Changer d'édition

Etats-Unis et Luxembourg franchissent une «étape historique»
Luxembourg 1 4 min. 10.05.2019 Cet article est archivé

Etats-Unis et Luxembourg franchissent une «étape historique»

Etats-Unis et Luxembourg franchissent une «étape historique»

Photo: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Luxembourg 1 4 min. 10.05.2019 Cet article est archivé

Etats-Unis et Luxembourg franchissent une «étape historique»

Le secrétaire au commerce américain, Wilbur Ross, a signé ce vendredi un accord pour coopérer à plusieurs niveaux dans le secteur spatial et l'exploitation de ses ressources, dont le Luxembourg a fait un cheval de bataille.

(MF et MA) – Alors que la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine a escaladé d'un nouveau cran avec la hausse de 10 à 25% des droits de douane sur les produits chinois, le secrétaire au Commerce des États-Unis, Wilbur Ross, se trouve au Luxembourg ce vendredi. Une visite de la plus haute importance car elle apporte au Grand-Duché - qui veut faire du «space mining» un nouveau pilier, de son économie - un maillon fort sur le plan de la crédibilité de son projet. 


Artemis 7 sera en partie designé au Luxembourg
Un peu de Luxembourg avec la NASA sur la Lune
Des travaux menés au Luxembourg pourraient servir à la mission sur la Lune que la NASA a annoncée jeudi. iSpace est l'une des quatre sociétés du projet "Draper" retenues par l'agence américaine.

En signant ce vendredi cet «important accord» de coopération dans le secteur spatial, le Grand-Duché s'associe avec le numéro un mondial dans le domaine spatial . «Cette signature est une étape historique dans les relations entre nos deux pays. Cet accord veut apporter une nouvelle dimension, un engagement fort et veut explorer de nouvelles voies de coopération», souligne Etienne Schneider en mettant dans la balance tout le poids de la présence du secrétaire américain au Grand-Duché.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Après la longue poignée de mains médiatique, Etienne Schneider a expliqué que le protocole d'accord signé «offre une plate-forme permettant de faire progresser la coopération et les projets spatiaux et de renforcer notre expertise en matière d’exploration et de commerce spatiaux civils». Autrement dit, élargir les options quant à l'exploitation des ressources spatiales, qu'il s'agisse des astéroïdes ou tout autre astre céleste. Mais pas seulement.

«L'économie spatiale peut générer des milliards de dollars»

Via cet accord, les deux pays s'engagent à échanger leurs expertises et informations dans des domaines comme «l'exploration des ressources spatiales, les sciences, la recherche et le développement, l'observation de la Terre, la sécurité commune, et la communication», résume Wilbur Ross. Avant de citer des exemples plus pratiques comme «des applications telles que le GPS, l'imagerie de la Terre, les télécommunications ou le tourisme spatial. »

Photo: Gerry Huberty/Luxemburger Wort



ESA's Soil Moisture and Ocean Salinity (SMOS) satellite which will make global observations of soil moisture over Earth’s landmasses and salinity over the oceans
Les ressources spatiales: un filon prometteur pour le Luxembourg
La dernière étude de la Luxembourg Space Agency montre que l'industrie de l'utilisation des ressources spatiales devrait générer des milliards d'euros jusqu'à 2045.

Une signature vue comme «une nouvelle étape importante dans le renforcement de la coopération internationale à travers notre initiative SpaceResources.lu», selon Etienne Schneider (LSAP), ministre de l'Économie, qui ne manque pas de rappeler que le Luxembourg est «le premier pays européen à offrir un cadre juridique reconnaissant que les ressources spatiales peuvent être utilisées». Au niveau mondial, le premier pays n'était autre que les États-Unis.

L'alliance entre les deux États, qui vise à créer de nouvelles opportunités commerciales et d'investissement, doit renforcer leur position respective puisque «l'économie spatiale peut générer des milliards de dollars», selon les estimations avancées par Wilbur Ross. 

Déjà 24 sociétés actives au Luxembourg


Wirtchaft - Start of cooperation between LIST and ispace Europe. Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
iSpace veut être la première sur la Lune
La japonaise iSpace, qui a son quartier général européen au Luxembourg, veut être la première société privée à atterrir sur la Lune. Et y détecter de l'eau avec le spectromètre de masse du List.

Selon les indications livrées vendredi par le ministre de l'Économie, l'initiative Spaceresources.lu regroupe à ce jour 24 sociétés, venues des États-Unis, mais aussi du Japon ou du Royaume-Uni. Elles employaient, selon des chiffres évoqués fin 2018 un peu plus de 70 personnes. À en croire Étienne Schneider, le nombre d'emplois du secteur devrait connaître une forte croissance pour atteindre «500 d’ici 2020».

Actuellement, «le secteur spatial représente 2% du PIB national, c'est le plus élevé dans l'Union européenne», glisse Etienne Schneider avec un grand sourire. Interrogé sur la possibilité de voir ce taux croître à l'avenir, le ministre n'a pas souhaité répondre.


A l'issue de la signature, Wilbur Ross, Etienne Schneider, et Pierre Gramegna, ministre des Finances, ont assisté au château de Bourglinster à un déjeuner de hauts dirigeants de plusieurs entreprises industrielles et du secteur financier d'origine américaine et établies au Luxembourg.

Lors de son passage au Luxembourg, Wilbur Ross doit aussi rencontrer le Premier ministre Xavier Bettel et le ministre des Affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn.