Changer d'édition

Face au coronavirus, le bon sens comme leitmotiv
Luxembourg 5 min. 05.03.2020 Cet article est archivé

Face au coronavirus, le bon sens comme leitmotiv

22 personnes ont été placées en quarantaine depuis lundi, date de la mise sur pied de la hotline du ministère de la Santé.

Face au coronavirus, le bon sens comme leitmotiv

22 personnes ont été placées en quarantaine depuis lundi, date de la mise sur pied de la hotline du ministère de la Santé.
Photo: MINT
Luxembourg 5 min. 05.03.2020 Cet article est archivé

Face au coronavirus, le bon sens comme leitmotiv

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
Alors que le pays se retrouve dans une phase où il est avant tout question de limiter la propagation du Covid-19, le gouvernement planche sur les différents cas de figure qu'il faudra mettre en place en cas d'aggravation de la situation. Tour...

Cinq jours après l'annonce d'un premier cas positif de coronavirus au Luxembourg, les services du ministère de la Santé trouvent leur rythme de croisière. La cellule de crise «Pandémie», créée pour l'occasion, assure le suivi de la situation. Mise en service lundi après-midi, la hotline a connu un énorme succès dès son lancement.  

Plus de deux mois après avoir été signalée pour la première fois dans la région de Wuhan, trois pays sont considérés comme principaux foyers de l'épidémie, la Chine où plus de trois mille décès ont été recensés, l'Iran (92 morts) et l'Italie (107). 

Contrairement à ces pays, le Grand-Duché se trouve dans une phase où il est avant tout question de limiter la propagation du virus. Cette phase, appelée endiguement, oblige les responsables à adopter un traitement au cas par cas en se basant sur les recommandations de l'institut allemand Robert Koch. Par exemple, aucune mesure drastique n'est prise contrairement à ce qui s'est passé chez nos voisins français qui prévoient l'annulation de tous les rassemblements de plus de 5.000 personnes en milieu confiné. 


Wirtschaft, Aktivitätsplan 2019, Paulette Lenert,  Aktivitätsplan 2019,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
La hotline coronavirus prise d'assaut
La ministre de la Santé a fait le point sur la situation autour du covid-19, ce mardi, avec les membres de la Commission parlementaire de la Santé. Elle a notamment indiqué que quelques heures à peine après la mise en place de la hotline, 140 personnes avaient passé un appel.

Si le Luxembourg affiche un seul cas de contamination ce jeudi - un quadragénaire qui a séjourné dans le nord de l'Italie - 22 personnes sont actuellement placées en quarantaine à leur domicile.  La situation pourrait toutefois évoluer en cas d'aggravation de la situation en cas de vague épidémique, soit le stade suivant. Dans ce cas, cela pourrait aller d'un renforcement des mesures de protection de populations spécifiques (personnes âgées, handicapées,...), à la fermeture de crèches ou d'établissements scolaires comme cela s'est produit en Italie avec la fermeture des écoles et des universités pour deux semaines. 

Des organisateurs dans le doute

A l'heure actuelle, le Luxembourg n'a pas encore atteint le stade épidémique. Une circulaire a tout de même été envoyée aux responsables des établissements  mercredi et pour l'heure, les écoles luxembourgeoises restent ouvertes.La décision finale revenant au ministère de la Santé sauf pour les écoles privées. Dans ce contexte, le service du Centre hospitalier de Luxembourg est sur le qui-vive. Outre six chambres équipées d'un sas et d'un système de flux d'air particulier, le CHL est paré en cas d'épidémie nationale avec la mise en place d'un plan d'intervention d'urgence

Les organisateurs d'événements et de manifestations sportives, notamment les rassemblements susceptibles de rassembler des personnes issues des zones d'exposition, se retrouvent également dans l'incertitude. A l'heure actuelle, il n'y a pas d'interdiction ou de restriction à ce sujet. La sécurité des participants reste la priorité principale mais la Direction de la santé propose un outil d'évaluation du risque qui doit lui être adressé.


Les finales des Coupes masculine et féminine de basket restent au programme à la Coque le samedi 14 mars
Le sport luxembourgeois reste hermétique au coronavirus
Pour l'heure, aucune manifestation sportive prévue sur le sol grand-ducal n'est annulée ou reportée. Si une telle décision incombe aux organisateurs, ceux-ci se bornent actuellement à respecter les directives émises par le gouvernement.

Après l'annonce mercredi des organisateurs de renoncer à mettre sur pied le Relais pour la vie et l'annulation de l'Expo-Sciences Luxembourg, programmée les 28 et 29 mars au Forum Geesseknäppchen, les Mondiaux U18 de hockey sur glace, prévus du 29 mars au 4 avril à Kockelscheuer, ont été retirés du calendrier. Au niveau culturel, huit éditeurs luxembourgeois ont annulé leur voyage vers Paris à la suite de l'annulation du salon du Livre. Par contre pour la Foire de printemps, qui devait se dérouler du 12 au 15 mars, les organisateurs ont préféré la décaler en été. Elle se déroulera du 2 au 5 juillet.   

Solidarité économique

En attendant des décisions officielles, certaines initiatives privées voient le jour comme celles prises par le traiteur Kaempff-Kohler. Ce dernier a décidé «d'augmenter la fréquence de ses contrôles et de ses analyses de l'ensemble de ses départements». Un geste censé rassurer les clients et les collaborateurs de la société.  

Si l'activité commerciale du Luxembourg n'est pas encore trop affectée par les différentes mesures prises par les autorités, le contexte est bien différent dans d'autres régions du globe. Les mesures drastiques de confinement menacent  notamment la croissance mondiale. Sur le plan européen, le ministre de l'Economie estime que l'UE devrait adopter une approche commune face aux conséquences économiques. «Il est nécessaire de prendre des mesures communes, fortes et décisives pour protéger nos économies», conclut Pierre Gramegna (DP). 


Sur le même sujet

Apparu en décembre 2019 en Chine, le covid-19 s'est depuis propagé dans plus de 110 pays à travers le monde. Au Grand-Duché, sept cas ont officiellement été détectés et plusieurs dizaines de personnes ont été placées en quarantaine. Retour en chiffres sur un phénomène mondial.
Ce début de semaine est marqué par l'augmentation du nombre de personnes touchées par le coronavirus. Que ce soit en Belgique, en France ou en Allemagne, la tendance est à la hausse.
This picture taken on March 2, 2020 shows a display with a graphic updates on the progress of the coronavirus COVID-19 outbreak around the world, during a press conference held at the Emergency Response Coordination Centre in Brussels, on the EU response to COVID-19,  on March 2, 2020. - The European Union's disease control agency has increased its risk level for the novel coronavirus COVID-19 from moderate to high, EU Commission president Ursula von der Leyen said on March 2, 2020. (Photo by JOHN THYS / AFP)
Le gouvernement italien doit adopter ce mercredi de nouvelles mesures pour endiguer le coronavirus, recommandant de respecter une distance de sécurité entre les personnes, d'éviter poignées de mains et bises, et de jouer les matches de foot à huis clos, selon les médias.
Face à l'inquiétude autour de l'épidémie de coronavirus, la ministre de la Santé Paulette Lenert a précisé qu'il n'y avait pas de rupture de stock des masques de protection mais que l'usage était limité au personnel médical, aux malades et aux suspects.
An Iranian man is pictured wearing a protective mask in Vanak square in the Iranian capital Tehran on March 2, 2020, following the COVID-19 illness outbreak, which Iran says has claimed 66 lives out of 1,501 cases of infection in the Islamic republic since February. - The novel coronavirus has sparked intense debate in Iran between ultra-conservative Shiite clerics and the government on how to most effectively tackle the deadliest outbreak of the disease outside China. (Photo by ATTA KENARE / AFP)
C'est une des conséquences de la crise du coronavirus. L'Organisation de coopération et de développement économiques a ramené ce lundi sa prévision de croissance planétaire de 2,9% à 2,4%. Elle met en garde contre un scénario encore plus noir si l'épidémie devait s'aggraver.
Signalé pour la première fois par l'OMS le 31 décembre 2019, le virus 2019-nCoV s'est propagé à l'ensemble du globe en quelques semaines. La Chine, centre de l'épidémie, est particulièrement touchée.
10.03.2020, Großbritannien, Cardiff: Ein Laborant behandelt Proben im Specialist Virology Centre der Universitätsklinik von Wales, um einen diagnostischen Test auf das neuartige Coronavirus durchzuführen. Foto: Ben Birchall/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++