Changer d'édition

Etienne Schneider devra rendre des comptes à la Chambre
Luxembourg 4 min. 26.05.2020

Etienne Schneider devra rendre des comptes à la Chambre

N'étant plus fonctionnaire, ni homme politique, Etienne Schneider n'est pas obligé de répondre à une convocation d'une commission d'enquête parlementaire.

Etienne Schneider devra rendre des comptes à la Chambre

N'étant plus fonctionnaire, ni homme politique, Etienne Schneider n'est pas obligé de répondre à une convocation d'une commission d'enquête parlementaire.
Photo : Chris Karaba
Luxembourg 4 min. 26.05.2020

Etienne Schneider devra rendre des comptes à la Chambre

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'ancien ministre de la Défense a-t-il volontairement caché des informations concernant le coût réel du futur satellite Luxeosys? A l'heure où la facture de l'engin vient de doubler, plusieurs députés réclament l'ouverture d'une commission d'enquête.

170 millions d'euros au départ, 350 millions aujourd'hui. C'est peu dire que la facture du satellite Luxeosys a décollé plus que de raison. Et la présidente de la commission du suivi de l'exécution budgétaire, Diane Adehm (CSV) en est désormais persuadée : «Celui qui a lancé le projet savait que jamais il ne pourrait se contenter de l'enveloppe demandée». C'était en 2018, et l'homme en question n'était autre qu'Etienne Schneider (LSAP), alors aux commandes du ministère de la Défense.

Lundi, celui qui lui a succédé au poste, François Bausch (Déi Gréng) est venu à nouveau s'expliquer sur cette surprenante trajectoire financière. Comme il l'avait fait le 11 mai dernier, et en avançant toujours que lui n'a découvert ce dossier qu'au moment de son arrivée à la tête du ministère en décembre 2018. Un argument qui peine à convaincre cependant car, comme le rappelle  l'opposante Diane Adehm, «Bausch était tout de même membre du gouvernement avant cette date. Donc il a bien dû entendre parler de ce satellite et du montant qu'il devait coûter réellement... Sinon, cela signifie qu'entre membres du gouvernement et au sein de la coalition, il n'y a pas de transparence», souligne malicieusement la députée.


La facture du nouveau satellite militaire s'alourdit
Initialement budgétisée à 170 millions d'euros, la mise en orbite d'un deuxième engin à vocation civile et militaire coûtera deux fois plus cher, indique le ministre de la Défense. Une mauvaise estimation des coûts serait en cause.

Aujourd'hui, la commission demande à Etienne Schneider de venir s'expliquer sur ce dépassement. Celui qui a quitté ses fonctions ministérielles en février dernier, le fera-t-il? Rien ne l'y oblige. Celui dont le nom bruisse du côté d'ArcelorMittal ou de Sistema n'est plus fonctionnaire, ni politicien. A ce titre, il ne peut faire l'objet d'une convocation, au contraire de deux fonctionnaires encore en poste et ayant travaillé à la conception du dossier Luxeosys, appareil destiné à l'observation terrestre. 

Un caillou dans la chaussure

Pour le parti d'opposition CSV, l'aubaine est trop belle. Et Diane Adehm attaque déjà : «Nous allons demander la mise sur pied d'une commission d'enquête parlementaire. Celle-ci aura alors les pouvoirs d'un juge d'instruction et nous pourrions faire la clarté sur cette affaire». Une commission qui s'avère une arme à double tranchant politique. En effet, si la majorité (Déi Gréng, DP, LSAP) la refuse, le pays aura l'impression que le gouvernement cherche à couvrir le socialiste Schneider. Si cette même majorité "gambia" l'accepte, elle jettera en pâture un de ses anciens partenaires socialistes. 

Diane Adehm et son parti gardent bon espoir de faire la lumière sur ce qu'elle n'hésite plus à qualifier de «scandale sur l'usage des fonds publics (...) Les Verts n'ont pas d'intérêt à couvrir Etienne Schneider en cas de problème. Il vaut mieux que lui paye la note, plutôt que François Bausch à leurs yeux». Interrogé sur radio 100.7, l'actuel ministre Vert de la Défense n'a d'ailleurs pas hésité à suggérer l'organisation de cette commission d'enquête. Aïe, le gouvernement a bien désormais un caillou dans la chaussure. Il est gros comme un satellite et pèse 350 millions d'euros, ça peut le faire sérieusement boiter.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Le budget de Luxeosys dégraissé de 41 millions»
Avant son audition ce lundi en commission du Contrôle de l'exécution budgétaire, François Bausch (Déi Gréng), le ministre de la Défense révèle que la facture finale du projet de satellite militaire sera dépassée de 139 millions d'euros, au lieu des 180 millions précédemment annoncés.
Politik, Interview François Bausch Observationssatellit, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Étienne Schneider se défend et brouille les pistes
Lundi, l'ancien ministre de la Défense est venu s'expliquer devant la commission de Contrôle budgétaire face à l'accusation d'avoir menti à l'Assemblée sur le coût du satellite d'observation militaire Luxeosys. A l'arrivée, son audition sème plus de doutes qu'elle n'apporte de réponses.
Politik, Etienne Schneider, Budgetkontrollkommission zu Observationssatellit Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Etienne Schneider vise un poste chez Sistema
L'ancien ministre luxembourgeois de l'Economie Etienne Schneider est en lice pour un siège au conseil d'administration de Sistema, une société holding détenue par l'oligarque russe Vladimir Yevtushenkov.
Politik, Etienne Schneider, Vizepremierinister,Minister für Wirtschaft und Gesundheit. Pressekonferenz zum Abschied in der Regierung. Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Un satellite militaire et de nombreux problèmes
Déjà sous les projecteurs en raison du doublement de son budget, le projet LUXEOSys se retrouve dans l'oeil du cyclone après la publication, lundi par la radio 100.7, d'un audit. Ce dernier, qui relève bien des dysfonctionnements, assure que «dès le départ, le projet était sous-développé».
déi Lénk bataille contre deux contrats militaires
Le parti de gauche a un satellite et un avion ravitailleur dans le collimateur. Estimant que les sommes dépensées par le pays pour ces équipements seraient bien plus utiles dans la période actuelle dans le soutien à l'économie et aux ménages du pays.
La Nasa et l'Allemagne dans l'orbite du Grand-Duché
Les agences spatiales américaine et allemande viennent de signer un accord de coopération avec leur homologue luxembourgeois. L'échange d'informations entre les deux structures pourrait bénéficier au projet de retour de l'homme sur la lune.
A Washington, l'Agence spatiale luxembourgeoise vient de signer deux accords de coopération majeurs.