Changer d'édition

Erasmus: Les étudiants étrangers pourront payer leurs frais plus tard
Luxembourg 20.01.2017 Cet article est archivé

Erasmus: Les étudiants étrangers pourront payer leurs frais plus tard

Ce programme bénéficiera à des étudiants originaires de l'un des 32 pays participant au programme Erasmus+

Erasmus: Les étudiants étrangers pourront payer leurs frais plus tard

Ce programme bénéficiera à des étudiants originaires de l'un des 32 pays participant au programme Erasmus+
Shutterstock
Luxembourg 20.01.2017 Cet article est archivé

Erasmus: Les étudiants étrangers pourront payer leurs frais plus tard

Un projet pilote unique en Europe va permettre à certains étudiants étrangers voulant venir étudier au Luxembourg de reporter leurs frais de scolarité et de loyer pendant leur master.

(MM) - Un projet pilote unique en Europe va permettre à certains étudiants étrangers voulant venir étudier au Luxembourg de reporter leurs frais de scolarité et de loyer pendant leur master.

À terme, ce programme européen entre l'Université du Luxembourg et le Fonds européen d'investissement (FEI) pourrait concerner 300 étudiants. «L'attraction européenne est importante dans notre stratégie. L'objectif est d'attirer des jeunes talents ici» explique Rainer Klump, recteur de l'Université du Luxembourg.

32 pays concernés

Ce programme bénéficiera à des étudiants originaires de l'un des 32 pays participant au programme Erasmus+ (les 28 pays de l'UE ainsi que l'Islande, le Liechtenstein,  la Norvège, la Turquie et l'ancienne République Yougoslave de Macédoine) voulant préparer leur master à l'Université du Luxembourg. «Ces étudiants pourront reporter leurs frais de scolarité de deux ans, avec des conditions favorables comme un plan de remboursement sur cinq ans» précise Rainer Klump. L'Université proposera aussi aux étudiants des solutions de logements, et les frais du loyer pourront également être reportés.

Lors de la signature du programme européen: (de gauche à droite): Rainer Klump, recteur de l'Université du Luxembourg, Martine Reicherts, directrice générale de l’éducation, de la culture et des sports de la Commission européenne, Yves Elsen, président du Conseil de gouvernance de l'Université, Roger Havenith, PDG adjoint du FEI, et Yuriko Backes, chef de la représentation de la Commission européenne au Luxembourg
Lors de la signature du programme européen: (de gauche à droite): Rainer Klump, recteur de l'Université du Luxembourg, Martine Reicherts, directrice générale de l’éducation, de la culture et des sports de la Commission européenne, Yves Elsen, président du Conseil de gouvernance de l'Université, Roger Havenith, PDG adjoint du FEI, et Yuriko Backes, chef de la représentation de la Commission européenne au Luxembourg
Michel Brumat

C'est un programme qui s'inscrit dans les valeurs de l'Union Européenne

«C'est un investissement dans la jeunesse européenne et une opportunité de traverser les frontières» indique Roger Havenith, PDG adjoint du FEI. «C'est la première fois que le FEI collabore avec une université et ce n'est pas surprenant que ce soit avec celle du Luxembourg. Avec 115 nationalités et trois langues d'enseignement, elle est la plus internationale d'Europe» ajoute Roger Havenith.

Un plafond fixé à 18 000 euros par élève

Dans un premier temps, le programme s'adressera à 40 élèves, «pour voir ce que ça donne. Puis on élargira par la suite» précise Eric Tschirhart, chargé de mission Transfert de Technologie et Collecte de Fonds à l'Université du Luxembourg. Cela concernera un master en IT et 4 masters de la Faculté de Droit, d'Economie et de Finance.

Ce report de paiement représente un investissement de cinq millions d'euros pour l'Université du Luxembourg et le plafond fixé pour chaque élève est de 18 000 euros pour les deux années de master.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les étudiants luxembourgeois plébiscitent l'Allemagne
Le Luxembourg est le pays qui envoie le plus d'étudiants s'instruire à l'étranger. En 2017, ils étaient 47% à voyager à travers l'Europe pour compléter leur cursus universitaire. La France et la Belgique arrivent en deuxième et troisième position.
L'Université de la Grande Région affirme ses ambitions européennes
Depuis 10 ans, l'Université de la Grande Région (UniGR) regroupe les universités de 4 pays fondateurs de l'Union Européenne. Aujourd'hui, emportée par la volonté d'Emmanuel Macron de constituer des «réseaux d'universités», elle a la ferme intention de devenir «l'une des premières universités européennes».
Esch-sur-Alzette / Université / Belval / 30.05.2018