle était auparavant secrétaire d'Etat puis ministre en charge notamment de la Culture. Ancienne étudiante à Strasbourg, elle voit avec bienveillance l'offre culturelle du Luxembourg s'ouvrir à de nouvelles aires linguistiques.
David Wagner - Photo - Pierre Matgé

David Wagner: «La culture populaire française m'a beaucoup influencé»

David Wagner - Photo - Pierre Matgé
Le député David Wagner s'est engagé très tôt en politique. Fils d'une mère française et d'un père luxembourgeois, l'ancien journaliste a connu enfant les quartiers nord de Marseille et a compris ce que la pauvreté pouvait signifier.
Alex Bodry - Photo : Pierre Matgé

Alex Bodry: «On tue toute possibilité d'aimer la langue française»

Alex Bodry - Photo : Pierre Matgé
Sa famille socialiste, son amour pour la France et l'Art nouveau, les premiers pas de la Grande Région politisée, les difficultés de toucher un électorat qui va des ouvriers aux intellectuels: le président du LSAP nous dit tout.
Interview Anne Brasseur, le 19 Janvier 2018. Photo: Chris Karaba

Anne Brasseur: «Les étrangers ne s'investissent pas assez pour s'intégrer»

Interview Anne Brasseur, le 19 Janvier 2018. Photo: Chris Karaba
Anne Brasseur, qui a quitté ses fonctions de député le 31 janvier dernier, est revenue avec nous sur son - long - parcours politique, ses liens avec la francophonie et sur "l'après" en dehors de la scène politique. Rencontre.

Michel Wolter: «Ce n'est pas une nécessité de revenir au gouvernement»

Le français, langue pivot dans le travail au Luxembourg mais aussi langue en perte de vitesse parmi les Luxembourgeois. Avant les élections législatives d’octobre prochain, nous avons décidé d’interroger les députés sur leur rapport à la langue de Molière, à travers une série d’interviews que nous publierons régulièrement jusqu’à l’été.
Virun 25 Joër ass den Eugène Berger de Mount Everest eropgeklommenFoto:Gerry Huberty

Eugène Berger: «Il faut avoir un mental de sportif pour faire de la politique»

Virun 25 Joër ass den Eugène Berger de Mount Everest eropgeklommenFoto:Gerry Huberty
Ancien sportif de haut niveau, instituteur et député DP depuis de longues années, Eugène Berger évoque son rapport à la langue française, ainsi que la place des résidents étrangers et des frontaliers au Luxembourg. Rencontre.
23.1.WO fr / ITV Marcel Oberweis ,Depute CSV / Foto:Guy Jallay

Marcel Oberweis: «Faire de la politique, c'est être toujours à la disposition des gens»

23.1.WO fr / ITV Marcel Oberweis ,Depute CSV / Foto:Guy Jallay
Il pense que la voiture électrique est «la» solution en ville. Il est convaincu que «les femmes sont la solution» en Afrique. Il adore lire en français et il ne veut surtout pas «coller» à son siège de député. Eternel boy-scout, c'est un chrétien-social de terrain. A 69 ans, Marcel Oberweis se retire du jeu politique et repart«bousculer le monde». Avec son sourire. Rencontre.

Fernand Kartheiser: «Avoir le courage d'arrêter cette croissance déraisonnable»

Le député Fernand Kartheiser évoque son rapport à la langue française, ainsi que la place des résidents étrangers et des frontaliers au Luxembourg.

Claude Adam: «Je suis en faveur d'une croissance qualitative»

Député déi gréng et conseiller communal de Mersch, Claude Adam évoque son rapport à la langue française, ainsi que la place des résidents étrangers et des frontaliers au Luxembourg.
Franz Fayot est titulaire d’un séminaire dans le Master de droit bancaire à l'université du Luxembourg

Franz Fayot: «J'ai baigné dans la culture française dès mon enfance»

Franz Fayot est titulaire d’un séminaire dans le Master de droit bancaire à l'université du Luxembourg
Le député Franz Fayot a attendu que son papa renonce à la politique pour se présenter aux élections. Avocat et père de trois enfants, il nous a reçus à son étude à Luxembourg, au cœur du quartier de la Gare où il a grandi.
Interview Gilles Baum, député DP - Photo : Pierre Matgé

Gilles Baum: «L'économie du pays ne tournerait pas sans les frontaliers»

Interview Gilles Baum, député DP - Photo : Pierre Matgé
Enseignant et député DP, Gilles Baum évoque son rapport à la langue française, ainsi que la place des résidents étrangers et des frontaliers au Luxembourg. Rencontre.
photo : Caroline Martin

Françoise Hetto: «Il faut revoir la didactique pour donner envie de parler le français»

photo : Caroline Martin
Députée et échevine CSV, Françoise Hetto évoque son rapport à la langue française, ainsi que la place des résidents étrangers et des frontaliers au Luxembourg.