Changer d'édition

Eviter que les réserves des pensions ne fondent trop vite
Luxembourg 5 min. 18.10.2019

Eviter que les réserves des pensions ne fondent trop vite

Eviter que les réserves des pensions ne fondent trop vite

Photo: Shutterstock
Luxembourg 5 min. 18.10.2019

Eviter que les réserves des pensions ne fondent trop vite

Maurice FICK
Maurice FICK
Il s'insurge contre l'immobilisme des politiques face au trésor disponible pour les retraites et contre la pension maximale de 8.525 euros. Robert Urbé, ancien président de Caritas, propose des solutions pour financer plus longtemps des retraites décentes.

Xavier Bettel a annoncé lors du discours sur l'état de la Nation qu'il y a 19 milliards d'euros de réserve pour les pensions, soit 4,5 fois le niveau des cotisations actuelles. Qu'en pensez-vous ? 

«Ce n'est pas nouveau que l'on dise qu'on a tellement de réserves qu'il ne faut rien faire. Mais c'est totalement faux! Parce qu'on sait très bien que ces réserves vont fondre comme neige au soleil durant les années qui viennent. Selon les différents scénarios, les réserves seront à zéro entre 2030 et 2040, on peut déjà le prévoir. Même Etienne Schneider concède qu'arrivera un moment où les réserves seront à zéro. 


Le Premier ministre Xavier Bettel a livré sa vision pour le Luxembourg de demain, le 8 octobre devant la Chambre.
Le discours sur l'état de la Nation passé au crible
Encensée par la majorité et critiquée par l'opposition, la sixième déclaration de politique générale prononcée par Xavier Bettel le 8 octobre dernier a été publiée dans son intégralité en français. L'occasion d'analyser en détail les propos du Premier ministre.

La question est de savoir si on veut attendre ce moment-là ou si l'on ne devrait pas prolonger ce délai en réagissant déjà maintenant ? Avec plus de cotisations d'une part, et moins de dépenses d'autre part, on pourrait allonger la durée durant laquelle on pourrait utiliser ces réserves. Si on ne le fait pas, viendra plus vite le moment et il faudra même prendre des décisions plus douloureuses qu'on ne le fait maintenant.

Si on réagit à temps on peut réagir à un impact mineur. Si on réagit plus tard, l'impact sera beaucoup plus grand».

«En moyenne, les gens prennent leur pension à 100 % à l'âge de 59 ans au Luxembourg», indique Robert Urbé.
«En moyenne, les gens prennent leur pension à 100 % à l'âge de 59 ans au Luxembourg», indique Robert Urbé.
Photo: Maurice Fick

Que faudrait-il faire dès maintenant, selon vous ? 

«Pour commencer deux points ont été soulevés lors de la réforme des pensions en 2011-2012 et auxquels on n'a pas donné suite. L'un consistait à installer un pilier public d'assurance complémentaire. Ce qui n'aurait aucune influence sur le niveau des cotisations ou sur le niveau des pensions payées mais ça aurait une influence sur la possibilité de cadrer un peu plus les pensions qu'on va payer parce qu'il y aurait la possibilité d'une pension complémentaire. L'autre point, qui aurait directement des influences énormes, serait de trouver un mécanisme pour que des gens puissent aller partiellement en retraite tout en continuant, pour partie, à travailler». 


La grande majorité des retraités touchent des retraites à l'étranger. Leur retraite luxembourgeoise s'élève en moyenne à 1.244,59 euros par mois.
3.862 euros de retraite par mois au Luxembourg
Près de 98.000 personnes touchent une retraite du régime général de pension au Luxembourg. Mais seulement un tiers d'entre elles ont une carrière d'assurance pension complète.

Comment ça fonctionnerait ?

«Si à 60 ans, une personne pouvait continuer à travailler à 70% et avoir une pension à 30%. A 62 ans, elle pourrait décider de travailler à 50 % et toucher une pension à 50 %. Et à 63 ans, elle ne pourrait plus que travailler 25% de son temps et toucher 75% de sa retraite. Ce serait une win-win-win situation. 

D'abord pour le pensionné parce qu'il pourrait prendre sa retraite progressivement et non du jour au lendemain. Ensuite pour le patron qui pourrait embaucher un jeune à côté du «retraité progressif» pour apprendre. Enfin, ce serait une situation gagnante pour l'assurance qui continuerait à avoir des cotisations du pensionné tout en dépensant moins en pension, comme c'est le cas en ce moment. 

Le système de pension devrait garantir une pension pour mener une vie décente au Luxembourg.

Robert Urbé, coordinateur de l'Almanach social de Caritas

En moyenne, les gens prennent leur pension à 100 % à l'âge de 59 ans. Ce qui signifie que six années de cotisation -de 59 à 65 ans - ne rentrent pas dans les caisses. De cette manière, une partie au moins rentrerait dans les caisses. Je ne comprends toujours pas pourquoi on n'a pas creusé cette possibilité».

Cotisations d'une part et paiement des retraites, d'autre part. Comment faut-il faire bouger la balance ? 


Travailler plus longtemps inquiète salariés et patrons
L'allongement de la vie professionnelle est un «sujet de préoccupation», en termes de «santé», «d'usure professionnelle» ou «d'employabilité», selon une étude publiée ce jeudi.

«On doit jouer sur les deux côtés pour avoir plus de cotisations et moins de dépenses. Pour les rentrées on devrait, à mon avis, annuler la cotisation maximale de cinq fois le salaire social minimum qu'on a pour le moment. C'est le plafond y compris pour quelqu'un qui gagne dix fois le salaire social, et il y en a au Luxembourg! Dans un système de solidarité ceux qui ont plus, doivent aussi contribuer plus. Mais ici c'est le contraire, ceux qui ont plus, contribuent moins. Si tout un chacun paie 8% de cotisation dans son assurance pension, celui qui gagne dix fois le salaire social minimum ne cotise plus que 4%. Je ne trouve pas cela juste.

Si on avait un système, comme dans d'autres pays, où les retraites sont payées non pas par une caisse mais par le budget de l'Etat, elles seraient financées par les impôts et, par nature, ceux qui gagnent plus, paieraient plus d'impôts. 

« La pension maximale qui peut être touchée dans notre système public est de 8.525 euros. Aucun autre système public ne paie de telles pensions dans le monde! », assure Robert Urbé.
« La pension maximale qui peut être touchée dans notre système public est de 8.525 euros. Aucun autre système public ne paie de telles pensions dans le monde! », assure Robert Urbé.
Photo: Maurice Fick

Avec la digitalisation, le nombre d'heures prestées va diminuer et forcément les cotisations sociales aussi. L'idée serait de dire pourquoi seulement prélever les cotisations sociales sur le nombre de travailleurs et leurs revenus ? Il faudrait aussi prélever des cotisations sociales sur les investissements qui diminuent la force de travail. 

La deuxième possibilité pourrait être un basculement des cotisations patronales vers les impôts. A mon avis on pourrait baisser les cotisations sociales patronales à zéro et faire un prélèvement sur les bénéfices par un impôt. Ne paiera pas de cotisations sociales, non celui qui embauche beaucoup de travailleurs mais celui qui fait beaucoup de bénéfices. Tandis que pour le moment vous pouvez embaucher peu de travailleurs, payer peu de cotisations sociales, faire beaucoup de bénéfices et payer peu d'impôts dessus. 

La troisième possibilité serait que l'Etat, qui paie aussi 8% sur chaque cotisation sociale pour le moment, augmente sa cotisation de 2 ou 3 % en les imputant aux impôts». 

Comment faut-il s'y prendre ?

«On sait très bien que les décisions qu'on prend aujourd'hui, prendront effet peut-être dans 25, 30, 40 ans en fonction de la nature des solutions. Parce qu'on ne voudra pas léser ceux qui touchent déjà leur pension, ceux qui sont partis sur une certaine promesse.

Ce qu'on peut faire, en revanche, c'est de dire à ceux qui entrent dans le système de cotisation maintenant, écoutez, au bout de quarante ans de travail, on n'aura plus l'argent pour vous payer autant qu'on paie vos aïeuls aujourd'hui. Vous devez, si vous gagnez plus qu'un certain minimum, vous assurer sur un pilier complémentaire public que nous vous offrons. 

Le système de pension devrait garantir une pension pour mener une vie décente au Luxembourg mais pas garantir ce qu'il fait maintenant. La pension maximale qui peut être touchée dans notre système public est de 8.525 euros. Aucun autre système public ne paie de telles pensions dans le monde! C'est aux dépens de ceux qui en auraient besoin».


Sur le même sujet

La Bundesbank favorable à la retraite à 69 ans
Le souhait de la Banque centrale allemande de voir l'âge de départ à la retraite des salariés allemands repoussé n'a guère été apprécié dans le pays. Face au déclin du nombre d'actifs, les politiques se sont positionnés différemment.
Selon les projections: Les retraites assurées jusqu'en 2040 mais après?
Au Luxembourg, «les retraites sont garanties jusqu'en 2040» a assuré ce vendredi Romain Schneider, ministre de la Sécurité sociale en s'appuyant sur les nouveaux chiffres publiés par l'Inspection générale de la sécurité sociale. Mais dès 2023, les dépenses de la Caisse de retraite seront supérieures à ses recettes.
Romain Schneider, ministre de la Sécurité sociale: «Les retraites sont garanties jusqu'en 2040».