Changer d'édition

Et maintenant, la deuxième vague?
Luxembourg 6 min. 12.05.2020

Et maintenant, la deuxième vague?

Pour le professeur Balling, le risque d'un retour de l'épidémie ne dépend que de l'autodiscipline de la société.

Et maintenant, la deuxième vague?

Pour le professeur Balling, le risque d'un retour de l'épidémie ne dépend que de l'autodiscipline de la société.
Photo : Lex Kleren
Luxembourg 6 min. 12.05.2020

Et maintenant, la deuxième vague?

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Il ne fait guère de doute, pour Rudi Balling (directeur du Luxembourg center for systems Biomedecine) que le covid-19 peut à nouveau frapper, et même fort. Le spécialiste rappelle qu'une partie de la réponse ne tient qu'au respect des consignes sanitaires. Donc à nous.

Pas de triomphalisme à avoir. Oui, l'épidémie recule au Grand-Duché (seulement 2 nouveaux cas en 24 heures). Oui, son ralentissement semble concerner la majeure partie des Etats. Mais oui aussi, le virus circule toujours. Aussi, le Pr Rudi Balling du Luxembourg center for systems Biomedecine pronostique-t-il une possible recrudescence de cas, maintenant que le déconfinement s'est élargi. 

Le Luxembourg risque-t-il de connaître une seconde vague d'infection au coronavirus?

Rudi Balling : «Trop tôt pour le dire. L'impact de la reprise (par exemple des chantiers de construction, de certaines activités scolaires ou des commerces désormais), se fera ressentir dans un délai de deux à trois semaines. Dans l'ensemble, je pense que le risque d'une deuxième vague existe bel et bien. Mais cela dépendra beaucoup du degré de responsabilité des personnes en termes de distanciation sociale, de port du masque, du respect des mesures d'hygiène, etc.

Nous savons que les contacts sociaux, en particulier dans les pièces fermées, les transports publics et au sein des ménages sont les principaux facteurs de l'infection virale.

Cette deuxième vague peut-elle être aussi (voire plus) importante que la première qui, au pic des infections, a pu concerner près de 230 personnes en un jour?

«Le danger d'une deuxième vague plus sévère est malheureusement existant. En effet, contrairement au début de la pandémie, lorsque nous avions entre 1 et 50 infections dans le pays, nous avons maintenant un niveau beaucoup plus élevé de personnes infectées, probablement des milliers. 


A man jogs past a giant mask and eye display stuck to a tree in Melbourne on May 8, 2020, as Australia's government unveiled a three-stage plan to get the economy back to a new "COVID-safe" normal by the end of July. - The first stage of the plan will allow groups of up to 10 people to gather in cafes and restaurants, for weddings and to take part in outdoor sports. (Photo by William WEST / AFP)
2% de la population a été en contact avec le virus
C'est là un des premiers résultats de l'étude CON-VINCE lancée à l'échelle nationale. Sur les 1.800 personnes participant à ces mesures, seules 5 ont été détectées positives au covid-19. Soit «un faible taux d'infection», selon les scientifiques.

Ce niveau absolu détermine toutefois la vitesse et la sévérité avec lesquelles une pandémie virale exponentielle se développe.

La proximité du Grand-Duché avec des zones plus infectées (comme la Lorraine française ou la Wallonie belge) doit-elle entraîner des mesures barrières plus fermes à ce stade?

«Nous devrions vraiment traiter cette situation comme une seule région, et non de manière nationaliste. Les virus n'ont pas besoin de passeport ou de visa, et il est dans notre intérêt à tous de protéger l'ensemble des populations. Il serait important d'aligner les stratégies et les politiques. Je suis donc tout à fait opposé aux barrières mises en place par certains Etats, mais favorable à une stratégie commune fortement alignée sur la meilleure manière de faire face à l'atténuation de la pandémie.

Les pays asiatiques, touchés plus précocement que l'Europe, connaissent cette seconde vague. Qu'en déduire pour l'heure? 

«Nous ne savons pas encore à quel point ces reprises sont graves et comment elles vont se développer. La Corée du Sud a connu une deuxième vague, en partie déclenchée par le retour d'expatriés. Singapour a connu une deuxième vague, car le pays avait sous-estimé que les quartiers d'habitation des travailleurs migrants étaient un foyer et un facteur de propagation des infections.


A couple wearing face masks walk past a night club, now closed following a visit by a confirmed COVID-19 coronavirus coronavirus patient, in the popular nightlife district of Itaewon in Seoul on May 10, 2020. - South Korea's capital has ordered the closure of all clubs and bars after a burst of new cases sparked fears of a second coronavirus wave as President Moon Jae-in urged the public to remain vigilant. (Photo by Jung Yeon-je / AFP)
Le virus réapparaît à Séoul et Wuhan
Si une partie de l'Europe vit ses dernières heures de confinement, la peur d'un rebond de la pandémie de covid-19 qui a fait près de 280.000 morts prédomine. Des foyers ont fait leur réapparition dans certaines parties du monde notamment à Séoul et Wuhan.

Je m'attends à ce que dans certaines régions d'Europe, certains foyers d'infection se retrouvent à leur tour au premier plan. La course est lancée pour le développement d'un vaccin. Espérons donc que la communauté internationale sera en mesure d'en mettre un au point à temps.

D'ici là, chacun de nous a l'énorme responsabilité de contribuer à éviter la deuxième vague. Nous ne pouvons pas nous permettre d'organiser des "Corona-parties". Les mesures d'hygiène telles que le lavage fréquent des mains, le maintien de la distance, le port du masque, l'évitement des groupes dans des pièces fermées devront être la "nouvelle norme" pendant un certain temps.

De quelle épidémie, déjà connue par le passé, le covid-19 peut-il être rapproché?

«Le SRAS-1 et l'épidémie de MERS étaient similaires en ce qui concerne le virus; un coronavirus était là aussi l'agent pathogène sous-jacent. En ce qui concerne l'impact dramatique à l'échelle mondiale, le précédent le plus proche est bien sûr la pandémie de grippe A de 1918 (ndlr: cette "grippe espagnole a fait plus de 30 millions de morts en 1918, contre 282.000 morts pour le covid-19). 


Peste, choléra, covid... Le Luxembourg survit toujours
Des épidémies, le Grand-Duché en a vu d'autres par le passé. Et si la maladie change, certains réflexes restent ancrés au fil des siècles. Guy Thewes, historien, peut en témoigner.

Les humains ont du mal à tirer les leçons de l'histoire. C'est pourquoi très peu de gens aujourd'hui savent ce qui s'est passé à l'époque. Déjà alors, de nombreuses discussions avaient eu lieu sur la fermeture précoce ou tardive des équipements, des lieux publics, des écoles, des usines, la réouverture de ces mêmes sites, le port de masques, l'autorisation des grands rassemblements. La situation est remarquablement similaire.

Comme avec la grippe, pourrait-il y avoir une saisonnalité dans la réapparition de ce coronavirus?

«Nous ne le savons pas. Peut-être même que la saison estivale contribuera à réduire le nombre d'infections. Mais la question sera alors de savoir si nous assisterons à une seconde vague dite "d'hiver". Seul le temps le dira. Cependant, si le taux d'infection diminue en été en raison d'un effet saisonnier, nous devrions utiliser ce répit pour nous apprêter à faire face à une deuxième vague potentielle et ne pas tomber dans le piège qui consisterait à penser que tout est fini. Mais comme je l'ai dit, nous ne savons pas...»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Plus de 473.000 morts dans le monde
Si la vie reprend peu à peu son cours au Luxembourg, le covid-19 continue de faire des victimes. Alors que la situation aux Etats-Unis est jugée «préoccupante», en Europe, certains pays font le choix de reconfiner localement.
A cyclist past public service announcement posters, negating a conspiracy that 5G telecommunications technology causes the coronavirus, amid the COVID-19 pandemic in a suburb experiencing positive cases in Melbourne on June 24, 2020. (Photo by William WEST / AFP)
Le Luxembourg placé sous monitoring
La fondation Idea a présenté vendredi son nouveau tableau de bord économique et social. Un suivi mensuel détaillé et adapté à la crise actuelle, visant d'une part à comprendre les conséquences du covid-19 et d'autre part, à aider les décideurs dans leurs décisions.
Lokales, Politik, Wirtschaft, Illustration, Lockerung der Ausgangsbeschränkung, Einschränkung, Kontaktbeschränkung, Corona  Krise  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Quelles stabilité et croissance après la crise ?
Devant la Chambre, le ministre des Finances s'est montré prudent, mardi, sur la croissance économique de 7 % du PIB prévue pour 2021 par le Statec. L'opposition réclame «une feuille de route pour la reprise» et voit dans la crise des opportunités de vrais changements.
Coronavirus - Leere Plätze - Luxemburg - Lost City - Drone  - Plateau du Kirchberg -   Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Dix fois plus de personnes contaminées au Luxembourg ?
La capacité de dépistage va passer progressivement de 1.500 à 20.000 tests quotidiens. La stratégie est de tester des secteurs d'activité pour «isoler les cas positifs et leurs contacts» et ne pas dépasser un seuil supportable par le système de santé, explique Paul Wilmes.
Wiedereröffnung Baumarkt  Batiself - COVID-19 - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
«Pouvoir tester la population à grande échelle»
Impliqué dans la recherche d'un protocole de lutte contre la pandémie, l'institut luxembourgeois de la santé milite pour augmenter le nombre de personnes testées au covid-19. Explications avec le professeur Markus Ollert, responsable du service recherche.
Der Forscher unterstützt, dass die Immuntests und Therapien möglichst made in Luxembourg sind - und jeder einen Covid-19-Pass erhält.
«Un vaccin contre le coronavirus dans les six mois»
Alors que l’épidémie de pneumonie virale se répand à travers le monde, le spécialiste du département infection et immunologie du Luxembourg Institute of Health conserve un optimisme mesuré. Le professeur Claude P. Muller répond aux questions que tout le monde se pose.