Changer d'édition

Evolution du comportement des conducteurs: Le smartphone au volant est très dangereux mais ils l'utilisent quand même!
Luxembourg 3 min. 19.11.2014 Cet article est archivé

Evolution du comportement des conducteurs: Le smartphone au volant est très dangereux mais ils l'utilisent quand même!

28% des sondés avouent envoyer des messages avec leur smartphone pendant qu'ils conduisent! Ils sont même un sur deux chez les moins de 35 ans.

Evolution du comportement des conducteurs: Le smartphone au volant est très dangereux mais ils l'utilisent quand même!

28% des sondés avouent envoyer des messages avec leur smartphone pendant qu'ils conduisent! Ils sont même un sur deux chez les moins de 35 ans.
Photo: Maurice Fick
Luxembourg 3 min. 19.11.2014 Cet article est archivé

Evolution du comportement des conducteurs: Le smartphone au volant est très dangereux mais ils l'utilisent quand même!

95% des conducteurs estiment que c'est «le» comportement le plus dangereux au volant. Pourtant  28% d'entre eux avouent utiliser leur smartphone en roulant. La nouvelle étude de la Sécurité Routière révèle que la grande majorité des conducteurs acceptent la répression et sont d'accord pour que radars fixes et mobiles soient mis en place!

95% des conducteurs estiment que c'est «le» comportement le plus dangereux au volant. Pourtant  28% d'entre eux avouent utiliser leur smartphone en roulant. La nouvelle étude de la Sécurité Routière révèle que la grande majorité des conducteurs acceptent la répression et sont d'accord pour que radars fixes et mobiles soient mis en place!

Une nouvelle enquête menée par TNS-Ilres auprès de 1.008 conducteurs mesure l'évolution de leurs comportements et leurs mentalités mais aussi leur degré d'acceptation de nouvelles mesures de prévention routière. Avec des surprises...

Force est de constater d'une part, qu'«il n'y a que très peu de variations de la perception du conducteur depuis 2007» -date du dernier sondage- et d'autre part, qu'«il y a une grande tolérance des conducteurs vis-à-vis de la répression et une forte adhésion pour les nouvelles mesures comme l'implantation de radars fixes ou la révision du catalogue de points du permis», résume Paul Hammelmann.

«Le législateur est en retard par rapport à la société!»

Et au président de la Sécurité Routière d'enfoncer le clou: «Les Luxembourgeois ne se sentent pas persécutés par ces mesures. Ils sont clairement d'accord pour les améliorer sur la route». En chiffres, cela donne 70% de sondés qui sont d'accord pour que des radars fixes soient installés le long des autoroutes, 77% qui adhèrent à la mise en place de radars mobiles et 87% qui sont d'accord pour que des points soient retirés du permis lorsqu'on téléphone au volant sans kit main libre!

Ce qui fait dire à Paul Hammelmann que, sur la question de l'utilisation du téléphone au volant, «le législateur est en retard par rapport à la société!» Et de lancer aux décideurs frileux: «Allez-y, le peuple vous soutient!»

Sur la question, le sondage met en exergue l'ambivalence caractéristique du citoyen-conducteur que Charles Margue, directeur de TNS-Ilres résume ainsi: «J'accepte les règles tout en sachant que j'ai du mal à les respecter, que ce n'est pas correct et que je suis fautif».

«La Police ne peut pas le prouver»

95% des conducteurs estiment que de consulter ses mails via son smartphone ou d'écrire des messages en conduisant est "le" comportement le plus dangereux au volant. Suivent le fait d'avoir bu 4 ou 5 verres et de prendre le volant et le fait de ne pas respecter les distances de sécurité.

Dans le même temps, 28% des sondés avouent envoyer des messages avec leur smartphone pendant qu'ils conduisent! «Chez les jeunes adultes de moins de 35 ans, un sur deux même avoue l'avoir déjà fait», pose Charles Margue.  

L'ennui, souligne Isabelle Medinger, c'est que «la Police ne peut pas prouver que le téléphone est en cause en cas d'accident. Alors même que l'on sait qu'il est à l'origine de nombreux accidents! Donc on n'en parle pas... et c'est un très mauvais signal», juge la directrice de la Sécurité Routière. Avant de glisser: «Il y a 30% d'accidents aux causes inconnues au Luxembourg...»

Le vrai changement que Paul Hammelmann lit avec une satisfaction non dissimulée entre les lignes du sondage, est qu'aujourd'hui «une conduite prudente et responsable est considérée comme une attitude valorisante. C'est un changement par rapport à il y a dix ans».

Maurice Fick