Changer d'édition

Écrasés, écartelés: les jouets subissent tous les tests
Luxembourg 12 2 3 min. 02.12.2016 Cet article est archivé

Écrasés, écartelés: les jouets subissent tous les tests

Écrasés, écartelés: les jouets subissent tous les tests

Lex Kleren
Luxembourg 12 2 3 min. 02.12.2016 Cet article est archivé

Écrasés, écartelés: les jouets subissent tous les tests

Christelle BRUCKER
Christelle BRUCKER
Alors que le Saint Nicolas et le père Noël sont dans leurs derniers préparatifs, voyons comment est assurée la sécurité des jouets vendus au Luxembourg.

C'est à Capellen que se trouve l'antenne de l'ILNAS dédiée aux tests sur les jouets. Parmi ses nombreuses missions, l'Institut luxembourgeois de la normalisation, de l'accréditation, de la sécurité et de la qualité des produits et services, mène des tests correspondant au marquage CE sur les peluches et jouets destinés aux enfants.

Nous avons rencontré Philippe Wirtz et Kim Neis, les deux ingénieurs en électrotechnique qui travaillent au laboratoire d'essais de Capellen.

Des experts sélectionnent les jouets suspects en magasin

Impossible de tester l'ensemble des jouets du marché. La première étape est donc le choix des produits. "Nous avons des agents de l'ILNAS qui se rendent incognito dans les magasins luxembourgeois pour repérer les jouets les plus suspects", explique Philippe. 

"Ils ont l’œil aiguisé et peuvent reconnaître tout de suite un jouet qui va poser problème." La preuve, en 2015, 80% des articles soumis aux tests par ces agents se sont révélés non conformes. Un peu moins cette année: seulement 30% des 29 jeux, jouets ou peluches testés. 

 Au laboratoire, Philippe et Kim contrôlent:

  • l'absence de petits éléments détachables,
  • la résistance mécanique,
  • le niveau d'échauffement,
  • le niveau d'énergie cinétique,
  • la résistance aux chocs, aux chutes, etc.

La souris va-t-elle résister?

Ce qui présente le plus de risques est la présence de petites pièces qui seraient trop facilement détachables et qui pourraient être ingérées par les petits enfants.

Comme le nez de cette souris en peluche, par exemple. Pour vérifier qu'il ne présente aucun danger, Philippe installe l'animal sur une machine qui va exercer une force de 90 newtons, conformément à la norme CE, sur le petit museau. Cela correspond à la force nécessaire pour soulever un pack de 6 bouteilles de 1,5 litre d'eau.

Test réussi pour cet exemplaire. Passons maintenant à l'embout en bois d'un jeu de pêche à la ligne. Il y a risque d'ingestion de l'aimant contenu à l'intérieur s'il se casse. 

Pour le test, Philippe utilise une autre machine. Elle soumet le jouet à un choc de 10 newtons, l'équivalent d'une bouteille d'un litre d'eau qui tomberait sur l'embout.

C'est raté pour cette canne à pêche. L'ILNAS va informer le fabricant de la non-conformité de ce jouet. Il devra effectuer des modifications au risque de voir son produit interdit à la vente au Luxembourg.

Vu le risque majeur dans ce cas, l'ILNAS peut aussi émettre une notification RAPEX (système d'alerte rapide) adressée à la Commission européenne en vue d'une interdiction de vente valable dans toute l'UE. Si nécessaire, un rappel peut être ordonné pour les consommateurs qui auraient déjà acheté le jouet.

Des jouets toxiques détectés

D'autres tests sont également effectués, chimiques notamment, pour détecter la présence de substances toxiques comme les phtalates, le chrome ou le nickel.

Depuis 2014, dans le cadre d'une collaboration avec le Laboratoire national de santé, 150 jouets ont été testés: 9 d'entre eux, qui présentaient un risque grave dû à leur teneur en phtalates, ont fait l'objet d'une alerte RAPEX.

Bientôt un déménagement vers Belval

Le département Surveillance du marché de l'ILNAS a pour mission de détecter les produits non conformes en libre circulation pour protéger les consommateurs, les travailleurs, l'environnement et éviter la concurrence déloyale. Il dispose de 11 agents sur le site d'Esch/Belval et 3 encore sur le site de Capellen qui rejoindront bientôt leurs collègues. 

Des tests sont effectués par le service sur les jouets mais aussi les appareils basse tension, la compatibilité électromagnétique et les équipements radioélectriques comme les smartphones par exemple.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Même la hotte du Père Noël passe sous surveillance
Parmi les milliers d'articles qui seront vendus d'ici les fêtes une vingtaine fait l'objet d'un examen rapproché, indique l'Institut luxembourgeois de la normalisation, de l'accréditation, de la sécurité et qualité des produits et services (Ilnas), lundi.
Les jouets pour enfants sont surveillés de près par le gendarme du marché luxembourgeois.