Changer d'édition

Les pratiques de la Place encore pointées du doigt
Luxembourg 2 min. 01.07.2021
Enquête internationale

Les pratiques de la Place encore pointées du doigt

Selon une enquête réalisée par plusieurs quotidiens européens, les fiscalistes de la Place contourneraient les règles de lutte contre l'évasion fiscale via des «lettres d'information».
Enquête internationale

Les pratiques de la Place encore pointées du doigt

Selon une enquête réalisée par plusieurs quotidiens européens, les fiscalistes de la Place contourneraient les règles de lutte contre l'évasion fiscale via des «lettres d'information».
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 2 min. 01.07.2021
Enquête internationale

Les pratiques de la Place encore pointées du doigt

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Une série d'articles publiés jeudi par «Le Monde», la «Süddeutsche Zeitung» ou «El Mundo» affirme que certains cabinets fiscalistes du Grand-Duché «contournent discrètement» les règles européennes contre l'évasion fiscale. Une affirmation démentie par le ministère des Finances.

Après les révélations autour des LuxLeaks, des Panama Papers et d'OpenLux, une nouvelle enquête internationale vient jeter le trouble sur les pratiques en vigueur sur la Place. Baptisées LuxLetters, ces informations collectées par un collectif regroupant les journaux Le Monde, la Süddeutsche ZeitungEl MundoWoxx et IrpiMedia ainsi que les ONG Tax Justice Network et The Signals Network affirment que «certains cabinets fiscalistes du Grand-Duché s’arrangent pour contourner discrètement les nouvelles règles de l’UE contre les abus fiscaux».


IPO,Chamber Budgets-Rapport vum Rapporteur Francois Benoit.Pierre Gramegna.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Les informations fiscales circulent comme jamais
L'administration luxembourgeoise a répondu à 100% des demandes de renseignements fiscaux issues d'autres Etats. Sur les 5.683 interrogations réceptionnées en six ans, plus de la moitié provenaient du fisc français.

En ligne de mire, le recours par «des conseillers fiscaux travaillant pour de grands cabinets» - comprenez les Big Four - à des «lettres d'information» destinées à obtenir «un accord implicite» de l’administration fiscale quant à un régime applicable à leur client. Car, contrairement aux rulings validés en masse avant 2014, le document soumis ne comporterait aucun tampon officiel de l'administration mais permettrait tout de même «de trancher dans un sens favorable lorsque l’impôt dû sur une opération particulièrement complexe n’est pas clair.»


Kultur,Sam Tanson gibt Auskunft über Öffnung Kultur.PK,Sam Tanson.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
«La transparence existait avant OpenLux»
Face aux accusations de l'enquête journalistique pointant le rôle trouble du Luxembourg en matière d'accueil de capitaux étrangers, la ministre de la Justice bombe le torse. «Nous sommes plus transparents que d'autres Etats», plaide Sam Tanson.

Présentée comme une pratique «discrète et subtile» qui jouerait sur les ambiguïtés des textes européens dédiés à la lutte contre l'évasion fiscale, la manœuvre aboutirait, en fin de compte, à «d’éventuelles validations orales». Ce que dément formellement le ministère des Finances qui assure que «l’administration fiscale ne délivre pas d’accords oraux ou non contraignants». 

Dans un communiqué publié en soirée, les services de Pierre Gramegna (DP) «réfutent les nombreuses allégations» publiées jeudi soir et les qualifient de «fausses et totalement infondées». Pour le ministère de la rue de la Congrégation, «il n'existe pas au Luxembourg de confirmation informelle ou orale par l'administration fiscale de la situation fiscale d'un contribuable sur la base de lettres rédigées soit par le contribuable lui-même, soit par son conseiller fiscal». Et ce dernier de réitérer que «le Luxembourg est conforme aux normes internationales les plus élevées en matière d'échange de renseignements sur les rulings fiscaux».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Après LuxLeaks et les Panama Papers, une nouvelle enquête de la presse met en lumière la présence de fonds douteux, pouvant provenir d'activités illicites ou liés à des criminels. Le gouvernement luxembourgeois se défend.
Interview avec Gabriel Seixas au Parquet Européen, Fotos: Julian Pierrot/ Luxemburger Wort / Foto: Julian PIERROT
Cinq ans après les révélations des LuxLeaks, la lutte contre la criminalité en col blanc ne parvient pas à décoller, d'après les magistrats aux commandes. En cause, le manque de personnel qualifié et des affaires de plus en plus sophistiquées.
Les cadres de la lutte contre les crimes fiscaux aimeraient «agrandir» leurs équipes.
Un an après LuxLeaks
Retour en images sur l'avant et l'après LuxLeaks pour mesurer comment la pratique du rescrit fiscal s'est désindustrialisée parallèlement à sa réglementation.
LuxLeaks , Les rulings de l�obscurit� � la lumi�re, Ministere des Finances, Luxembourg. le 02 Novembre 2015. Photo: Chris Karaba
PwC Luxembourg réagit à LuxLeaks
PwC Luxembourg a confirmé que les documents sur lesquels se fondent les articles de presse contre les pratiques fiscales du Luxembourg viennent de chez eux. Son patron, Didier Mouget assure que toutes les opérations réalisées sont légales. Il critique également la « campagne massive contre le Luxembourg ».
Le managing Partner de PwC Luxembourg, Didier Mouget, défend l'action de sa société: tout est légal dans les documents publiés par 26 médias ce jeudi matin.