Changer d'édition

Encore aucune trace d'Omicron au Grand-Duché
Luxembourg 3 min. 30.11.2021 Cet article est archivé
Nouveau variant

Encore aucune trace d'Omicron au Grand-Duché

Les tests proposés au Luxembourg permettront de détecter cette nouvelle évolution de la maladie, rassure le LNS.
Nouveau variant

Encore aucune trace d'Omicron au Grand-Duché

Les tests proposés au Luxembourg permettront de détecter cette nouvelle évolution de la maladie, rassure le LNS.
Photo : AFP
Luxembourg 3 min. 30.11.2021 Cet article est archivé
Nouveau variant

Encore aucune trace d'Omicron au Grand-Duché

Laura BANNIER
Laura BANNIER
Le Laboratoire national de santé redouble de vigilance par rapport au variant B.1.1.529. Les scientifiques intensifient notamment leurs mesures de surveillance et de séquençage des tests positifs.

Il est déjà responsable de 23 cas en Europe. Le nouveau variant Omicron inquiète les experts, mais également les dirigeants politiques du monde entier. Au Luxembourg, le Laboratoire national de santé (LNS) n'a encore attribué aucun cas covid+ à cette évolution du virus. En hausse, les nouvelles contaminations recensées en novembre étaient et restent exclusivement l'œuvre du variant Delta.


28.11.2021, Paraguay, Asunción: ILLUSTRATION - Logo der Weltgesundheitsorganisation (WHO) auf einem Smartphone vor einer visuellen Darstellung der neu entdeckten Virusvariante Omikron. Am 26. November 2021 hat die WHO die SARS-CoV-2-Variante B.1.1.529 auf Anraten der Technischen Beratungsgruppe für Virusevolution (TAG-VE) der WHO als besorgniserregende Variante mit der Bezeichnung Omicron eingestuft. Die Ausbreitung der zunächst im Süden Afrikas entdeckten Omikron-Variante des Coronavirus sorgt weltweit für Beunruhigung. Foto: Andre M. Chang/ZUMA Press Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'OMS met en garde contre la souche Omicron
L'Organisation mondiale de la Santé tire la sonnette d'alarme, tout en ne préconisant pas aux Etats de se replier sur eux-mêmes comme nombre de pays le font depuis l'apparition du variant B.1.1.529.

Mais les scientifiques de l'établissement public montent la garde. Si l'Organisation mondiale de la santé a classé ce variant comme présentant «un risque élevé» au niveau mondial, c'est parce qu'il présente un nombre inédit de mutations. Jusqu'à ce jour, 34 versions différentes de sa protéine spike, sa clé d'entrée dans notre organisme, ont été observées.

Le B.1.1.529 remporte ainsi le titre du «variant le plus divergent jamais découvert», indique le LNS dans son communiqué publié au lendemain des annonces gouvernementales concernant la lutte anti-covid.

Afin de repérer la présence de ces différentes mutations sur le territoire luxembourgeois, l'institution s'appuie sur les tests effectués dans les hôpitaux et les laboratoires du pays. En effectuant un séquençage de ces échantillons, elle cherche à identifier toute évolution de la maladie. Un système qui permet «la détection précoce de tout variant émergent, avec une anticipation estimée de 7 à 8 semaines avant qu'il ne devienne potentiellement dominant», détaille la structure. 

Si le LNS a pour habitude de fournir un rapport hebdomadaire sur la circulation des variants, il indique effectuer un effort supplémentaire depuis l'émergence d'Omicron. Grâce à l'examen d'échantillons stratégiques, ayant par exemple fait l'objet d'une transmission élevée ou d'une gravité exceptionnelle, le laboratoire réalise des rapports flashs. 

Le département de microbiologie du laboratoire est également sur le pont. Chaque échantillon reçu par le LNS fait en effet l'objet d'un dépistage dans les 24 heures suivant sa réception, ainsi qu'un passage dans la plateforme de séquençage. L'objectif : détecter le plus rapidement possible une potentielle apparition d'Omicron dans le pays. 

En raison de son nombre impressionnant de mutations, ce variant pourrait avoir un impact sur la vitesse de propagation du virus, la gravité de ses formes, mais également sur l'efficacité des vaccins. Alors que le gouvernement souhaite donner un énième coup d'accélérateur à la campagne de vaccination, les informations concernant Omicron restent, pour le moment, très limitées. «Il est important de noter que les vaccins se sont avérés efficaces contre les maladies graves et les décès dus aux variants précédents», tempèrent les experts du laboratoire. 


Tournée générale de tests pour sauver Noël
Mi-décembre, chaque ménage du Luxembourg recevra un bon pour cinq tests rapides. Le but est que chacun n'hésite pas à se contrôler avant les repas de famille, histoire d'éviter les clusters post-réveillon.

Autre facteur d'inquiétude : l'efficacité des tests. Ce variant est-il capable de déjouer la sensibilité du dépistage actuellement proposé au Luxembourg ? Sur ce point, le LNS se veut rassurant. La technologie de testing du pays s'appuie déjà sur un système visant à enrayer les résultats faussement négatifs. Des recherches sont déjà en cours pour évaluer l'efficacité des tests rapides sur cette évolution de la maladie. 

Dans l'attente de posséder plus de connaissances sur le nouveau variant (repéré pour la première fois dans le monde il y a moins d'une semaine), le LNS rappelle que les mesures barrières doivent continuer à être respectées. Lavage des mains, port du masque, distanciation physique et aération restent donc toujours de mise.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors que le nombre d'infections ne cesse de grimper au Luxembourg, l'épidémiologiste luxembourgeois Michel Pletschette prédit un hiver «très difficile» si de nouvelles mesures ne sont pas mises en place.
A défaut d'avoir reçu l'avis du Conseil supérieur des maladies infectieuses, le gouvernement n'a toujours pas tranché la question des injections anti-covid auprès des moins de 12 ans. Mais le pays s'en rapproche à petits pas.
Leopold Nytoft Bergman, 10 years old, receives a vaccination against the novel coronavirus on November 28, 2021 in Amagar, Denmark. - Children between 5 - 11 years can now be vaccinated in Denmark. The vaccinations on November 28, 2021 are reserved for the oldest children in the group. Therefore, so far only children aged 10 and 11 have been invited to a vaccine via their parents. (Photo by Olafur STEINAR GESTSSON / Ritzau Scanpix / AFP) / Denmark OUT
Le gouvernement envisage la mise en place d'un double régime de contrôle sanitaire pour la mi-janvier. L'un pour la sphère des loisirs, l'autre dans le cadre professionnel. Reste à trouver un accord avec les partenaires sociaux.
24.11.2021, Sachsen, Dresden: Ein Mitarbeiter des Chipherstellers Globalfoundries (GF) zeigt vor Dienstbeginn in der Lobby des Werks sein Impfzertifikat. Laut Bundesarbeitsministerium müssen Beschäftigte ab Mittwoch (24.11.2021) beim Betreten ihrer Arbeitsstätte nachweisen, dass sie gegen Corona geimpft oder von einer solchen Erkrankung genesen sind. Alternativ ist eine Bescheinigung über einen negativen Test möglich. Bundesweit gelten am Arbeitsplatz Zugangsregeln nur für Geimpfte, Genesene und Getestete (3G). Foto: Robert Michael/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La ministre de la Santé a détaillé l'avancée de la campagne de vaccination par catégorie d'âge au terme de 11 mois d'injections anti-covid. Une des leçons étant qu'un 20-29 ans sur trois ne dispose pas d'un schéma vaccinal complet.
26.11.2021, Schleswig-Holstein, Eutin: Krankenschwester Swenja Grandke impft in der Impfstelle Eutin gegen das Corona Virus. Heute starten in ganz Schleswig-Holstein zunächst 24 Impfstellen, um die Geschwindigkeit bei den COVID-19-Auffrischimpfungen zu erhöhen und die Praxen der niedergelassenen Ärztinnen und Ärzte bei den Corona-Impfungen zu unterstützen und zu entlasten. Foto: Markus Scholz/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le Comité de concertation, tenu vendredi, parie sur l’extension de la troisième dose vaccinale à toute la population tout en édictant de nouvelles mesures anti-covid. Cela alors que le nouveau variant est signalé au royaume.
A woman stands in front of the closed patisserie in Bratislava downtown on November 25, 2021. - Slovakia declared a two-week lockdown following a spike in COVID-19 cases with the country�s seven-day average of cases rise above 10,000. (Photo by VLADIMIR SIMICEK / AFP)
Le Laboratoire national de santé constate ce jeudi que la mutation indienne du covid représente 36% des cas au Luxembourg, contre 50,5% pour le variant anglais. Un chiffre qui prouve la forte contagiosité de cette souche du virus.