Changer d'édition

Encore de la place dans les hôpitaux du Grand-Duché
Luxembourg 4 min. 09.04.2020

Encore de la place dans les hôpitaux du Grand-Duché

Pour l'instant, les capacités supplémentaires installées dans les hôpitaux restent vides

Encore de la place dans les hôpitaux du Grand-Duché

Pour l'instant, les capacités supplémentaires installées dans les hôpitaux restent vides
Photo: Guy Wolff
Luxembourg 4 min. 09.04.2020

Encore de la place dans les hôpitaux du Grand-Duché

Depuis la première infection au covid-19, le paysage hospitalier a radicalement changé. A commencer par l’augmentation des capacités d'accueil. Sur le terrain, personne ne fait preuve de triomphalisme, mais jusqu'ici le système encaisse le choc.

Des hôpitaux sous pression, mais loin d'être débordés. Depuis le premier cas officiel de covid-19 au Grand-Duché, le 29 février, tout est allé très vite. «Les cas ont rapidement augmenté et à mi-mars le service des maladies infectieuses est arrivé à la limite de ses capacités», rappelait hier sur RTL le directeur général du Centre hospitalier de Luxembourg, Romain Nati. En temps normal, l'unité 20 du CHL dispose de six chambres à flux et peut augmenter sa capacité à 17 lits. En somme, pas de quoi faire face à la pandémie actuelle.

Entre-temps, tout le système hospitalier du pays a été réorganisé avec la création notamment de deux filières séparées. Une pour les patients covid-19, l'autre pour les cas «normaux». Des installations temporaires ont donc fleuri un peu partout dans le pays à l'instar des centres de soins avancés ou d'un hôpital de campagne installé devant le CHL.


Pressekonferent Paulette Lenert, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Le Luxembourg déploie ses capacités d'accueil des malades
Le Luxembourg n'a pas compté de mort supplémentaire endéans 24 heures mais se prépare au pic de la pandémie d'ici deux semaines. Si les hôpitaux sont «loin d'être saturés» pour l'heure, la ministre de la Santé a annoncé l'ouverture de six nouvelles structures.

L'hôpital de la route d'Arlon n'a pas encore eu recours à cette infrastructure. «La tente d'hospitalisation est opérationnelle mais elle n'a pas encore été utilisée parce que nous avons encore suffisamment de capacités dans l'hôpital», assure Romain Nati. L'établissement accueille désormais une trentaine de patients covid-19 et une dizaine de cas suspects.  

Le directeur général du CHL pense que «le pire est derrière nous. C'est difficile de dire exactement quel jour nous atteindrons le moment où il y aura plus de patients qui guérissent que de gens qui tombent malades, mais si on arrive à garder la situation sous contrôle, ce sera en fin de semaine ou au début de la semaine prochaine».   

J'espère qu'il n'y aura pas une nouvelle vague d'hospitalisation dans dix jours.

Serge Meyer, responsable de la cellule de crise du CHEM

Garder la situation sous contrôle, c'est visiblement ce qui inquiète le Dr Serge Meyer, responsable de la cellule de crise du Centre hospitalier Emile Mayrisch (CHEM) de Esch-sur-Alzette. «Avec l'arrivée du beau temps, j'ai le sentiment qu'il y a un certain relâchement au niveau du confinement, s'inquiète-t-il. J'espère qu'il n'y aura pas une nouvelle vague d'hospitalisation dans dix jours».

Pour l'heure, le CHEM accueille 62 patients covid-19, dont 12 en soins intensifs. Pour les cas les moins graves, l'hospitalisation peut durer entre 6 et 12 jours avant un retour à la maison ou un passage par le centre de Colpach qui prend en charge les patients dans un état médicalement stabilisé.

Serge Meyer souligne que «la priorité est d'éviter l'intubation». Les soins intensifs sont, en effet, lourds de conséquences, car une fois sorti de réanimation, le patient doit encore rester deux ou trois semaines à l'hôpital pour garantir une bonne reconstruction respiratoire et musculaire notamment.

L'objectif principal est donc bien d'éviter l'engorgement du système hospitalier. Comme les autres hôpitaux, le CHEM, a dopé ses capacités d'accueil, notamment avec l'installation de 28 lits de soins intensifs supplémentaires dans sa cafétéria.  «J'espère que nous n'aurons pas à l'utiliser», déclare Serge Meyer.  Au total, 128 lits du CHEM sont donc dédiés aux patients covid-19. Là encore, les capacités bien supérieures aux besoins actuels. En somme de quoi être optimiste.


An undated handout image released by University College London (UCL) in London and received on March 30, 2020, shows a volunteer patient posing whilst wearing the Continuous Positive Airway Pressure (CPAP) breathing aid, developed in less than a week by mechanical engineers, doctors and the Mercedes Formula 1 team in conjunction with UCL. - Medical researchers and engineers at UCL have teamed up with Formula One outfit Mercedes to adapt a breathing aid for mass production that could keep coronavirus patients off much-needed ventilators. 
University College London said UK regulators had approved its adaptation of the continuous positive airway pressure device (CPAP), which helps patients with breathing difficulties. A version of the equipment, which increases air and oxygen flow into the lungs, has already been used in hospitals in Italy and China to help COVID-19 patients with serious lung infections. (Photo by James Tye / University College London (UCL) / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / James Tye/ UCL / Handout " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Un marché du matériel médical «digne du Far-West»
Le président de la fédération des hôpitaux, Paul Junck, se dit confiant en la capacité du secteur hospitalier à encaisser la vague de patients infectés au covid-19. Il regrette toutefois les méthodes peu orthodoxes activées sur le marché notamment pour s’approvisionner en respirateurs.

De son côté, le directeur de la Santé, Jean-Claude Schmit se veut «un peu plus prudent». «Il est vrai que le système de santé et notamment les hôpitaux gardent actuellement une réserve de lits à la fois en soins normaux et en soins intensifs. Il est aussi clair que le pic de malades est cependant encore attendu dans les jours à venir». 

Pas de triomphalisme donc du côté du responsable du ministère de la Santé qui assure qu'«on pourra se prononcer définitivement sur la résilience de notre système de santé une fois que la crise sanitaire sera terminée et qu'un bilan exact aura été dressé».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Seuls trois patients français toujours au Luxembourg
Sur les onze patients du Grand Est atteints du coronavirus et héliportés dans un état critique vers les hôpitaux luxembourgeois au plus fort de la crise, seuls trois restent hospitalisés au CHEM. Dont deux en soins intensifs.
Lokales, Corona-Virus Covid19,  Air Rescue fliegt französischen Patienten zurück nach Colmar, CHDN Ettelbrück, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
La cantine du CHEM transformée en unité de soins
Pour répondre à des arrivées plus massives de patients, le centre hospitalier Emile Mayrisch a considérablement augmenté sa capacité de lits. Au lieu de deux, l'hôpital disposera bientôt de quatre unités de soins intensifs.
Lokales, Corona-Virus Covid 19, CHEM Esch Alzette, Die Kantine des CHEM wurde in eine Pflegestation umgebaut, Fiebermessung, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
L’état de crise passe du discours aux actes
Le gouvernement a adopté une série de dispositions dans le but d'adapter le fonctionnement du pays à la situation inédite traversée. Tour d’horizon de ce qui va changer pendant cette période.
L'hydroxychloroquine utilisée au CHL
Les responsables du centre hospitalier ont présenté, ce jeudi, les contours de l'essai clinique européen Discovery. Des patients hospitalisés au CHL et qui reçoivent déjà de l'hydroxychloroquine, médicament qui présente un intérêt dans le traitement du covid-19, seront intégrés dans l'étude.
(FILES) In this file photo taken on February 26, 2020, medical staff shows o at the IHU Mediterranee Infection Institute in Marseille, packets of a Nivaquine, tablets containing chloroquine and Plaqueril, tablets containing hydroxychloroquine, drugs that has shown signs of effectiveness against coronavirus. - Hydroxychloroquine, an antimalarial drug dubbed a "gift from God" by US President Donald Trump for its potential ability to fight the new coronavirus, was found to be no more effective than standard treatment in a small Chinese study. The paper, which was published in the Journal of Zhejiang University on March 6, 2020, looked at 30 COVID-19 patients, half of whom received the medicine. (Photo by GERARD JULIEN / AFP)
Un hôpital de campagne venu d'Italie pour le CHL
Le Premier ministre a livré les premiers détails de l'hôpital provisoire qui va s'installer à côté du Centre hospitalier de Luxembourg. Les éléments pour sa construction viennent d'être livrés par Cargolux, depuis Bari en Italie.
(de g. à dr.)
Le CHL paré à tout, y compris au coronavirus
Depuis dix jours, un homme rentrant de Chine a été mis en quarantaine au Centre hospitalier de Luxembourg. Il s'agit du seul établissement du pays offrant les conditions d'isolement face à l'épidémie de covid-19 et autres maladies infectieuses.
Ansteckende Krankheiten - Service des Maladies infectieuses du CHL - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort