Changer d'édition

Encore (au moins) 10% de la population à convaincre
Luxembourg 3 min. 19.11.2021
Vaccination anti-covid au Luxembourg

Encore (au moins) 10% de la population à convaincre

Un peu plus de 866.000 doses de vaccins ont déjà été administrées.
Vaccination anti-covid au Luxembourg

Encore (au moins) 10% de la population à convaincre

Un peu plus de 866.000 doses de vaccins ont déjà été administrées.
Photo : dpa
Luxembourg 3 min. 19.11.2021
Vaccination anti-covid au Luxembourg

Encore (au moins) 10% de la population à convaincre

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La bataille pour l'immunisation collective est encore loin d'être gagnée dans la guerre au covid menée au Luxembourg. Le ministère de la Santé estime à 76,3% le taux de vaccination chez les 12 ans et plus. Pas de doute : il faut relancer l'offensive pour atteindre les 85% désirés.

75,8% la semaine passée. 76,4% cette semaine. Les bulletins hebdomadaires du ministère de la Santé se suivent mais le décollage espéré de la vaccination peine à poindre alors que le virus, lui, gagne en intensité. Certes, 422.453 personnes précisément disposent désormais d'un schéma vaccinal complet, mais à cette date le gouvernement luxembourgeois s'attendait à plus. Oui, après onze mois de bons et loyaux services, la campagne vaccinale patine.


06.11.2021, Hamburg: Eine Krankenschwester hält eine Schale mit Spritzen mit dem Impfstoff Moderna im Maritimen Museum Hamburg in ihren Händen. Im Hintergrtund sitzen Impflinge im Wartebereich. Ein Corona-Impftermin des Deutschen Roten Kreuzes fand im Museum statt. Foto: Georg Wendt/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le Luxembourg a précommandé 2,8 millions de vaccins
Sur la totalité des doses anti-covid reçues au Luxembourg, attendues ou laissées en options auprès des laboratoires, 67% concernent Pfizer/BioNTech.

Du 8 au 14 novembre, ''seulement'' 13.387 doses anti-covid ont été administrées. Soit moins que la semaine passée, et moins que celle d'avant encore... Une baisse constatée alors que les difficultés rencontrées par les non-vaccinés, l'incitation à la troisième dose ou la peur de la quatrième vague auraient dû inciter plus de volontaires à recevoir l'un ou l'autre des sérums préconisés.

Attendue pour une nouvelle intervention ce vendredi (15h), la ministre de la Santé va donc devoir reprendre son sempiternel discours d'encouragement à la vaccination. Mais avec un ton plus grave certainement dans la voix de la populaire Paulette Lenert (LSAP). Car le rebond épidémique est bien là. Pas simplement aux portes du pays mais sur le territoire même. D'une semaine à l'autre, le nombre d'infections nouvelles est ainsi passé de 1.211 sur 7 jours à 1.444 au Grand-Duché. Un rythme de +19% intenable.


08.11.2021, Sachsen, Leipzig: Auf der Covid-Station, einem Bereich der Operativen Intensivstation vom Universitätsklinikum Leipzig, stehen der Leiter der Klinik, Prof. Dr. Sebastian Stehr (l-r) mit der Leitenden Bereichsleitung Sylvia Köppen und einem Pfleger am Bett eines schwerkranken Patienten. Auf der Intensivstation wächst seit Tagen die Zahl der Corona-Erkrankten mit schweren Verläufen, darunter immer mehr jüngere Patenten zwischen 30 und 60 Jahren. | Foto: Waltraud Grubitzsch/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les hôpitaux prêts à basculer en phase 3
Compte tenu de l'augmentation prévisible des prises en charge de patients covid, les centres hospitaliers envisagent à nouveau de déprogrammer certaines interventions chirurgicales.

Car au-delà de la positivité au virus, il faut tenir compte d'autres critères. Comme le nombre d'infections actives et ses conséquences sur le tracing et la mise en quarantaine des individus contaminés ou cas contact. Mais surtout se pose le souci du énième coup de pression exercé sur les hôpitaux et les soignants en première ligne depuis plus d'un an et demi maintenant. Déjà 15% des lits disponibles en soins intensifs sont occupés par des patients frappés par le virus. La semaine dernière, 46 nouvelles hospitalisations de cas covid+ sont venus gonfler les chiffres des semaines passées. Moyenne d'âge des patients admis pour cause de positivité au SARS-CoV2 : 58 ans. 

En cette mi-novembre, la mortalité attribuée au virus elle aussi gagne en intensité. Le nombre hebdomadaire de décès liés à l'infection respiratoire est ainsi passé de 5 à 8. 

Moyenne d'âge des disparus : 79 ans. Confirmation que les seniors restent les plus vulnérables face aux formes graves de la maladie, et que la dose complémentaire préconisée désormais dès 65 ans n'est pas un vain message préventif. Même leurs altesses royales, le Grand-Duc Henri (66 ans) et son épouse Maria Teresa (65 printemps), viennent de s'y soumettre.

Mais quelle piste suivre désormais pour booster la campagne de vaccination, et plus généralement contenir à nouveau l'épidémie? Le conseil de gouvernement de ce 19 novembre devra trouver des pistes de réponses. Des choix qui pourraient même bien s'appliquer avant la fin annoncée des actuels dispositifs de la dernière loi covid votée (18 décembre). 

Rouvrir l'ensemble des centres de vaccination comme avant la rentrée? Engager des campagnes de communication plus ciblées sur les populations à convaincre? Réduire les "droits'' accordés aux non-vaccinés? Bien des pistes existent pour le gouvernement qui, fort d'une cote de confiance encore haute, sait que ces choix ne souffrent que d'une contestation modérée parmi la population.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Changement de règle dans les centres de vaccination à partir du 1er décembre. Pour y recevoir leur dose complémentaire de vaccination contre le covid, les résidents devront avoir réservé un créneau au préalable.
En 2020, le Statec a interrogé des habitants sur leur acceptation à disposer, sur leur mobile, d'un tel programme dans le cadre du suivi de l'épidémie virus. Et l'acceptation se relève majoritaire, sous conditions toutefois.
A man holds a smartphone showing a tracking and tracing app launched by the National Institute of Public Health to try to halt a return of the new coronavirus, on April 17, 2020 in Oslo. - Norway, one of the first European countries to begin lifting confinement measures, is launching a smartphone tracking and tracing app that has been developed to provide health authorities a better picture of the spread of COVID-19 and tell users if they have been in contact with the disease. (Photo by Heiko Junge / NTB Scanpix / AFP) / Norway OUT
En France la vaccination des moins de 30 ans avec ce produit est maintenant déconseillée et la même prudence est de rigueur en Allemagne. Au Luxembourg, Paulette Lenert prend la même voie, en suspendant ce vaccin pour la tranche d'âge indiquée.
ARCHIV - 16.04.2021, Nordrhein-Westfalen, Bielefeld: Eine Krankenschwester zieht den Impfstoff des Herstellers Moderna gegen das Coronavirus in einer gestellten Situation mit einer Spritze auf. Die europäische Arzneimittelbehörde EMA prüft die Zulassung des Corona-Impfstoffes des Herstellers Moderna für kleinere Kinder. (zu dpa «EU-Experten prüfen Zulassung von Moderna-Impfstoff für Kinder») Foto: Friso Gentsch/dpa +++ dpa-Bildfunk +++