Changer d'édition

Et pourquoi pas une vignette payante pour circuler à Luxembourg?
Alessandro Rizzo: "L'idée c'est de faire payer les gens qui ne vivent pas à Luxembourg-ville. Pour rentrer à Milan par exemple, je paie une taxe de 4 euros par jour".

Et pourquoi pas une vignette payante pour circuler à Luxembourg?

Photo: Charles Caratini
Alessandro Rizzo: "L'idée c'est de faire payer les gens qui ne vivent pas à Luxembourg-ville. Pour rentrer à Milan par exemple, je paie une taxe de 4 euros par jour".
Luxembourg 3 min. 22.07.2014

Et pourquoi pas une vignette payante pour circuler à Luxembourg?

Maurice FICK
Maurice FICK
La problématique du transport au Luxembourg n'est pas une fatalité aux yeux d'Alessandro Rizzo. Citoyen luxembourgeois et entrepreneur, il propose une solution: créer une vignette payante pour les non-résidents pour circuler à Luxembourg. Sa pétition est en ligne.

"Aujourd'hui le transport est une problématique énorme au Luxembourg et on n'imagine pas le stress que ça crée!", lance Alessandro Rizzo, 31 ans. Lui-même est courtier en assurances (il travaille au Kirchberg et à Wasserbillig) et connaît bien le problème puisqu'il fait autour de 40.000 km par an.

L'étincelle s'est précisément produite au volant: "Un soir, j'ai mis une heure un quart pour aller de Luxembourg-Gasperich à Dudelange", soit pour parcourir 16 km! Du coup, "j'ai raté le rendez-vous et tout ce qui va avec... et c'est arrivé plusieurs fois", témoigne Alessandro. A la radio, il était question du tram.

Il n'a rien contre le tram, trouve même au contraire que "c'est quelque chose de génial" mais ce n'est pas "la" solution au problème des bouchons récurrents et du manque d'attractivité des transports en commun pour passer plus vite les frontières.

Pour l'entrepreneur et le citoyen luxembourgeois (Alessandro a obtenu la double nationalité en 2013) "les autorités publiques n'ont pas réussi à régler à long terme le problème et même un tram ne règlera pas le problème rapidement" non plus.

Au risque de déplaire mais dans le but de lancer le débat, il propose une solution qui a pris la forme d'une pétition publique (n°402) pour créer une vignette payante pour les non-résidents pour des horaires spécifiques afin de circuler à Luxembourg. La pétition est en ligne sur le site internet de la Chambre de députés depuis vendredi 17 juillet 2014 et a déjà été signée 400 fois ce mardi soir.

Rappelons que si cette pétition publique recueille 4.500 signatures, un débat public aura lieu sur l'opportunité de créer une vignette payante à la Commission des pétitions en présence du ministre du Développement durable. Elle sera en ligne jusqu'au 29 août. Une pétition peut lancer des pistes de réflexions pour amener le gouvernement à légiférer mais elle ne peut chambouler l'ordre établi.

La vignette "doit avoir un tarif élevé afin de forcer les frontaliers ou les non-résidents de la commune de Luxembourg à utiliser les transports en commun", indique Alessandro. Concrètement, il pense à "une taxe de 4 euros par jour pour avoir le droit d'entrer à Luxembourg". C'est d'ailleurs ce qu'il paie quand il se rend dans le centre-ville de Milan en voiture. Pour circuler au centre de Londres entre 7 heures et 18 heures, c'est beaucoup plus: 14,56 euros.

Il pourrait s'imaginer que la vignette serait obligatoire à Luxembourg du lundi au vendredi entre 7 heures et 9 h 30, puis entre 16 h 30 à 18 h 30. Mais "le bus serait gratuit".

Son idée est de "faire avancer les choses" et de "créer un système qui retire la moitié des voitures des routes" luxembourgeoises. Grâce aux recettes de la vignette, il sera possible d'"améliorer le confort des usagers et rendre plus rapides les trajets" in fine, pense Alessandro. Comment? En finançant des infrastructures de parking aux frontières, en achetant plus de trains, plus de bus, en créant des voies de bus sur les autoroutes, etc.

Alessandro Rizzo est d'avis que "le Luxembourg doit prendre ses responsabilités" et agir afin de "créer un cadre de transport idéal".

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Mobilité: «Il faut trouver rapidement des alternatives à la voiture»
Une première enquête sur la mobilité dans la ville de Luxembourg a été dévoilée ce mardi par TNS Ilres. Sans surprise, c'est la voiture qui reste le moyen de transport le plus utilisé par les résidents. un vrai défi pour la Ville qui veut continuer à promouvoir la mobilité douce et les transports en commun.
La voiture reste le moyen privilégié par les Luxembourgeois pour se rendre à Luxembourg-Ville.