Changer d'édition

Etienne Schneider: «Il y a peu de chance que nous puissions résilier le contrat»
Luxembourg 2 min. 11.05.2015 Cet article est archivé
Après le crash d'un A400M en Espagne

Etienne Schneider: «Il y a peu de chance que nous puissions résilier le contrat»

Airbus doit livrer un A400M à l'Armée luxembourgeoise qui a commandé l'avion avec l'Armée belge.
Après le crash d'un A400M en Espagne

Etienne Schneider: «Il y a peu de chance que nous puissions résilier le contrat»

Airbus doit livrer un A400M à l'Armée luxembourgeoise qui a commandé l'avion avec l'Armée belge.
Photo: AP
Luxembourg 2 min. 11.05.2015 Cet article est archivé
Après le crash d'un A400M en Espagne

Etienne Schneider: «Il y a peu de chance que nous puissions résilier le contrat»

Au printemps 2019 Airbus doit livrer un avion militaire A400M au Luxembourg. Le même avion qui s'est écrasé samedi en Espagne. Ce crash n'aura pas de répercussion sur la date de livraison. Le ministre de la Défense «ne pense guère» que le contrat puisse être rompu mais les clauses sont en train d'être décortiquées.

(MF avec ml) - Au printemps 2019 Airbus doit livrer un avion militaire A400M au Luxembourg. Le même avion qui s'est écrasé samedi en Espagne. Ce crash n'aura pas de répercussion sur la date de livraison. Etienne Schnieder «ne pense guère» que le contrat puisse être rompu mais les clauses sont en train d'être décortiquées au ministère de la Défense pour savoir si cette opportunité existe.

Au moins quatre personnes sont mortes samedi près de Séville, dans le crash d'un Airbus A400M qui était destiné à la Turquie.

L'Armée luxembourgeoise doit en réceptionner un exemplaire au printemps 2019 et le ministre de la Défense espère que d'ici cette date, «tous les problèmes techniques seront résolus». D'autant que l'appareil de transport militaire européen a connu de nombreux déboires et pannes depuis le lancement de son programme en 2003.

«Pas d'autre choix»

Les critiques ne manquent pas au Luxembourg pour souligner que l'investissement de 168 millions d'euros était une erreur. Le ministre a lui-même un avis mitigé sur la question et rappelle que l'A400M avait été commandé par le gouvernement précédent. Dès le départ, ce «projet politique était vacillant», estime le ministre socialiste.

«Nous ne pouvons pas résilier ce contrat et n'avons, par conséquent, pas d'autre choix que de réceptionner l'avion militaire d'Airbus», estime Etienne Schneider. Au sein de son ministère, des fonctionnaires sont en train de voir si à l'aune des événements récents, il existe toutefois une possibilité de résilier le contrat avec le constructeur. Ce dont doute le ministre.

Il est d'avis que pour l'heure, il faut avant tout attendre de connaître les causes exactes de ce crash avant d'envisager faire un autre pas. Il part du principe que le Luxembourg sera informé sous peu par Airbus. Selon le magazine allemand Der Spiegel, plusieurs turbopropulseurs défaillants seraient en cause d'après un survivant du crash. 

Reste toujours à savoir où sera stationné le futur avion militaire luxembourgeois? «L'aéroport de Melsbroek, près de Bruxelles, serait le lieu le plus probable car c'est celui qui nécessiterait le moins d'investissements», explique Etienne Schneider. La décision, qui doit encore tomber cette année, est entre les mains des autorités belges.


Sur le même sujet

Le nouvel appareil commandé par l'armée luxembourgeoise a effectué son vol inaugural le lundi de Pâques. L'exemplaire MSN104, qui devrait être prêt à être livré dans le courant de l'année, a décollé à 16h08 de Séville, où se trouve la chaîne d'assemblage.
Le drapeau luxembourgeois figure déjà sur son empennage. Depuis ses hangars de Séville, Airbus fait savoir que le futur avion militaire de l'armée luxembourgeoise est en train d'être mis en peinture. Il sera livré dans six mois.
Une délégation belge et luxembourgeoise a visité mardi les installations d'Airbus à Séville, où le premier avion A400M belgo-luxembourgeois est en cours de création.
L'A400M coûte 168 millions d'euros
Dans quatre ans, l'A400M luxembourgeois devrait être livré. Dans le cas contraire, des pénalités de retard devraient être infligées à Airbus.
Sept pays européens ont acheté au total 174 exemplaires de l'A400M.