Changer d'édition

Enquête d'opinion PolitMonitor: Des lendemains de référendum douloureux
Luxembourg 17.06.2015 Cet article est archivé

Enquête d'opinion PolitMonitor: Des lendemains de référendum douloureux

Luxembourg 17.06.2015 Cet article est archivé

Enquête d'opinion PolitMonitor: Des lendemains de référendum douloureux

Interrogés dans la foulée du référendum du 7 juin, les Luxembourgeois ne sont pas tendres vis-à-vis du gouvernement et des responsables politiques en général. Sur le plan personnel, tout le monde en prend pour son grade – le Premier ministre passe sous la barre des 50% d'opinions positives – , à l'exception notable de Gast Gybérien.

(DN) - Interrogés dans la foulée du référendum du 7 juin, les Luxembourgeois ne sont pas tendres vis-à-vis du gouvernement et des responsables politiques en général. Sur le plan personnel, tout le monde en prend pour son grade – le Premier ministre passe sous la barre des 50% d'opinions positives – , à l'exception notable de Gast Gybérien.

Compétence ou sympathie, Jean Asselborn est le seul membre du gouvernement à rester – et même nettement – au-dessus des 50% d'opinions positives. 

Mais c'est Xavier Bettel et son vice-premier ministre, Etienne Schneider, qui connaissent les chutes les plus spectaculaires (seize points de moins depuis novembre en terme de sympathie pour le premier, de compétence pour le second).

Asselborn le plus populaire, Juncker le plus compétent

Même Jean-Claude Juncker, habitué à tuotyer les sommets, perd huit points dans les deux cas de figure, soit la chute la plus importante qu'il ait connue depuis octobre 2010, date jusqu'à laquelle remonte l'enquête d'opinion.

Malgré tout, le président de la Commission européenne reste considéré comme le plus compétent, et le ministre des Affaires étrangères le plus sympathique.

Regards croisés sur le gouvernement

Les positions très contrastées entre Luxembourgeois et étrangers enregistrées par les enquêtes préalables au référendum, notamment sur la question du droit de vote des étrangers, se retrouvent quant à la question de savoir si le gouvernement a le contrôle de la situation du pays : à peine plus d'un tiers des Luxembourgeois le pensent, contre deux tiers des étrangers.

Pourtant, trois personnes interrogées sur quatre (Luxembourgeois et étrangers) estiment bonne voire très bonne la situation économique actuelle du Luxembourg, soit huit points de plus qu'en novembre. Ils sont 79% à juger leur situation financière et matérielle personnelle bonne, voire très bonne (comme en novembre). 

Là où les électeurs et l'ensemble de la population se rejoignent cependant, c'est dans la confiance que leur inspire d'abord l'opposition, une tendance déjà observée en novembre.

Le sondage a été réalisé du 10 au 16 juin 2015 auprès de 900 personnes âgées de 18 ans et plus, dont 669 électeurs.


Sur le même sujet

Référendum: Cohabiter ou vivre ensemble ?
Le Luxembourg et ses résidents étrangers : la question du droit de vote à accorder à ces derniers dans le cadre des législatives est celle qui divise le plus le pays. Déficit démocratique, droit de vote, devoir électoral et tensions entre étrangers et Luxembourgeois au prisme des résultats dévoilés par une enquête d'opinion courant mai.
Enquête d'opinion PolitMonitor: Pas de majorité pour le vote des étrangers
C'est une fracture qui se dessine au fur et à mesure des enquêtes d'opinion réalisées depuis novembre sur les trois questions du référendum à venir : si une nette majorité des résidents se prononce en faveur du vote des étrangers aux législatives, cette proposition ne séduit qu'une minorité des électeurs, ceux-là mêmes qui s'exprimeront le 7 juin.
Sondage sur le Référendum: Le droit de vote des étrangers divise l'électorat
48% des résidents luxembourgeois sont pour l'attribution du droit de vote aux étrangers, tandis que 44% sont contre. Et la moitié des électeurs luxembourgeois interrogés ne trouvent pas correct que la question de la séparation de l'Eglise et de l'Etat soit éliminée du référendum. Voilà ce qui ressort du dernier sondage TNS-Ilres commandé par le Luxemburger Wort et RTL en vue du référendum du 7 juin 2015.