Changer d'édition

Etat des lieux de la Chambre à mi-mandat
Luxembourg 2 min. 16.08.2021
Vie politique

Etat des lieux de la Chambre à mi-mandat

La députée Myriam Cecchetti (Déi Lénk) fait partie des dernières nouvelles figures arrivées en fonction. C'était en mai 2021.
Vie politique

Etat des lieux de la Chambre à mi-mandat

La députée Myriam Cecchetti (Déi Lénk) fait partie des dernières nouvelles figures arrivées en fonction. C'était en mai 2021.
Photo : Anouk Antony
Luxembourg 2 min. 16.08.2021
Vie politique

Etat des lieux de la Chambre à mi-mandat

Le Parlement, depuis l'élection de 2018, a déjà considérablement changé de visage. Onze changements ont été enregistrés sur les 60 sièges distribués. Voici le portrait de l'institution qui travaille et vote les projets de loi.

(pj avec Marc SCHLAMMES) Les députés ont bien mérité leurs congés d'été. Jamais ils n'auront été autant sollicités, aussi souvent, aussi longtemps quitte à négliger d'autres périodes de vacances depuis que la crise covid a débuté. Mais la Chambre s'apprête non seulement à renouveler (pour la 22e fois) la loi covid, mais surtout a entamé la dernière moitié de son mandat. Ainsi, chacun des parlementaires devra remettre sa fonction entre les mains des électeurs en 2023.


Politik, Referendumskampagne, Conférence des Présidents, President Fernand Etgen, Chambre des DéputésFoto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
La Chambre aussi attend un «retour à la normale»
A deux semaines de la pause estivale, les députés doivent encore statuer sur le Pacte Logement, la pénurie de matières premières ou encore la nouvelle version de la loi covid. Fernand Etgen revient sur certains de ces dossiers et sur les mutations en cours à la Chambre.

Mais déjà, que de changements à la Chambre. Et il n'est pas seulement ici question de lieu. En effet, si les débats et les votes ont pris de nouvelles habitudes géographiques (téléconférence pour beaucoup de réunions, et séances publiques au Cercle Cité), les principales modifications concernent les députés en place eux-mêmes. 

Par exemple, Déi Lénk a déjà renouvelé 100% de ses représentants à la Chambre. Une rotation de ses deux élus que la formation avait annoncée dès le départ.  Mais elle a aussi dû faire avec les décès de certains, les départs d'autres...

Alors, avant la reprise des débats et des joutes politiques, voici quelques informations pour éclairer la rentrée parlementaire. Celle-ci devant avoir lieu tout début septembre, au moins du côté des diverses commissions. 

Un coup d'œil aux biographies de la plupart des 60 parlementaires révèle d'abord que tous possèdent de l’expérience. Sur la scène nationale autant que locale. Ainsi, au sein des 60 députés luxembourgeois, 39 exercent un mandat communal. Les uns comme bourgmestre, les autres comme échevin, certains encore comme "simple'' conseiller. Sur les bancs, 14 députés ont également exercé des responsabilités gouvernementales au cours de leur carrière. Ministre ou secrétaire d'Etat, ils ou elles connaissent donc les règles de l'exécutif de par leur propre expérience. 


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

En tant que rapporteur sur les lois covid, Mars Di Bartolomeo (LSAP) a été un des acteurs politiques de cette longue séquence de crise. En tant qu'ancien ministre de la Santé, voilà son auto-diagnostic sur les actions qu'il a pu mener.
Les nom, prénoms et lieu de résidence de plusieurs dizaines de milliers de personnes ayant soutenu une pétition sur le site de la Chambre des députés ont été rendus visibles pendant plusieurs semaines, indique jeudi l'institution. Un signalement à la CNPD a été effectué.
La procureure générale Martine Solovieff et Jean-Claude Wiwinius, président de la Cour suprême, sont las de devoir expliquer le rôle de leur institution dans la gestion du fichier de la police. De quoi agacer les députés CSV qui posent régulièrement des questions parlementaires sur ce dossier mais aussi fâcher la Chambre qui ne compte pas se voir dicter son rôle.
La Justice et le Parlement s'accusent mutuellement de ne pas tenir compte de la séparation des pouvoirs dans le débat sur le fichier de la Police.