Changer d'édition

En finir avec la pollution des cours d'eau
Luxembourg 3 min. 25.10.2019

En finir avec la pollution des cours d'eau

Carole Dieschbourg promet des contrôles renforcés en amont pour protéger la qualité des eaux de rivière.

En finir avec la pollution des cours d'eau

Carole Dieschbourg promet des contrôles renforcés en amont pour protéger la qualité des eaux de rivière.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 3 min. 25.10.2019

En finir avec la pollution des cours d'eau

Quatre récentes pollutions de rivière ont mis en lumière la faiblesse des mesures préventives pour ce type de risque industriel. Les députés et la ministre de l'Environnement ont évoqué la question à la Chambre.

(pj avec wel) - Quatre semaines, quatre accidents industriels, trois rivières polluées. Du 31 juillet au 1er octobre, cette série a sérieusement mis à mal la Chiers, l'Alzette et la Sûre. Tantôt à cause d'un incendie à l'usine Kronospan, tantôt à cause d'un déversement anormal depuis la station d'épuration de Beggen, en lien avec des travaux mal menés sur un bassin de rétention à Bettembourg et à la suite d'un incendie à l'usine Euro-Composites à Echternach. Pas de doute, «nous devons nous concentrer davantage sur la protection de l'eau», a exigé devant la Chambre, le député Gusty Graas (DP).

Au-delà des faits d'actualité, le parlementaire pointe d'abord la vétusté de certains équipements. A commencer par l'état des 212 stations d'épuration du pays. 96 sont encore mécaniques et, bien souvent, datent de plusieurs décennies. Pour l'élu DP, «chaque exploitant de station d'épuration des eaux usées doit s'assurer que son installation est à la pointe de la technologie et dispose de systèmes d'alarme en cas de panne». 


Durch den Brand in Echternach gelangte Löschwasser in den Grenzfluss Sauer.
Trois rivières polluées en deux mois
Fin juillet c'est la Chiers qui était impactée. Mi-septembre de nombreux poissons sont morts dans l'Alzette. Et depuis mardi, c'est au tour de la Sûre de subir les conséquences de l'incendie d'Euro-Composites. Quatre pollutions majeures en peu de temps qui posent question.

Même souhait du côté du représentant des Piraten, Marc Goergen qui s'est étonné qu'à l'ère du digital, certaines stations ne disposent toujours pas de système d'alarme électronique en cas de problèmes. 

Des investissements sont donc nécessaires. Mais la dépense fait peur, par avance, à Ali Kaes (CSV) qui craint par rebond une augmentation du prix de l'eau: «Les communes et les syndicats de l'eau sont surtaxés», note ainsi le député. David Wagner (Déi Lénk), lui, demande à ce que des exigences plus strictes soient fixées pour les entreprises. 

Le verre à moitié plein

Pour Franz Fayot (LSAP), il est surtout nécessaire que la devise «pollueurs-payeurs» prenne tout son sens. «Nous devons enfin comprendre que les dommages environnementaux ne peuvent pas être compensés financièrement. Ce sont des dégâts sur de nombreuses années qui doivent avoir des conséquences. Des peines de prison et des amendes sont possibles».

Sur ce point la ministre de l'Environnement n'a pas signalé si, oui ou non, des plaintes avaient été déposées. Mais face aux parlementaires, Carole Dieschbourg (Déi Gréng) a vu le verre à moitié plein d'abord. Rappelant les avancées avec la dernière loi sur l'eau adoptée  en 2017 qui porte, entre autres, sur les bassins de rétention. 

Nous avons besoin d'une culture de sécurité

Carole Dieschbourg, ministre de l'Environnement

Des bassins que le gouvernement entend faire vérifier dans les mois à venir pour évaluer leur pertinence et leur efficacité en cas de problème. «Des contrôles renforcés» a bien insisté la ministre écologiste. Le Ministère de l'Économie, l'Agence de l'Eau, le CGDIS et les entreprises devront travailler ensemble pour lister l'ensemble des réservoirs implantés dans les zones industrielles et clarifier qui sera responsable de leur entretien. 

Pour rassurer, Carole Dieschbourg a aussi mis l'accent sur le rôle joué par les zones de protection des eaux instaurées. Sur le pays, il en existe déjà 23 et 29 sont prévues. Le Luxembourg dispose aussi sur son territoire de 37 stations d'épuration biologique des eaux usées, tandis que 60 stations devraient être modernisées prochainement. L'État fera d'ailleurs un effort dans l'accompagnement apporté aux collectivités assurant ces travaux, a promis la ministre: «Les ressources pour cela ont augmenté».

Reste qu'incontestablement, des progrès doivent être faits. «Nous avons besoin d'une culture de sécurité», a martelé la ministre de l'Environnement en guise de conclusion.


Sur le même sujet

Dieschbourg apporte de l'eau au moulin de Fage
Pour la ministre de l'Environnement, la future usine de yaourts grecs à Bettembourg sera alimentée en eau via une usine de traitement et une station d'épuration. Un ensemble qui entrera en service en 2021.
Trois rivières polluées en deux mois
Fin juillet c'est la Chiers qui était impactée. Mi-septembre de nombreux poissons sont morts dans l'Alzette. Et depuis mardi, c'est au tour de la Sûre de subir les conséquences de l'incendie d'Euro-Composites. Quatre pollutions majeures en peu de temps qui posent question.
Durch den Brand in Echternach gelangte Löschwasser in den Grenzfluss Sauer.
La Sûre polluée suite à l'incendie d'Euro-Composites
Alors que le site industriel d'Echternach partait en fumée ce mardi midi, les eaux de la rivière luxembourgeoise ont été particulièrement touchées. Les autorités prennent des mesures urgentes afin d'endiguer au mieux possible la pollution.
La Chiers impactée par l'incendie chez Kronospan
Des milliers de m3 d'eau ayant servi à l'extinction du feu pris, à Sanem, dans la fabrique de panneaux de bois ont pollué la rivière, fin juillet. Au-delà de cet incident, se pose la question de l'efficacité des bassins de rétention installés près des sites industriels.
Les 7 millions de m3 d'eau déversés pour éteindre le feu auront causé une pollution et la mort de poissons dans la rivière en aval.
Pollution: les autorités au chevet de la Chiers
Ce petit ruisseau du Bassin minier a connu bien des déboires. Il est interdit de s'y baigner à cause de la pollution. Les industries voisines sont en cause mais pas seulement. L'Etat s'en mêle désormais pour tenter de le sauver.
SIACH - Signature de la convention Partenariat de cours d'eau « Chiers » - Pétange - Siège du S.I.A.CH. - 24/01/2019 - photo: claude piscitelli