Changer d'édition

Encore trop de gaspillage au sein des ménages au Luxembourg
Luxembourg 2 min. 30.09.2022
Etude ILRES

Encore trop de gaspillage au sein des ménages au Luxembourg

83% des ménages participant à l'étude se sont déclarés favorables à avoir davantage de produits en vrac dans les magasins pour pouvoir acheter la quantité dont ils ont besoin.
Etude ILRES

Encore trop de gaspillage au sein des ménages au Luxembourg

83% des ménages participant à l'étude se sont déclarés favorables à avoir davantage de produits en vrac dans les magasins pour pouvoir acheter la quantité dont ils ont besoin.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 30.09.2022
Etude ILRES

Encore trop de gaspillage au sein des ménages au Luxembourg

La journée internationale de sensibilisation aux pertes et gaspillages alimentaires du 29 septembre a été l'occasion pour le ministre Claude Haagen de présenter les résultats d'une étude portant sur le comportement des résidents luxembourgeois en la matière.

L'enquête menée par ILRES s'est tenue du 29 août au 14 septembre dernier, sur un échantillon de 1.022 personnes, interrogées en ligne ou par téléphone. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que les données récoltées sont assez contradictoires en comparaison des chiffres de l'étude «Génération, traitement et prévention des déchets alimentaire 2018/2019» de l'administration de l'environnement.


Ce que va changer la loi déchets dans notre quotidien
Cinq lois et trois règlements. C'est l'arsenal législatif préparé par le gouvernement pour réguler la production de déchets et améliorer le recyclage de ces derniers. De quoi bouleverser les habitudes des résidents.

Etabli avant la crise sanitaire, le rapport désignait le Luxembourg comme un mauvais élève en la matière (notamment au niveau européen), 75% des déchets alimentaires provenant des ménages. Or, les personnes consultées sur la question cette année assurent être «conscientes du problème du gaspillages de nourriture» et avoir de «bonnes intentions» pour le réduire.

Mais les chiffres sont sans appel: 91% des ménages jettent des produits alimentaires plus ou moins régulièrement, tandis que 75% des interrogés ne connaissent pas la définition correcte de la date limite de consommation (DLC).

Autre point notable, le gaspillage de nourriture est plus élevé dans les ménages avec enfants. En cause, le «manque de temps» pour la planification des repas en avance, et des jeunes qui surestimeraient la capacité d’accueil de leur estomac.

De ce constat quelque peu paradoxal entre bonnes résolutions et actions, le ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural Claude Haagen (LSAP) a toutefois tenu à préciser qu’il «ne résulte pas d’un comportement intentionnel des consommateurs», mais que cela serait plutôt le résultat «de gestes basés sur une information lacunaire concernant le transport des produits frais du supermarché jusqu’à la maison» mais aussi, voire même surtout, d’une mauvaise « interprétation des dates de péremption»; sans oublier un mauvais stockage des denrées et une mauvaise estimation des besoins réels «en cas de promotions».

«Cette étude nous permet de comprendre les principaux facteurs qui sont à la base du gaspillage alimentaire dans les ménages, ce qui est indispensable pour définir nos futures actions.»

Accentuer la mobilisation

Pour remédier à ces observations récentes, le gouvernement entend bien accentuer ses efforts pour «rallier à la mobilisation contre le gaspillage alimentaire».

Pour cela, le ministre a tenu à rappeler l'existence du site antigaspi.lu qui est régulièrement actualisé pour «présenter des nouvelles actions contre le gaspillage alimentaire». Sans oublier la présentation des «6 règles d'or à respecter pour jeter moins».

Enfin, Claude Haagen a tenu à confirmer la poursuite des campagnes de sensibilisation grand public ainsi que les workshops pour enfants mis en place depuis 2016. A l'approche des fêtes de fin d'année et de la surconsommation qui l'accompagne, il est clair que la problématique est plus que d'actualité lorsque l'on se rappelle que le Luxembourg vit à crédit depuis le 14 février en termes de ressources naturelles en raison de son mode de vie qui n'est pas spécifiquement exemplaire...

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Inciter les visiteurs à acheter moins et à consommer mieux, voilà le credo du premier musée du Déchet au monde, qui a pris ses quartiers au centre Formida d'Esch-sur-Alzette jusqu'au 28 octobre.
S'il se place devant la France et au même niveau que la Belgique en matière de recyclage de ses déchets, le Luxembourg a beaucoup à apprendre de l'Allemagne qui a valorisé 67% de ses détritus en 2020.
A worker poses with bottle caps collected in exchange for city bus tickets in Surabaya on March 3, 2022, before being resold to plastic recycling factories. (Photo by JUNI KRISWANTO / AFP)
Les personnes qui laissent trainer leurs déchets sur la voie publique pourraient bientôt être plus sévèrement punies. C'est en tout cas l'objectif d'un projet de loi actuellement en préparation.
Au Luxembourg, «nous jetons chacun 338 grammes d'aliments encore mangeables chaque jour». Mis bout à bout, c'est l'équivalent de «105 euros par personne et par an», assure Stéphanie Goergen de l'administration de l'Environnement. Les ménages sont les plus grands gaspilleurs. Ils jettent plus de la moitié des 31.000 tonnes de la nourriture trouvée dans les poubelles alors qu'elle serait encore consommable!