Changer d'édition

Enfin la fin de la galère?: Reprise normale du trafic ferroviaire à partir de lundi
Après une semaine de travaux, le trafic devrait reprendre son cours normal.

Enfin la fin de la galère?: Reprise normale du trafic ferroviaire à partir de lundi

Photo: Gerry Huberty
Après une semaine de travaux, le trafic devrait reprendre son cours normal.
Luxembourg 3 min. 03.06.2016

Enfin la fin de la galère?: Reprise normale du trafic ferroviaire à partir de lundi

Après une semaine difficile due à l'inondation de la salle technique du poste directeur de Bettembourg, la situation devrait revenir à la normale dès lundi sur les rails reliant la France et le Luxembourg.

(mth - SW) - Après une semaine difficile due à l'inondation de la salle technique du poste directeur de Bettembourg, la situation devrait revenir à la normale dès lundi sur les rails reliant la France et le Luxembourg.

Vendredi encore, seul un train circulait toutes les heures entre Nancy et Luxembourg. Des cars de substitution étaient déployés, comme toute la semaine et les frontaliers devaient donc encore prendre leur mal en patience. Même si le covoiturage s'est avéré être une expérience plus positive que prévu.

Samedi et dimanche, le trafic restera encore très perturbé, avec 12 cars de substitution qui feront la navette entre Thionville et Luxembourg.

Mais la situation devrait se rétablir dès lundi matin, ont annoncé les CFL via un communiqué. Les travaux de remise en état et de réparation du poste d'aiguillage seront achevés samedi. Dimanche suivront des tests de sécurité de la ligne ferroviaire et donc lundi le trafic doit reprendre aux horaires normaux à partir de 4h.

En effet, les équipes techniques de la compagnie de chemin de fer ont travaillé fiévreusement depuis lundi pour faire à nouveau fonctionner les composants électroniques de la boîte de signal, très sensible, sans toutefois commenter les circonstances de cet incident auprès de la presse. Une enquête est d'ailleurs en cours.

Mais d'où provient cette eau?

Selon nos informations, ce problème de dégâts des eaux n'est pas conventionnel. En effet, l'eau qui a inondé cette salle de près d'un mètre et demi n'a pas atteint le sous-sol du bâtiment par les portes ou les fenêtres de l'immeuble, mais viendrait plutôt d'un égout souterrain ou d'une rupture de canalisation. Mais la source exacte d'irruption de l'eau dans la pièce n'a pas été trouvée, selon nos informations.

Gros dégât des eaux au poste directeur de Bettembourg.
Gros dégât des eaux au poste directeur de Bettembourg.
Photo: Gerry Huberty

Pour Oliver Georges, responsable du service technique de la gestion de l'eau de Bettembourg, jamais de telles précipitations n'avaient été vues auparavant. «Une telle pluie, ici à Bettembourg, ça n'a jamais été décrit auparavant. Même les résidents âgés de la commune ne se souviennent pas de telles intempéries.»

Et si cela venait du «terrain du voisin»?

La question se pose en effet puisque la salle inondée se trouve à proximité d'un chantier de construction, au niveau du "Terminal Multimodal", et l'eau qui s'écoule de ce chantier aurait pu se frayer un chemin vers le sous-sol du bâtiment des CFL.

En effet, la surface d'environ 33 hectares entre la zone industrielle "Scheleck 1", à la gare de triage et l'A13 était scellée au cours des mois passés par de grandes surfaces bétonnées... Et le béton n'est certainement pas connu pour absorber l'eau.

La question de la gestion des écoulements des eaux est donc à prendre en compte. En effet, de grosses interventions ont eu lieu dans cette zone. La "Diddelenger Baach" qui divisait cette zone en son milieu, a été déplacée à l'est, pour créer plus de place pour les structures logistiques.

Mais un bassin de rétention des eaux de pluie, nécessaires sur tout chantier, n'a pas été mis en place sur celui-ci. C'est un système de redirection vers une canalisation de près de 11km de long qui a été créé à la place.

Ce système d'évacuation d'eau de pluie est-il réellement opérationnel pour toute cette surface? Une panne imprévisible liée au chantier est ici envisageable, d'autant que ce système de canalisation est calculé pour supporter un volume moyen de précipitations sur dix ans. Or cette valeur moyenne a été dépassée lundi dernier dans la région...

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet