Changer d'édition

Et 356.000 doses de vaccin plus tard...
Luxembourg 4 min. 02.06.2021

Et 356.000 doses de vaccin plus tard...

Johnson & Johnson n'a confirmé aucune livraison de vaccins pour les semaines à venir.

Et 356.000 doses de vaccin plus tard...

Johnson & Johnson n'a confirmé aucune livraison de vaccins pour les semaines à venir.
Photo : dpa
Luxembourg 4 min. 02.06.2021

Et 356.000 doses de vaccin plus tard...

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Xavier Bettel a encore insisté, mercredi, sur l'intérêt pour chacun et collectivement à ce que l'adhésion à la campagne vaccinale anti-covid reste massive. Jusqu'à présent 37% des résidents ont reçu au moins une dose.

Sept jours de stock, 56.000 doses en réserve. Voilà ce sur quoi le Luxembourg peut compter actuellement. De quoi tenir une semaine le rythme actuel des 8.000 injections anti-covid quotidiennes. Seulement, alors que l'été pointe et que l'épidémie reflue, nul doute que Xavier Bettel n'est pas le seul à vouloir que la campagne vaccinale s'accélère. Mais le hic ne vient pas tant de l'organisation en place, avec ses six centres en fonction, que de l'approvisionnement. Cinq mois après la première vaccination, le Premier ministre reconnaît qu'il pèse «toujours de grandes incertitudes» quant aux livraisons des flacons promis.


19.05.2021, Berlin: Im Impfzentrum der Deutschen Bahn wird eine Spritze für eine Impfung mit dem Impfstoff Moderna vorbereitet. Die Deutsche Bahn hat in Berlin mit der Impfung von Mitarbeitenden gegen das Corona-Virus begonnen. Im neuen DB-Impfzentrum am Hauptbahnhof können sich ab heute Lokführer, Zugbegleiter, Fahrdienstleiter und Mitarbeitende in anderen systemrelevanten Funktionen impfen lassen. Foto: Jörg Carstensen/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Des effets indésirables peu significatifs
A peine 0,7% des adultes vaccinés au Luxembourg ont signalé des troubles de santé après une injection anti-covid. Le plus souvent, il ne s'agissait que de problèmes bénins. Mais les autorités enquêtent également sur sept décès suspects.

Dernièrement, faute de doses, il a d'ailleurs fallu fermer les portes du centre de vaccination du Kirchberg. Et si les infirmières ont repris leur mission, le rush tant attendu des livraisons se fait encore attendre. «Pfizer nous a déjà annoncé une baisse par rapport à ce qui était prévu. Pour Johnson & Johnson, nous ne savons pas ce qui nous attend», a d'ailleurs confié le chef du gouvernement à l'heure d'annoncer la série d’allègements s'appliquant au pays passé le 12 juin. 

«Nous devrions recevoir bientôt 132.000 doses de Pfizer, 30.200 AstraZeneca et sans doute 36.000 Moderna (mais pas avant le 15 juillet).» Voilà l'espoir. «Mais nous avons déjà eu une moins-value de l'ordre de 59.000 doses sur les estimations...» Voilà une autre facette de la réalité dont l'impact a été immédiat : la semaine dernière a vu quasiment moitié moins de personnes recevoir une injection que lors de la semaine record, à la mi-mai.

Mais aussi chaotique que soit la fourniture des vaccins, leur administration porte bel et bien ses fruits. En témoignent ces dernières semaines la régression des infections, le ralentissement de la mortalité , la baisse des prises en charge de malades covid+ dans les hôpitaux. Alors, haut les cœurs. Après tout, 356.000 doses ont déjà pu être administrées, et 137.558 seniors ou soignants peuvent se vanter d'avoir un ''schéma vaccinal complet''.

Par ailleurs, 145 personnes ont aussi pu bénéficier d'une dose résiduelle. Sans compter que sur les 34.000 résidents volontaires pour un vaccin AstraZeneca, il n'en reste plus que 4.500 à convoquer. On avance, on avance... 


Le suivi des anticorps en mode drive-in
Combien d'immunisés face au covid parmi la population? Pour avoir la réponse, plus besoin de s'appuyer sur une prise de sang en laboratoire, quelques gouttes sur un buvard suffisent. Et, depuis début mai, tout cela se passe via les stations du Large Scale Testing.

A ce stade, les autorités estiment à 37% la part de résidents ayant reçu au moins une dose anti-covid. Il en faudrait plus pour arriver au plus tôt à une immunité collective. Y compris dans les générations actives (âge moyen des vaccinés : 58 ans). 

C'est la clef pour assurer rapidement une immunité collective satisfaisante. C'est aussi un facteur déterminant pour faciliter la mise en place du dispositif covid check, sésame à bien des libertés retrouvées. Reste que si Xavier Bettel, mercredi, disait et redisait que «si nous voulons sortir de la crise, la vaccination est le chemin à suivre», l'exécutif sait que le bout du tunnel ne sera pas si simple à atteindre. Le matin même, au micro de RTL, le vice-Premier ministre François Bausch reconnaissait ainsi que le gouvernement travaillait déjà sur «un plan pour l'automne».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Avec 91 nouveaux cas recensés et 25 patients dans les unités de soins, la situation sanitaire reste sous contrôle, selon les données du ministère de la Santé publiées vendredi. Quelque 777.000 personnes ont reçu deux doses de vaccin.
Ce choix ne devrait toutefois pas se concrétiser immédiatement par l'envoi d'invitations aux adolescents. Ces derniers devront certainement patienter jusqu'à la mi-juillet avant de recevoir leur première injection.
A partir du 13 juin, il suffira de disposer d'un QR code certifiant de sa vaccination, de sa guérison ou de sa non-contagion au covid pour bénéficier de plus de facilités au quotidien. Notamment au restaurant ou lors des rassemblements.
24.05.2021, Berlin: Thuy Nhi Nguyen (M), Kellnerin, bedient im Berliner Bezirk Prenzlauer Berg in einem Restaurant für asiatische Fusionsküche Gäste. Foto: Christoph Soeder/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Face à l'amélioration de la situation sanitaire, le Premier ministre Xavier Bettel (DP) confirme la fin du couvre-feu, la fermeture des bars et restaurants au-delà de 22h et la possibilité d'accueillir jusqu'à dix personnes dans la sphère privée notamment.
Politik, Pressekonferenz, Xavier Bettel und Paulette Lenert, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort